Évènements

Christian Combaz : La France de Campagnol sur TV Libertés | Compil du 8 au 12 octobre 2018

Publié le : 15/10/2018 16:56:12
Catégories : Auteurs , Christian Combaz , Médias , Vidéos auteurs

Christian Combaz : La France de Campagnol sur TV Libertés | Compil du 8 au 12 octobre 2018.

En moins de 3 minutes, avec fougue et talent, l’écrivain Christian Combaz s’exprime au nom de cette France que l’on ne voit pas, que l’on écoute pas et en définitive que l’on ne respecte pas.


8 octobre : La Macronie présente la pensée d'autrui comme inadmissible et lui prescrit de se faire soigner.

Psychiatriser la pensée adverse, faire le lien entre vérité et normalité, c'est le vice des sociétés orwelliennes et c'est en train de devenir le nôtre.


9 octobre : Les patrons sans foi ni loi adorent les intérimaires qui payent leurs charges eux-mêmes.

Les boites d'intérim font fortune en employant des travailleurs intermittents qui redeviennent à volonté des chômeurs intermittents, et le Ministère des finances ferme les yeux sur ce faux-plafond du marché de l'emploi qui permet de faire endosser la majorité des coûts sociaux par le salarié et par l'Etat.


10 octobre : L'art contemporain, un club privé où les non-membres payent pour les autres.

Le discours de l'art contemporain trahit sa nature spéculative, il n'est pas question d'oeuvres mais de propositions, de galeristes mais d'opérateurs, on travaille dans une filière, etc. Et la martingale de la cote artistique repose sur des investissements souvent publics, réalisés avec votre argent, mais dont vous ne voyez jamais la couleur.


11 octobre : Les élus ne s'imposent plus par leur talent, mais en faisant trébucher leurs adversaires.

Les élus de plus de 50 ans n'aiment pas internet, parce que le talent, la connaissance, l'éloquence, la popularité en proviennent trop souvent. Ils disent préférer la réalité, mais la réalité aujourd'hui ce sont les réseaux . Ils prétendent que c'est le lieu du mensonge et de la manipulation alors que toutes les vérités interdites, toutes les enquêtes par recoupements, viennent d'internet depuis dix ans. Ce n'est pas fini. Sans internet qui aurait entendu parler de la fortune évanouie d'Emmanuel Macron ? Qui saurait que le coffre de Benalla a disparu ?


12 octobre : L'art moderne adore dégrader les lieux sacrés, on se demande même s'il existe sans eux.

La modernité conceptuelle dans l'art ne peut plus se passer du sacré, on dirait que sa première vocation est de dégrader ce que les gens normaux vénèrent.


La compil' de TV Libertés : 

Christian Combaz réédite son livre à succés, « Portrait de Marianne avec un poignard dans le dos » aux éditions Le Retour aux sources dans une nouvelle édition augmentée de plusieurs chapitres.

Articles en relation

Partager ce contenu