Chaînes vidéos

     

  • Massimo Fini

    L’ennemi mortel d’une oligarchie n’est pas tant une autre oligarchie, avec laquelle on peut toujours trouver un accord, mais plutôt le peuple que l’on vampirise pour qu’il puisse continuer à croire, ou au moins à feindre de croire au jeu.
  • Joseph Tainter

    Lorsque le moteur de l'économie mondiale tousse et hésite, comme il le fit en 2008 avec une gigantesque crise bancaire et monétaire, les experts se demandent si, cette fois-ci, la fin de tout est réellement proche. Mais, au juste, quand et pourquoi les états, les empires et les civilisations s'effondrent-ils ?
  • Piero San Giorgio

    Piero San Giorgio relate le témoignage de femmes qui ont toutes fait le choix de rester libres, autonomes et indépendantes, afin de faire du XXIe siècle un âge enfin adulte et intelligent pour les femmes, les hommes et leurs familles.
  • Antony Sutton

    Les financiers de Wall Street ont toujours désiré s’étendre le plus possible et s’organiser à l’échelle globale... Les gouvernements du monde doivent être socialistes afin que le pouvoir de fait soit aux mains des banquiers.
  • Francis Cousin

    A l’heure où les troubles sociaux d’envergure, qui partout s’annoncent, menacent l’organisation inhumaine de l’ordre existant, l’auteur tient à dire qu’il n’est pas indifférent de rappeler que toutes les politiques de la raison marchande sont, de l’extrême droite à l’extrême gauche du Capital, l’ennemi absolu et définitif de toute joie humaine véridique.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Too much magic : L'Amérique désenchantée

ImprimerE-mail
La vision effrayante qu’a Kunstler d’un futur sans pétrole a attiré autant l’attention des écologistes que celle des dirigeants d’entreprises...
Prix:
Prix : 21,00 €
Description du produit

« C'est avec l'enthousiasme grincheux qui le caractérise que Kunstler nous montre brillament, voire de façon agressive, dans quel petrin nous sommes et à quel point nous sommes incompétents pour nous en sortir  »
Publishers Weekly


La vision effrayante qu’a Kunstler d’un futur sans pétrole a attiré autant l’attention des écologistes que celle des dirigeants d’entreprises.

Ses idées ont stimulé un vaste débat sur notre dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles et de nos institutions financières et gouvernementales dysfonctionnelles. Depuis lors, Kunstler est devenu un commentateur incontournable de tout ce qui touche le futur.
Dans « Too Much Magic - L’Amérique désenchantée », Kunstler évalue ce qui a changé au cours des sept dernières années et nous montre que dans le monde d’après, balayé par la crise financière, ses idées n’ont jamais été aussi pertinentes. Dans « Too Much Magic L’Amérique désenchantée », Kunstler décrypte les brillantes visions du futur, telles que rêvées par des esprits excessivement optimistes qui pensent que la technologie résoudra tous nos problèmes.
Leurs visions lui rappellent les voitures volantes et les robots domestiques qui étaient les images futuristes dominantes des années 1950.

L’idée que se fait Kunstler du futur est beaucoup plus sobre : il analyse les diverses technologies (fermes verticales, fracturation hydraulique, éthanol de maïs) suggérées comme solutions immédiates à la crise énergétique et n’en trouve aucune qui puisse marcher à long terme pour guérir une société dépendante vis-à-vis des automobiles assoiffées d’essence, éprise d’un idéal inefficace de banlieues pavillonnaires, et refusant de changer fondamentalement son mode de vie énergivore.

Kunstler propose également des idées concrètes quant à la manière dont nous pouvons favoriser notre adaptation à une société où le robinet de pétrole sera très vite à sec.
Avec une grande clairvoyance et une vision pragmatique du monde, Kunstler soutient que le temps de la pensée magique et de l’attente de miracles est révolu et que le temps est venu de commencer à se préparer à une très longue crise.

Préface de Piero San Giorgio

Détails sur le produit :

  • Broché: 372 pages.
  • Sortie : 25 mars 2014
  • Prix Public : 21.00€
  • ISBN : 978235512-055-8

Articles en liens avec le livre :

Entretien entre Piero San Giorgio et James H. Kunstler (Février 2014) :


James Howard Kunstler dissèque la banlieue :