Comment démolir un pays en 10 étapes faciles

Publié le : 19/10/2009 23:00:00
Catégories : Politique

La vidéo ci-dessus (en Anglais) rend compte des incidents très sérieux qui ont eu lieu à Birmingham le 8 août dernier, quand des membres de l'English Defence League (groupe anti-islamisation) ont manifesté contre la présence sans cesse plus prégnante de l'islam sur le sol anglais. Si l'on en croit cette vidéo (et nous n'avons pas de raison de ne pas la croire), cette manifestation a donné lieu à des violences déclenchées par des contre-manifestants, extrême-gauche et groupes musulmans mêlés. La version des médias, on s'en doute, diffère sensiblement : pour le Système, l'English Defence League est une organisation d'extrême-droite (on sait que ce qualificatif aujourd'hui ne signifie plus grand-chose) et raciste (ce qui paraît tout de même assez étrange pour un mouvement issu des milieux hooligans, donc regroupant Blancs et Noirs). En fait, il n'est pas besoin d'être devin pour comprendre que ce mouvement est le résultat logique de l'exaspération croissante de nombreux Anglais, écoeurés par le véritable terrorisme multiculturaliste qui sévit en Albion. Exaspération parfaitement compréhensible au demeurant, quand on sait qu'en Angleterre, on en est à exclure des écoles les enfants blancs coupables de ne pas se montrer (à l'école primaire) assez "ouverts à l'Autre".

Pour comprendre comment on en est arrivé là, c'est à dire cinq minutes avant la guerre civile (reportée en permanence jusqu'ici, de cinq minutes en cinq minutes), imaginons qu'au début des années 70, un groupe de politiciens anglais se soient réunis au coeur de la City, dans un club luxueux, grassement financé par la haute finance qui, depuis maintenant plus de deux siècles, tient en réalité le pouvoir à Londres. L'enjeu de la réunion : un plan pour démolir l'Angleterre, casser son prolétariat, broyer sa classe moyenne, et en faire le laboratoire d'une société à deux vitesses...

La résolution finale aurait sans doute ressemblé à ceci...


Comment démolir un pays en 10 étapes faciles


1. Brisez le pouvoir des syndicats pour empêcher les grèves. Pour cela, plongez le pays dans le chaos (gouvernement travailliste des années 70) et faites élire dans la foulée un gouvernement conservateur à poigne (Thatcher). Ensuite, lancez la guerre sociale en attaquant une forteresse ouvrière, et usez la résistance tout simplement en ne cédant pas un pouce de terrain.

2. Pour maintenir le gouvernement conservateur au pouvoir après cette épreuve de force forcément impopulaire, livrez une petite guerre facile (les Malouines), gagnez-la puisqu'elle est facile (vos amis américains vous fourniront les photos satellites et vos alliés français vous diront tout sur leurs missiles), jouez sur le patriotisme inné des Anglais, et profitez du droit du Premier Ministre de dissoudre la Chambre pour gagner les élections dans la foulée.

3. Une fois le pouvoir assuré et les syndicats matés, construisez une société à deux vitesses d'un premier type. D'un côté Londres, la ville du boom, où les employés du tertiaire, surtout parasitaire, bénéficieront d'un bon niveau de vie. De l'autre côté, les anciennes villes industrielles, ruinées, où le prolétariat sombrera dans le désespoir et l'alcoolisme. Pour éviter que l'affaire ne dégénère, offrez à cette plèbe écrasée des terrains de jeu, où elle pourra exprimer sa soif de violence (hooliganisme). Pensez à exporter les beautés de votre modèle pour donner des idées à vos voisins (une finale de coupe d'Europe, par exemple). Les échanges d'expérience sont toujours bienvenus.

4. Simultanément, déconstruisez le modèle anthropologique anglais. Faites exploser les familles grâce à la libéralisation des moeurs. Multipliez les enfants élevés dans des familles mono-parentales. Présentez la situation type, homme chômeur humilié / femme isolée galérant / adolescent paumé, comme une libération de la femme et l'expérimentation d'une nouvelle liberté. Surtout, ne pas oublier de faire des films qui rendront ce drame attractif (The full Monty, Train spotting). Cette démarche garantira que l'homme anglais, humilié par le féminisme et individué par la destruction de tous les cadres fondateurs du lien social, ne sera plus à même de politiser sa révolte. Pensez aussi à médiatiser des figures d'adulescent sexuellement instable, pour esthétiser la décadence et orienter la révolte dans un sens individualiste et hédoniste. Si nécessaire, mêlez révolte sexuelle et révolte sociale pour faire phagocyter la seconde par la première (Bronski Beat).

5. Une fois la démolition bien engagée, il est temps de se préparer à liquider le vieux parti conservateur, dont une frange non négligeable, attachée malgré tout à un patriotisme désuet, risque fort de ruer dans les brancards. Pour cela, offrez le pouvoir à un parti travailliste lui-même réformé dans le sens souhaité (cf. point 4), et expédiez les conservateurs au purgatoire (Tony Blair remplace Maggie Thatcher sans problème, vous verrez, il fera ça très bien, et en plus ce sera tendance).

6. Une fois le premier type de société à deux vitesses installé, commencez à préparer la liquidation de la classe moyenne, y compris la classe moyenne supérieure. Sachant que cela sera plus difficile que de casser le prolétariat, il faut préparer le terrain en se dotant d'alliés de revers. Le plus simple est d'importer des islamistes (choisir de préférence les tendances les plus rétrogrades de l'islam). Avantage annexe : cela permet d'incuber des réseaux terroristes sous contrôle, pour déclencher des attentats sous faux drapeaux un peu partout (très utile en politique internationale, pensez à vos amis du MOSSAD et de la CIA, ne soyez pas égoïste).

7. Pour motiver les alliés de revers et se les attacher, fabriquez du racisme en prônant un antiracisme jusqu'au boutiste. Allez y franchement, il faut que ça fasse mal. N'oubliez pas que la peur des uns à l'égard des autres fabrique la peur des autres à l'égard des uns, et que plus il y a de peur, plus il y a de gens à manipuler. Traumatisez la population de souche en lui infligeant un véritable lavage de cerveau politiquement correct (faites comme les Français, mais en pire - après tout, vous avez votre réputation à défendre). Traumatisez la population issue de l'immigration en la confrontant à une forte violence sociale et en lui donnant l'impression qu'il est vital de la protéger des discriminations (c'est bien la preuve que les discriminations sont monstrueuses). Créez le conflit en faisant semblant de vouloir le prévenir. Amusez-vous bien, il y a peu de chance pour que les cibles identifient la démarche. Tout est permis, c'est la phase la plus ludique du processus : vous pouvez tester les policières en tchador, etc. Que du bonheur.

8. Comme le modèle économique ultra-inégalitaire que vous êtes en train de promouvoir risque de bloquer la machine capitaliste (plus de revenus, donc plus de consommation, donc plus de marché), vous devez sans doute vous inquiéter à ce sujet. Soyez rassuré : tout est prévu. Vous allez prendre appui sur l'absurdité de la première phase de votre "société à deux vitesses" pour préparer le passage à la phase 2. Pour commencer, relancez la machine économique en favorisant l'endettement des ménages. Cela vous permettra de continuer à faire de l'argent, tout en fragilisant la population désormais ciblée, ces maudites classes moyennes !

9. Une fois que les classes moyennes sont endettées jusqu'au cou, remontez les taux d'intérêt. Bien sûr, vous aurez veillé à ce que les gens empruntent à taux variable (pensez à ce détail technique, sinon ça ne marchera pas). Du jour au lendemain, des millions de gens vont se retrouver dans une situation ingérable. Pour accroître leur panique, n'oubliez pas de déclencher une ou deux faillites bancaires (Northern Rock). La classe moyenne sera si effrayée que vous pourrez sauver les banques (qui ont ruiné la population) tout en imposant sans cesse de nouveaux sacrifices (journées de travail gratuites, etc.) à cette population aux abois. Si tout va bien, vous aurez complètement lessivé le milieu de la structure sociale en quelques années. Vous pouvez maintenant enclencher la phase 2 : la transformation de la société britannique sur la base des modèles du tiers-monde, avec une minorité richissisme (vous) et en-dessous, une masse totalement asservie (les autres).

10. Evidemment, vous risquez des révoltes. C'est le moment de vous servir de vos alliés de revers. Avec toute la haine inter-ethnique et inter-confessionnelle que vous avez fabriquée en phase 7, vous avez amplement les moyens de déclencher une guerre civile à faible intensité. Cette guerre civile est un antidote parfait contre le risque de révolution. Détournez la révolte sociale en faisant défiler les gens sous des panneaux 'british jobs for british workers', pendant ce temps-là ils ne défileront pas sous des panneaux vous mettant en cause vous. Utilisez les milieux hooligans que vous avez fabriqués en phase 3 pour intensifier le conflit avec les islamistes importés en phase 6. N'oubliez pas de manipuler l'extrême gauche déstructurée que vous avez incubée en phase 4 pour qu'elle s'associe aux islamistes, cela permettra d'enfermer encore plus les révoltés dans une image de 'racistes' irrécupérables. Si vous vous y prenez bien, ce sont les pauvres qui passeront pour des salauds, et vous pour les défenseurs des pauvres immigrés menacés de pogrom.

Vous êtes arrivé au bout du programme ? Tout s'est passé comme prévu ? Bravo ! Vous avez réussi l'ajustement de la structure de classe d'une société occidentale, et vous pouvez désormais rivaliser avec les potentats moyen-orientaux dans la richesse obscène, ostentatoire... et d'autant plus jouissive qu'elle aura pour toile de fond la misère des masses !

PS : Méfiez-vous des oligarques chinois, ce sont des jaloux, et puis n'oubliez pas que ces salauds de Russes sont imprévisibles. Alors on ne sait jamais, gardez quand même une armée à peu près cohérente, ça peut servir.

 

Partager ce contenu