Évènement

Vite, un collectif contre le racisme anti-blanc | Par Adrien Abauzit

Publié le : 17/11/2013 11:04:07
Catégories : Adrien Abauzit , Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité

Houria Bouteldja Présidente des Indigènes de la République sur le plateau de Taddei qui définit les français de Souchiens.


Texte rédigé par Adrien Abauzit, auteur de Né en 1984

Ils sont tous formels. Selon Akhenaton, Bruno Gaccio, Thomas VDB, Harry Roselmack et Kofi Yamgnane, la France est raciste.

Et de fait, il faut le reconnaître, ces dernières années, la France a connu une explosion de racisme. Dans les colonnes du Monde, Harry Roselmack a été très clair : « Me voilà ramené à ma condition de nègre. », « Ce qui me chagrine, c'est le fond de racisme qui résiste au temps et aux mots d'ordre, pas seulement au sein du FN, mais au plus profond de la société française. C'est un héritage des temps anciens, une justification pour une domination suprême et criminelle : l'esclavage et la colonisation. »

A l'instar de ce que décrit Saint Harry Roselmack, et malgré ce qu'affirme Sihem Souid, des millions de blancs sont quotidiennement « ramenés » à leur condition de souchiens et de gwers. Ce qui nous chagrine, c'est le fond de racisme qui résiste au temps, aux mots et aux allocations, pas seulement au sein de quelques groupes d'inciviques, mais au plus profond des sociétés des zones défrancisées. C'est un héritage du rap et de l'Education nationale, une justification pour une domination suprême et criminelle : le bolossage et la contrecolonisation.

En tant que militant de gauche, donc de mec cool, nous nous faisons un devoir de lutter contre l'émergence d'un racisme que nous avons, dans un premier temps, eu beaucoup de mal à nommer. Racisme anti-français ? Souchienophobie ? Gwerophobie? Racisme anti-blanc nous paraît la formalution la plus polie, celle qui heurte le moins les âmes sensibles.

Pour lutter contre le racisme, ce n'est pas un secret, il est impératif de créer une association antiraciste.

En ce qui concerne le nom de cette association, après avoir songé à « SOS Bolossage », la LICRG (ligue contre le racisme et la gwerophobie, l'acronyme est difficile à prononcer), l'UESF (l'Union des étudiants souchiens de France), la LDJG (ligue de défense judiciaire des gwers), nous avons finis par opter pour le CRAB, soit le Collectif contre le racisme antiblanc.

A l'instar de toute association antiraciste, le CRAB devra vivre sous perfusion d'argent public et de fonds provenant de mécènes mondialiste : nous en appelons directement à Georges Soros, à Pierre Bergé, à la Commission européenne ainsi qu'à n'importe quelle collectivité locale française.

Bien entendu, cette association antiraciste devra rapporter un petit billet aux membres de sa direction. Etre antiraciste, c'est bien, mais si ça ne rapporte pas de sous, nous ne voyons pas l'intérêt. L'objectif sera donc de détrousser tous les prétendus racistes antiblanc, qu'ils le soient réellement ou pas, de leur faire les poches, afin de permettre aux permanents du CRAB de vivre de ce racket sans véritablement travailler. Au passage, la liberté d'expression devra évidemment subir un nouveau coup de rabot.

C'est avec grande fierté que le CRAB se joindra au combat antiraciste de personnalités aussi illustres, prestigieuses et probes que Dominique Sopo, Cyndy Léoni, Karim Achoui et Jonathan Hayoun.

Il est temps que le racisme devienne un délit pour tout le monde. Alors allons au bout de l'antiracisme et condamnons le racisme antiblanc !

Partager ce contenu