Évènement

Chanson « Toute la vie » : Les Enfoirés portent bien leur nom | Par Adrien Abauzit.

Publié le : 28/02/2015 07:03:00
Catégories : Adrien Abauzit , Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité

La nouvelle chanson des Enfoirés, Toute la vie, provoque la polémique : ce serait un hymne anti-jeune.


Il y a dans cette affirmation une part de vérité. Mais limiter le dernier morceau de Jean-Jacques Goldman à cela serait réducteur.

La chanson se veut être un échange entre la jeunesse et la gérontocratie.

Les paroles mises dans la bouche de la jeunesse sont un constat assez juste de sa situation : « portes closes », « chômage », « violence » (racailles), sida, « vous avez tout dépensé » (dette), « vous avez tout pollué ». Si Monsieur Goldman avait voulu être encore plus précis, il aurait pu mentionner également la facture migratoire, l’auto-génocide par l’avortement et la déchristianisation.

Le fait en tout cas est incontestable : la jeunesse française est terrassée par le mondialisme.

Le discours de la gérontocratie, lui, est en revanche totalement faux : « on s’est battu, on a rien volé », « tout ce qu’on a, il a fallu le gagner ». Erreur : vous ne vous êtes pas battus. Vous avez hérité de la prospérité des 30 Glorieuses et vous avez semé les graines du mondialisme pour, au final, transmettre la patate chaude à vos enfants. Vous avez joui sans entrave, vous vous êtes enfermés dans vos beaux quartiers, dans vos centres-villes, dans vos pavillons, pendant que la France s’endettait comme jamais en temps de paix et que les souchiens des classes moyennes et populaires subissaient de plein fouet la réalité du multiculturalisme.

Les choses se gâtent véritablement au niveau du refrain. A la jeunesse terrifiée par l’absence d’horizon, il est répondu qu’après tout, sa situation n’est pas si grave, car elle a toute la vie devant elle. Traduction : démerdez-vous petits merdeux.

L’indifférence de la gérontocratie bobo-mondialiste au calvaire de ses enfants est répugnant, assurément,  et ce d’autant plus qu’elle en est pleinement responsable. Il faut bien garder à l’esprit que les plus de 50 ans sont ceux qui votent le plus massivement pour l’UMPS. Par ailleurs, ils sont les gardiens les plus vigilants de l’idéologie dominante. Cette gérontocratie bobo-mondialiste, que nous devrions peut-être appeler, les Charlies (les charlots ?), a le discours de nos personnalités politiques et médiatiques collé au corps.

Toute la vie a donc l’excellente vertu de résumer à merveille la situation : d’un côté une gérontocratie bobo-mondialiste, égoïste ou à côté de la plaque, et de l’autre, une jeunesse encore naïve, pas totalement consciente du piège à loup dans lequel elle se trouve, mais sur le point de basculer dans la colère sous l’effet d’une accumulation de souffrance et de frustration.

La jeunesse française ne se sauvera qu’au prix de la révolte. La génération des années 80 – 90 a le devoir sacré de botter le derrière de la gérontocratie bobo-mondialiste. D’aucuns diraient que ce ne serait que justice.

Il n’y a qu’une loi en histoire : malheur aux vaincus. Si la jeunesse française ne se révolte pas, elle méritera les souffrances infligées par ses bourreaux.

Adrien Abauzit
27 février 2015.

Billet initialement publié sur La Gauche m'a tuer.

Partager ce contenu