Lucien Cerise

Venant de l’extrême gauche de l’échiquier politique, Lucien Cerise vote « Non » en 2005 au référendum sur le Traité établissant une Constitution pour l’Europe, comme 55% des votants. 

Quand il voit au cours des années 2006 et 2007 ce que le Pouvoir fait du scrutin, cela le décide à s’engager dans les mouvements anti-Union européenne et antimondialistes, donc nationalistes et localistes.
L’autogestion signifie pour lui « liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes » ainsi que « souveraineté » dans tous les sens du terme : alimentaire, énergétique, économique, politique et cognitive.

Au fil du temps et des rencontres, il s’est rendu compte que le clivage politique droite/gauche est en fait complètement bidon et que la seule différence à considérer est entre la vie et la mort.
Il a publié divers textes, seul ou dans des collectifs, dont notamment : 

- Photographies d’un hamburger
(Scali, 2006 ; Stéphane Million, 2011)
- Gouverner par le chaos. Ingénierie sociale et mondialisation
(Max Milo, 2010. Version réactulisée, 2014)
- Oliganarchy
(Le retour aux sources, 2013) - Épuisé.
- La société de l’indécence : Publicité et genèse de la société de consommation de Stuart Ewen
(Le retour aux sources, 2014) - Préface.
- Neuro-pirates - Réflexions sur l'ingénierie sociale
(Kontre Kulture, 2016)
- Retour sur Maïdan - La guerre hybride de l’OTAN
(éditions le retour aux sources, 2017)

Cliquez ici pour retrouver son actualité sur notre site.

Les évènements qui se sont déroulés à Kiev, capitale de l’Ukraine, pendant l’hiver 2013-2014 ont une portée mondiale. La révolution de Maïdan, présentée tout d’abord comme une insurrection spontanée s’est avérée finalement n’être qu’une nouvelle opération coloniale de Washington et de l’OTAN.

23,00 €
Livres 1 - 1 sur 1