Évènement

FN : les raisons d’un succès | Par Adrien Abauzit

Publié le : 14/09/2013 21:13:12
Catégories : Adrien Abauzit , Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité

L'intelligentsia politique et intellectuelle de la République est tétanisée par la montée du Front national. Dernièrement, Manuel Valls, à l'université d'été du PS, ainsi que la CGT et la CFDT, ont lancé un signal d'alarme. Le Front de gauche, de son côté, non sans humour, se présente maintenant depuis plusieurs années comme un remède contre le Front national, avec le succès qu'on connait.



Quelle est donc la cause de cette ascension ? Pourquoi peut-on être certain qu'elle n'est pas prête de s'arrêter ?

La France souffre actuellement de trois grands maux : la contre-colonisation sous tutelle mondialiste, le retour de la razzia et le pillage de ses ressources par l'oligarchie financière. Ces maux trouvent leur origine dans la mondialisation, l'Union européenne et l'immigration de masse.

Actuellement, le Front national n'apporte pas dans son discours les réponses à ces problèmes :

• S'il se prononce pour une réduction drastique de l'immigration et pour la préférence nationale, le Front national, en revanche, ne cherche pas à organiser le retour pacifique, méthodique et concerté des immigrés dans leur pays d'origine.

• S'il critique à juste raison l'Union européenne, il n'envisage pas d'en sortir la France. Rappelons que le pillage de la France par l'oligarchie financière est le fruit du droit européen auquel on doit notamment le libre-échange, la liberté de circulation des capitaux et la privatisation de la création monétaire.

• S'il est le seul parti à utiliser le terme de « racaille » pour désigner à juste raison les racailles, il ne préconise pas, à notre connaissance, la déchéance de la nationalité puis l'expulsion des racailles d'origine scandinaves et armoricaines.

En résumé, le Front national est encore trop à gauche. Toutefois, il faut lui reconnaitre l'immense mérite de critiquer les racines des calamités que nous traversons, que sont, pour rappel, la mondialisation, l'Union européenne et l'immigration de masse.

Voilà donc le nœud de l'affaire : là où la superstructure républicaine ne cesse de louer les causes de nos maux, le FN, lui, les critique. N'allons pas chercher plus loin la source de son succès. Les Français n'en peuvent plus de ces élites républicaines qui s'extasient devant ce qui fait leur malheur.

Quand tout va bien, le peuple peut s'accoutumer et avaler la pilule politiquement correcte. Le conformisme social, ensuite, assure à l'UMPS ses succès électoraux. Mais lorsqu'arrive la crise, un chômage insupportable, l'explosion du coût de la vie, la compression des salaires, la dégradation des services publics, l'ultra-violence des racailles et l'ultra-matraquage fiscale, alors, le pays réel, désireux de sauver sa peau, ne joue plus le jeu. Il se réveille et n'a plus qu'un souhait : rabaisser le caquet de nos élites planquées, égoïstes et donneuses de leçons. Pour cela, le pays réel a choisi de soutenir ceux qui justement ne cautionnent pas les causes de son mal être.

L'UMPS, détraqué qu'il est par un logiciel fondé sur la philosophie des Lumières, s'acharne dans la voie du mondialisme. Soyons en sûrs : tant que cet état de fait durera, le Front national, mathématiquement, marquera des points. 


Adrien Abauzit

Partager ce contenu