Évènement

Apocalypse de Paulo

Publié le : 16/09/2011 19:16:10
Catégories : Humour

fou_entonnoir

Ce soir, je suis devin. J’ai décidé, c’est comme ça. Votre Paulo des familles a le don de voyance.

Or, donc, l’avenir.

Je ferme les yeux, je plonge en moi, et je le vois.

Ça vient de loin. C’est très flou. Ça remonte le temps. Jusqu’à moi.

Et là, hop ! Mise au point, on sort du flou artistique.

Je connais l’avenir.


*

D’abord, je vois une période absurde. Il y aura de moins en moins de pétrole et de plus en plus de voitures (Chine, Inde). De moins en moins d’eau et de plus en plus de salles de bains ultramodernes (même les Français finiront par se brosser les dents tous les jours). De moins en moins de médecins compétents (effondrement des budgets universitaires) et de plus en plus de gens malades (vieillissement au nord, pandémies au sud).

Les seules variables qui évolueront de concert seront la quantité de conneries déversées dans et par le système médiatique et le niveau scolaire général : sur ce plan, tout marchera comme prévu, il y aura tout simplement de plus en plus de mecs déconnectés du bulbe. L’effet Flynn à l’envers. Les gens sauront lire, mais ils ne liront plus. Retour au niveau de QI des sociétés d’avant l’alphabétisation, mais pas par désalphabétisation : par transformation des gens en spectateurs passifs, fascinés par l’image et le caractère tactile que lui confèreront les technologies du moment.

La loi de Moore touchera à ses limites. Les véritables innovations seront assez limitées, même dans le domaine des « nouvelles technologies » (qui prendront un coup de vieux). Mais il y aura beaucoup d’investissements dans des gadgets peu intéressants, voire socialement nocifs. L’avenir, dans un premier temps, c’est un nerd abruti qui mate un film de cul interactif sur une tablette tactile, pour oublier que l’eau est coupée dans son appartement ruiné les trois quarts du temps.

Le Pouvoir réagira comme il l’a toujours fait : il sauvera sa gueule. Pour ça, il jouera sur trois tableaux : il essaiera de pousser le développement technologique jusqu’à ses limites extrêmes, quitte à prendre des risques écologiques et sanitaires disproportionnés (nouvelles maladies causées par les nanotechnologies, catastrophes nucléaires genre Tchernobyl c’était de la rigolade, etc.) ; il utilisera les technologies qu’il a déjà pour accroître la surveillance de la population (pendant qu’il se branle sur son film de cul, le nerd est filmé par la tablette) ; et bien sûr, diviser pour régner, comme d’hab. Il y aura plein de petites guerres civiles partout, plutôt ambiance Mexique livré aux narcos qu’autre chose.

Surtout, ce qui importera au Pouvoir, c’est de détruire les classes moyennes – ou plutôt de les aligner sur une sorte de « classe moyenne mondiale au rabais », cohérente de New York à New Dehli en passant par Paris. Pour ça, on utilisera le prétexte de l’effondrement financier (rendu inéluctable et en grande partie voulu). Ce sera l’austérité pour tout le monde tout le temps.

Parfois, un peuple se révoltera. On le libyanisera s’il n’est pas sage ; s’il est juste un peu turbulent, on le grecquera. Dans les cas extrêmes, une tchétchénisation expresse permettra de faire passer les problèmes de sous au second plan. A l’hôpital de Grozny, en 1995, personne ne se souciait de la réduction des budgets hospitaliers.

Sympa, non ?

Attendez, c’est rien.

Ça, c’est l’entrée en matière. Les zakouskis.

Passons au plat de résistance.

*

A un moment, tout ce bouzin explosera. Comment ? Ici, l’avenir est flou. J’ai beau ajuster le réglage, je n’arrive pas à voir exactement.

Peut-être que le Président de l’Union Transatlantique se dira : quand même, si je pète la gueule aux chinetoques, j’ai une chance sur deux de fonder l’Empire du Monde et une chance sur deux de provoquer l’Apocalypse. Franchement, c’est tentant, non ? Alors il essaiera, ça foirera, et ce sera le feu d’artifice.

Mais je n’y crois pas trop. Je vois plutôt un truc accidentel. Vraiment. Par exemple, un sosie d’Anelka, titulaire d’un CAP de branleur, devenu technicien de maintenance dans une centrale nucléaire à la faveur de la discrimination positive. Le gars en a marre de son chef (un crétin incompétent à qui ses parents ont acheté le diplôme, les universités les vendant pour payer les profs qui font semblant de faire cours). Nico dixit : « Tu m’ordonnes de réviser le réacteur, mais va te faire enculer sale fils de pute ! ». Total : Tchernobyl puissance 100. L’accident fatal, celui qui fait sauter tout le système, à l’échelle globale.

De toute manière, ça finira par craquer. L’humanité produite par ce système sera laide, bête et méchante. L’argent aura pénétré dans la substance même des êtres, les corrompant jusqu’à l’os. Les filles rêveront d’être putes et les mecs rêveront d’être Scarface. Pas un pour racheter l’autre : une humanité de rats puants. Comment voulez-vous que ça tienne ?

Quand ça craquera, la population de la terre passera de 9 milliards de nerds à tablette graphique à 9 millions de survivants hagards, errant parmi les ruines en haillons, régressant progressivement jusqu’à un niveau de développement genre néolithique. Les femmes accoucheront de monstres, à cause des radiations, mais personne ne le saura, parce que plus personne ne se souviendra de ce qu’est l’apparence normale d’un être humain.

Alors c’est fini ?

Meuh non !

*

Des ruines, un monde nouveau émergera.

Tout recommencera.

Bon, il y aura quelques bugs.

Par exemple, n’ayant plus de religions, nos descendants en chercheront une. A la suite d’une malencontreuse confusion, ils prendront une maison de la presse, miraculeusement rescapée du grand incendie, pour… une église. Se plongeant dans quelques numéros un peu brûlés aux coins du Magazine du Rap, et convoquant de vagues souvenirs collectifs, ils établiront la religion de Fuck, le Seul et Unique Fuck, dont le prophète et Fils, Joey Star, est mort pour le salut des hommes.

L’Europe se couvrira à nouveau de monuments superbes. Là où jadis, on trouvait des calvaires et des croix, à chaque croisement des routes poussiéreuses parcourues par les lourds charriots et les fringants cavaliers, d’autres charriots, d’autres cavaliers, passeront devant des fucks de pierre dressés vers le ciel. A Lavilledépédé, nouvelle capitale bâtie sur les ruines de Paris, la cathédrale Sainte Shakira sera entièrement peinte de couleurs vives. En 465 de la nouvelle ère, le dogme fuckien sera définitivement appuyé sur un socle de granit, lorsque le Pape Eminem VI tranchera, à l’occasion du concile de Sainte Beyoncé sur Loire, en faveur de l’evêque Booba de Bourgogne, contre l’hérétique Morsay de Bavière, lequel affirmera mordicus, ce salaud, que Joey Star n’est pas consubstantiel à Fuck.

La vie sera à nouveau excitante. Le commerce reprendra. La monnaie sera le papier-chiotte (pour une raison inconnue, nos descendants auront désappris à produire le papier, mais entendront néanmoins conserver des normes hygiéniques postmodernes). Des barges remonteront le Rhône (à travers les zones contaminés mais c’est secondaire) pour amener de l’huile d’olive radioactive jusqu’à Lyon, devenue Saint-Cortex, où un système de troc ingénieux permettra de poursuivre l’activité même en cas de rupture des stocks de papier-chiotte (une jarre d’huile radioactive contre dix oies mutantes).

Sur chaque butte, un château, construit un peu à la façon d’une case antillaise géante, hébergera quelques gens d’armes aux ordres du seigneur local – le comte Slim Shady, le marquis de Port-Sexion, etc. Il n’y aura plus de racisme parce qu’avec les mutations, tout le monde aura la peau tellement couverte d’exéma qu’on n’en verra plus la couleur. En semaine, les cultivateurs (de millet principalement, pour cause de réchauffement climatique) iront vendre leur récolte à la foire, et ils paieront leurs taxes (« Oui not’bon maître monsieur le baron Solaar, voilà trois feuilles de papier-chiotte pour les dix oies mutantes que j’ai confiées au marchand qui va à Saint-Cortex… »). La vie sera simple et saine, il n’y aura plus de dissension dans le royaume. Chaque dimanche, le prêtre prononcera le sermon : « Ceux qui ne croient pas que Joey Star est consubstantiel à Fuck, on va les brûler. Maintenant, tout le monde répète que Joey Star est consubstantiel à Fuck. Celui qui répète pas, il va voir ». La communion sera donnée en tourteaux de soja (nourriture très appréciée suite à la découverte de stocks gigantesques constitués jadis par l’Union Zéropéenne). Une vie simple, bucolique et paisible.

Bientôt, de vraies villes apparaîtront. Avec des magasins où on pourra acheter, contre du bon papier-chiotte, les fringues dégriffées nouvelle version, c'est-à-dire des peaux de mouton mutant retournées deux fois (pour une raison mystérieuse, une certaine tribu de Matisyahu prétendra que Fuck ne devrait pas avoir de nom, et ces gars-là trusteront le commerce des peaux de bête à la mode). Il y aura même des guerres contre les hérétiques elvisiens, de féroces barbares qui prétendront que le vrai dieu est Rock et que le prophète Elvis a reçu une révélation en rêve.

Bref, au final, mutatis mutandis (c’est le cas de le dire), tout sera comme avant.

On sera juste devenus encore plus cons, ce qui n’est pas peu dire.

Moralité, la force qui mène le monde n’est ni la bonté ni la méchanceté, ni l’amour ni la haine, ni l’élan spirituel ni l’appel de la chair. La force qui mène le monde est la connerie : voilà ce que m’a enseigné l’avenir.

*

Et alors, c’est fini ?

Meuh non.

Ce n’est jamais fini.

A la fin de l’ère nouvelle, Dieu (le vrai, pas Fuck) reviendra sur la terre pour son inspection périodique (il en fait une tous les 30 000 ans).

En comparant ce qu’il verra et ce qu’il avait vu la dernière fois (au paléolithique), il dira : « Mazette, mais ça marche bien mon truc ! »

Et il décidera de prolonger l’expérience 30 000 ans de plus…

Partager ce contenu