Der Krieg im Dunkeln (Udo Ulfkotte)

Publié le : 05/01/2010 23:00:00
Catégories : Géopolitique

israel_croquis

« Der Krieg im Dunkeln » (la guerre de l’ombre) est un livre allemand consacré à l’histoire récente des services secrets. C’est une somme, avec de nombreuses informations sur les principaux services secrets de la planète. Le chapitre consacré aux services français est d’ailleurs assez intéressant, et pourrait faire l’objet d’un commentaire distinct. Mais…

Mais ce n’est pas pour ce chapitre-là que ce livre allemand mériterait d’être traduit en Français (ce qui, pour l’instant, n’est pas le cas). C’est le chapitre consacré au MOSSAD qui est le plus important. Pages 81 et 82 de l’édition actualisée de 2008, on trouve en effet, entre autres choses, les passages suivants :

« Pendant que le service du MOSSAD nommé ‘Action et Relation Politiques' dirige les contacts à l’étranger avec les structures diplomatiques et les ‘résidences’ des services secrets, les départements ‘Opérations Spéciales’ et ‘Guerre Psychologique’ sont compétents par exemple pour susciter des commentaires tendancieux dans les médias.»

Jusque là, rien de grave. C’est après que ça se gâte…

« Ces départements, » nous dit-on en effet, « ont été très actifs pendant les émeutes en France en novembre 2005. »

Bigre. Actifs ? Mais encore.

D’après Udo Ulfkotte, auteur de « Der Krieg im Dunkeln », des agents provocateurs à la solde du MOSSAD ont été actifs dans les villes de Rouen, Lille, Nice, Dijon, Strasbourg, Bordeaux, Marseille, Rennes, Pau, Orléans et Toulouse. Depuis ces villes, les émeutes se sont répandues à travers le territoire par imitation.

Une question qui vient immédiatement à l’esprit, c’est : et qu’est-ce qui permet à monsieur Ulfkotte d’être si catégorique ? Eh bien, d’après lui, « dans les cercles du renseignement occidental », on observe « depuis longtemps » que le MOSSAD cherche à susciter un violent sentiment anti-arabe en France, en instrumentalisant les difficultés de l’immigration nord-africaine. Des « cercles » ? Mais lesquels ? Ulfkotte précise que ses renseignements viennent de membres des services secrets allemands et anglais, qui auraient identifié, dans les villes citées, en arrière-plan des émeutes, des agents provocateurs du MOSSAD.

Et Ulfkotte d’ajouter que ces agents provocateurs trouvèrent un terrain propice après les déclarations du ministre de l’Intérieur Sarkozy concernant le « karcher » et les « racailles », et que, en outre : « C’est certainement un hasard que Nicolas Sarkozy soit issu d’une famille de confession juive et c’est tout aussi certainement involontairement qu’il a dressé, par ses paroles provocatrices, l’opinion contre une certaine partie de la population, en France. »

Alors là, il y a deux possibilités. Ou bien monsieur Ulfkotte délire (lui ou ses sources), ou bien ce que nous avons là, c’est la preuve que l’Etat d’Israël se comporte à l’égard de la France comme une puissance hostile, en état de guerre non déclarée. Il faut rappeler que les émeutes de novembre 2005 ont coûté la vie en réalité à plusieurs personnes (toutes des Français ordinaires, ni des policiers, ni des émeutiers), et ont représenté pour notre pays un coût financier et en termes d’image de marque assez considérable. Si monsieur Ulfkotte est dans le vrai, c’est très grave.

Donc, voilà, à chacun de se faire une opinion, en espérant que le livre de Udo Ulfkotte sera traduit et publié en France, et que cela enclenchera une discussion, des investigations, pour qu’on sache à quoi s’en tenir – dans un sens, ou dans l’autre.

 

Partager ce contenu