Évènement

« Virer par-dessus bord tout ce qui n’est pas le mouvement réel de l’histoire pour enfin saisir l’histoire réelle de ce mouvement… » | Francis Cousin répond à Alain Santacreu.

Publié le : 29/01/2015 06:45:00
Catégories : Articles auteurs , Auteurs , Francis Cousin

Ce texte est la réponse de Francis Cousin à ma recension de son livre L'Être contre l'Avoir. Comme on pourra s'en apercevoir, mon interlocuteur reprend avec "ironie" la forme même de ma critique, en tentant d'en renverser assez lourdement le sens. Je me félicite d'avoir su provoquer une réplique si « éclairante ».
Alain Santacreu (son site)


Virer par-dessus bord tout ce qui n’est pas le mouvement réel de l’histoire pour enfin saisir l’histoire réelle de ce mouvement…

« Edgar Poe avait déjà trouvé la direction certaine de la vérité, par son célèbre raisonnement du Double assassinat dans la rue Morgue : "Il me semble que le mystère est considéré comme insoluble, par la raison même qui devrait le faire regarder comme facile à résoudre je veux parler du caractère excessif sous lequel il apparaît… Dans des investigations du genre de celle qui nous occupe, il ne faut pas tant se demander comment les choses se sont passées, qu’étudier en quoi elles se distinguent de tout ce qui est arrivé jusqu’à présent". »
Guy Debord, Commentaires sur la société du spectacle.


Cher Alain Santacreu, l’incipit de mon livre est en effet très révélateur. Dès la première phrase, je commence par dénoncer, en refus de toutes les optiques hallucinatoires du tronquer aliénatoire « la disparition quasi complète de l’esprit critique » pour,  tout de suite après, non pas manifester oniriquement ma propre vision illusionnée de l’Histoire, en me référant solipsistement à « la rage barricadière des dix millions de grévistes qui en 1968 commençaient à comprendre que gouvernement, syndicats, partis et gauchistes forment bien l’indissoluble union sacrée du pouvoir des rayonnements de l’argent », mais pour rappeler l’incontournable réalité historique fracassante de cette grève générale d’alors qui fit si peur à toutes les fractions capitalistes qui, de l’extrême droite à l’extrême gauche de la domestication marchande, entendent maintenir le règne mensonger de la reproduction sans fin de la quantité tyrannique.

À rebours de toute allégeance idéologique à toutes les écritures religieuses de domestication possible et de toutes les génuflexions envisageables à l’économie politique de la fausse conscience, qui construisent de toute pièce le spectacle illusoire d’une introuvable vérité, le style dialectique du renversement permanent cher à Marx et Debord n’est pas autre chose qu’une forme d’expression obligée pour dire le mouvement permanent du refus de d’aliénation littéraire. La contre-domestication n’est point une domestication contraire mais le contraire de toute domestication. La théorie critique ne peut ainsi se communiquer que par le langage de la critique. C'est le langage de la contradiction révolutionnaire lequel est dia-lectique dans la forme de son contenu comme  dans le contenu de sa forme. Il est, là, critique accomplie de la totalité historique des langages de l’imposture. Il n'est pas une nouvelle écriture mais le tumulte de son renversement définitif. Il annonce que l’énergie du vrai logos commence quand la chair sacrale du cosmos de l’être cesse d’avoir besoin pour croire exister d’aller se faire verbe vadrouillant et bavardant sur les représentations administratives de l’asservissement.

Dans les années post-soixantuitardes, Guy Debord conçut un jeu de la guerre à partir d’une conservation/dé-passement de la théorie de Clausewitz et du modèle en mouvement de la guerre classique née au dix-huitième siècle. Effectivement, dans les formes désormais totalement accomplies de la guerre et de la paix capitalistes absolues, il pourrait se révèler bien plus efficace d’avoir correctement lu les utilités stratégico-pratiques de l’affrontiste Clausewitz que les envolements psycho-aériens du fuitiste Évagriste. Et ce n’est certainement pas un hasard si Debord fut le seul écrivant du siècle passé à pouvoir dé-chiffrer et dénoncer [ à la source !] les volumineux secrets du terrorisme étatique mondial qui depuis la gare de Bologne n’a cessé de s’étendre en un vaste spectacle permanent de manipulations mondialistes croissantes,  à mesure que se développait la crise historique du déploiement mercantile.

Incontestablement, comme Debord le rappelait souvent, Edgar Poe nous a effectivement orientés vers la situation de cette vérité, par son célèbre raisonnement du Double assassinat dans la rue Morgue qui aboutit à saisir que l’important dans ce qui arrive aujourd’hui, c’est principiellement ce qui le distingue de tout ce qui est arrivé auparavant. Encore faut-il comprendre dorénavant que la seule vérité totale qui est la situation de toutes les situations réside par-delà tous les mystères chimériques des commerces de l'usurpation dans cette forme politique ultime précisément appelée par Debord le « spectacle » et qui n’a de sens qu’en tant que mise en scène domesticatoire du fétichisme de la marchandise. Et dans cette histoire, le situationnisme aura démontré à l’opposé de l’ensemble des abêtissements universitairesque tous les gauchismes de l’argent et du pouvoir ont partout joué le rôle de l’idiot utile dans tous les compartiments du jeu qu’ils prétendaient faussement détruire. Contre tous les ontismes de la servitude reconduite, il n’est qu’un chemin de l’ontologie vérifiée ; celui de la communauté radicale de l’être générique posé et fondé en la communauté réfractaire et active du cosmos conscient.

En effet, la forme que revêt le langage ne saurait être secondaire. Si, comme je le soutiens, à l’origine, « la langue se définit comme la forme la plus expressive et la plus significative de la communauté humaine naturelle », il est indéniable que l’on ne peut retrouver actuellement dans le mode de production capitaliste de l’expression pervertie par le marché démocratique du paraître et de l’inversé,  la véracité des mots qu’au travers de la fameuse dynamique de sortie de l’obscurité des situations aliénées par la mise en forme creusée d’une désignation systématique des processus de l’obscurcir qui renversejustement le renversé. Avec cette pratique permanente de la métabole qui montre les changements profonds par lesquels l’ordre habituel de la soumission peut être bousculé, ses opportuns découpages pré-fixionnels qui mettent en relief tout ce qui doit être dé-couvert, ses mises en italiques systématiques qui marquent l’amplification sur les passages où la contradiction être/avoir s’intensifie précisément, la dialectique radicale à partir de Marx et de Debord et au-delà d’eux-mêmes constitue assurémentla seule voie de clarté vers un vrai langage non spectaculaire, c’est à dire qui sache exprimer cette substantialité révolutionnaire qui montre que la vérité s’inscrit toujours en négatif du parler creux des servitudes quotidiennes même décorées d’un mauvais ciel d’espérance compensatoire.

Mais de quel lieu je parle ? telle est la question que le lecteur peut se  poser quand il lit : « Le totalitarisme des ruses de la raison capitaliste est enfin parvenu à édifier un monde où il n’y a plus de place pour aucune autre réalité que celle des vérités qui valorisent les besoins de la loi de la valeur. ». En effet, si le monde est devenu spectacle, de quel lieu peut-on dénoncer le monde et comment s’en émanciper si ce n’est à partir d’un poser de l’ex-ister résolument anti-spectacle… Définir les prolétaires comme des « êtres à l’être perdu », c’est assurément reconnaître que, d’un point de vue ontologique, le spectacle a  prolétarisé la totalité des hommes, tant les oppresseurs que les opprimés…Certes… Peut-il se produire une non-satisfaction ontologique de l’exploiteur ? La « lutte des classes » se justifierait-elle encore ? Bien que je remarque que « tous se trouvent là clivés en un personnage », je  considère néanmoins que la prise de conscience révolutionnaire en acte de trans-formation historique ne concerne que le prolétariat en tant que « chair à travail » car, si dans ce marché de dupes du spectacle, le possédant est aussi le possédé, seuls les possédés – en tant que classe historique de la crise de l’histoire – peuvent au moment de la décadence réalisée de la possession briser le cycle de l’implication réciproque, puisque c’est eux qui en assurent toute la matérialité et la force reproductive de reproduction possible. La seule crainte massive du système de la marchandise généralisée, c’est  d’ailleurs celle d’un retour possible des luttes radicales qui mènent aux grandes grèves insurrectionnaires contre le Capital et l’État… Je ne parle donc que d’un unique lieu, le seul qui vaille humainement, celui qui s’inscrit dans cette aspiration historique invariante de l’humain in-satisfait par la sur-vie costumée à vouloir retrouver la véridique satisfaction en l’être générique de la Communauté.

Pour moi, répétant simplement Marx en dépassement de Marx, le marxisme n’a rien à voir avec le Marx de l’essentialité, mis à part cette utilisation absorbante et perverse par laquelle le Capital retourne toujours ce qui le conteste afin de se mieux valoriser par le biais de l’inversion spectacliste continue, selon cette compréhension évidente que pour Marx l’émergence de la conscience subversive est un auto-mouvement de l’humanité en général contre l’argent qui permet sans ambages de déclarer que le partitisme du capitalisme d’État bolchévique – simple forme durcie des mystifications réformistes de la social-démocratie molle ! – se place aux antipodes  de toute son œuvre, laquelle de l’Idéologie allemande à la critique du programme de Gotha en passant par les Grundrisse affirme très distinctement que le communisme est le mouvement de la Commune humaine destructrice de l’argent et de l’État et qu’il n’a rien à voir avec  les divers fusilleurs gauchards du prolétariat qui depuis 1848 n’ont jamais cessé d’exterminer les insurgés du comprendre maximaliste. Par conséquent, je ne me prétends pas plus marxiste que Marx affirmant « Je ne suis pas marxiste », selon la formule pertinente qu’Engels  rapporte dans sa célèbre lettre, du 5 août 1890, à Conrad Schmidt. Le Jésus réel est à des milliers d’années lumières de sa caricature idéologique calviniste, tout comme le Marx objectif est à l’extrême opposé de son effigie lénino-trostkyste ; et c’est pourquoi Riazanov, qui avait fondé l'Institut Marx-Engels pour se consacrer à la publication de ses écrits, a fini fusillé pour cause de production de manuscrits inédits trop perturbant.

Ce faisant, je me place à l’opposé de cette lignée de penseurs « marxiens » péri-universitaires et éclectico-confusionnistes, qui n’ont pas su voir que l’anti-Étatisme de Marx, s’il était bien une des constantes fondamentales de sa pensée anti-politique, était radicalement anti-anarchiste au sens où l’État ne s’abolit pas par décret (contrairement à ce qu’imaginaient les clowneries bakouninistes lors de la Commune de Lyon !) mais par le mouvement social pratique de la communisation vécue de l’espace-temps, et ceci en relation avec le fait que l’État n’a jamais rien eu à craindre de l’anarchisme historique officiel qui n’a abouti en sa plus grande extension qu’à simplement produire les polices ministérielles de la CNT étatique. CNT d’Espagne qui, et ce n’est pas un hasard, dans les années 1920, louait le grand flic capitaliste Lénine après avoir décidé d’ailleurs en décembre 1919 à son congrès au Théâtre de la Comédie de Madrid d'adhérer à l'Internationale Syndicale Rouge du capitalisme concentrationnaire alors que les groupes maximalistes allemands ou italiens qui donneraient plus tard naissance aux Communistes de conseils, au réveil communiste ou à L’ouvrier communiste percevaient déjà fort bien que le marxisme (léniniste ou pas…) n’était finalement que l’ensemble des contre-sens effectués sur Marx lorsqu’au lieu de regarder vers la critique de l’économie politique l’on se laisse coloniser par l’économie politique critique…

Il serait temps d’en finir avec ce leurre du parabolchévisme de Karl Marx. La théorie de Marx expression du mouvement réel des luttes de classe contre le fétichisme de la marchandise et pour l’abolition du salariat, d’après ses propres principes dialectiques, est l’antithèse absolue de ce que sont historiquement devenu les pays capitalistes d’État du vingtième siècle. Je me permettrai seulement de renvoyer, concernant ce processus anti-étatiste proprement dit, à la géniale formule d’Engels dans l’Anti-Dühring : « L'État moderne, quelle qu'en soit la forme, est une machine essentiellement capitaliste : l'État des capitalistes, le capitaliste collectif en idée. Plus il fait passer de forces productives dans sa propriété, et plus il devient capitaliste collectif en fait, plus il exploite de citoyens. Les ouvriers restent des salariés, des prolétaires. » Ce qui renvoie pleinement aux premiers textes de Marx de 1843 précisant que l’émancipation humaine est anti-politique… Si Marx n’a pas fait le marxisme tout en permettant qu’il se fit alors même qu’il le dénonçait, c’est bien le marxisme du spectacle capitaliste qui a fait le Marx factice de la soupe progressiste du salariat amélioré contre le Marx authentique du salariat à abolir. La pensée de Marx n’est devenue « célèbre » qu’en 1917, lorsque les marxistes-léninistes du capitalisme d’État triomphant l’ont fait spectaculairement triompher à l’envers de tous ses projets d’abolition du salariat et de l’État. Il faut ainsi bien comprendre que, si Marx est bien l’anti-précurseur de Lénine, Lénine est donc le parfait successeur de toutes les falsifications étatico-universitaires de Marx. Sans le Marx falsifié, pas de Lénine vrai. C’est d’ailleurs pour cela que les groupes radicaux des années 60 pouvaient dire avec humeur et humour que Marx n’est qu’un vieux con lorsque c’est Raymond ARON et Louis ALTHUSSER qui en parlent… Assurément, il faut lire et relire Anton Pannekoek, Paul Mattick et Otto Rühle en se rappelant toujours que le communisme n’est rien d’autre que le plan de vie de l’espèce humaine émancipée de toutes les matérialités échangistes et policières de l’inféodation aux règles des hiérarchies du calcul.

Je n’ignore nullement  Proudhon. Je l’ai d’ailleurs en ma jeunesse assez longuement côtoyé… Je connais même fort bien le conciliateur mythologique des contraires impossibles qui n’avait défendu les barricadiers de 1848 que du bout des lèvres et qui révassait au crédit gratuit en espérant conserver le bon côté de la marchandise tout en en évacuant le mauvais et qui, bien plus que tout autre penseur socialiste, fut porteur de cette psychologie artisano-paysanne propriétarienne née de la révolution capitaliste de 1789 en laquelle réside la négation accomplie de l’être de la « communauté de terre » propre aux communautés paysannes communistes d’avant la modernité des échanges. Proudhon qui confondait collectivisme et communisme a immédiatement fait l’impasse sur tout ce qui fait la spécificité du mouvement réel vers un monde sans argent et sans État. Bricoleur économiste d’une fausse émancipation, il a très vite sombré dans les ridicules équilibrismes des incompatibilités multiples de l’auto-gestion marchande, comme si administrer directement et populairement la merde commerciale des villes et campagnes était plus humain que la laisser en rente privilégiée aux aristocraties d’argent. Dès 1847, Marx définit le système politique du mutualisme capitaliste proudhonien, en des termes mémorables et définitifs. Il suffit de comparer sereinement la philosophie de la misère qui voudrait simplement rééquilibrer le système des échanges avec la misère de la philosophie qui appelle à l’éradication de toute aliénation échangiste… De même que j’incite à relire Marx hors du prisme marxiste, je vous invite à relire Proudhon sans le préjugé proudhoniste. Il y a, entre Proudhon resté indécrottablement un prisonnier de la théorie capitaliste du contrat et un Varlin, passé de cette illusion à l’immanence radicale du mouvement réel vers l’éradication de la monnaie, tout un monde et c’est là celui qui fait la différence entre les améliorantistes de la merde marchande et les préparateurs clairvoyants de la vie humaine émancipée. En juin 1937, le groupe communiste radicaliste BILAN à l’encontre du système politique du centralisme capitaliste soviétoïde, simple fraction du mondialisme marchand en mouvement dénonçait en des termes mémorables tous les agents complices de l’oppression appropriative planétaire :

Le 19 juillet 1936, les prolétaires de Barcelone, AVEC LEURS POINGS NUS, écrasèrent l’attaque des bataillons de Franco, ARMÉS JUSQU’AUX DENTS.

Le 4 mai 1937, ces mêmes prolétaires, MUNIS D’ARMES, laissent sur le pavé bien plus de victimes qu’en juillet, lorsqu’ils doivent repousser Franco –et c’est le gouvernement antifasciste comprenant jusqu’aux anarchistes et dont le P.O.U.M. est indirectement solidaire –qui déchaîne la racaille des forces répressives contre les ouvriers…

…La milice ouvrière du 19 juillet est un organisme prolétarien. La « milice prolétarienne » de la semaine suivante est un organisme capitaliste approprié à la situation du moment. Et, pour réaliser son plan contre-révolutionnaire, la Bourgeoisie peut faire appel aux Centristes, aux Socialistes, à la C.N.T., à la F.A.I., au P.O.U.M., qui, tous, font croire aux ouvriers que L’ÉTAT CHANGE DE NATURE LORSQUE LE PERSONNEL QUI LE GÈRE CHANGE DE COULEUR. Dissimulé dans les plis du drapeau rouge, le Capitalisme aiguise patiemment l’épée de la répression qui, le 4 mai, est préparée par toutes les forces qui, le 19 juillet, avaient brisé l’échine de classe du prolétariat espagnol…

…Épuisé par dix mois de guerre, de collaboration de classe de la C.N.T., la F.A.I., le P.O.U.M., le prolétariat catalan vient d’essuyer une terrible défaite. Mais cette défaite est aussi une étape de la victoire de demain, un moment de son émancipation, car elle signe l’arrêt de mort de toutes les idéologies qui avaient permis au capitalisme de sauvegarder sa domination, malgré le soubresaut gigantesque du 19 juillet…

...Élevons l’étendard de la Révolution communiste que les bourreaux fascistes et antifascistes ne peuvent empêcher les prolétaires vaincus de transmettre à leurs héritiers de classe. Soyons dignes de nos frères tombés ! Vive la Révolution communiste dans le monde entier !

Il y aurait fort à dire sur les multiples manigances mysticatrices de Marx, Proudhon, Bakounine et Blanqui. Ils étaient tous plus ou moins prisonniers de cet échiquier géo-politique narcissique de la représentation qui les poussaient à s’imaginer comme indispensables à l’histoire qui se préparait… Les statuts secrets de l’Alliance bakouniniste de 1868 constituent d’ailleurs là un summum, quand cette dernière caractérise le cadre exact de sa propre pratique : « Au moyen d’une force invisible qui n’aura aucun caractère public et qui ne s’imposera à personne ; au moyen de la dictature collective de notre organisation qui sera d’autant plus puissante qu’elle restera invisible, non déclarée et sera privée de tout droit et rôle officiels ». Mais par delà tout cet égarement dans le  prisme dirigiste et cheffiste, ce qui compte c’est que seul Marx a su dénoncer à l’avance « les héritiers des héritiers de tous les gangs qui parlèrent invariablement de lui à l’envers pour mieux cacher la parole radicale du Marx de la réalité anti-salariale et anti-étatique ». À partir d’une étude diachronique de toutes ses propres palinodies, il est évident que Marx, envers et contre Marx lui-même,  est le seul qui, entre le début de la guerre franco-allemande de 1870 et l’écrasement de la Commune, a su s’auto-dépasser en profondeur pour aboutir à cette claire vision que – contre tous les délires léninistes et CNTistes à venir – il ne s’agit point de modifier ou d’apprivoiser l’État mais bien de le détruire par la communisation, c’est à dire par la mise en marche d’un processus historique concret d’auto-émancipation humaine et de négation de la loi de la valeur.

C’est la stricte observance de la dialectique hégéliano-marxienne (qui n’est que l’expression dialectique du devenir réel du logos incendiaire !)  qui me permet de m’ouvrir au grand mouvement  christique de l’insurrection absolue tel que cela est positionné comme nulle part ailleurs dans L'esprit du christianisme et son destin. Ma critique de la religion comme confiscation étatico-serviliste du sacral originel est d’abord intéressante parce qu’elle dé-monte notamment le vitalisme moniste d’inspiration nietszchéenne qui n’est qu’un monothéisme de l’argent renversé sur le terrain de l’argent monothéiste, là ou finalement la volonté de puissance n’est qu’une impuissance de volonté vraie.

Chez moi,  la dimension christique ne se confond pas avec  le Logos grec ou le Sol invictus romain, elle les accomplit en les continuant/outre-passant en une dimension supérieure d’universelle in-soumission. Je peux donc percevoir l’événement absolument révolutionnaire de l’Incarnation – uniquement parce que je l’interprète en sa genèse extrémiste – aux antipodes de l’événement ecclésial mis en scène par les chaînes de la religion. L’idée de transcendance radicale est absente  de toutes les modernités marchandes qui vont de l’idéalisme romantique au matérialisme positiviste. Que le divin soit à la fois transcendant et immanent ne peut être saisi par une dialectique de l’identité aristotélicienne sur laquelle se fonde la vision spectaculaire du monde qui est née de l’agora de la Cité des échanges. La critique radicale du spectacle appelle une dialectique révolutionnaire du contradictictoire qui, en négation totale de la théorie proudhonienne de l’organisation antinomique du monde visant à réaliser une pitoyable coopération financière mutuelle, renoue avec Héraclite, Parménide et Hegel pour à partir de Marx et des courants radicaux issus de la I° Internationale poser les jalons enflammés d’une révolution humaine éradiquant définitivement le spectacle de l’ignominie marchande.

De même à rebours de l’anthropologie binaire de la domestication universitaire qui interdit d’appréhender toute dimension de véritable spiritualité et qui divise capitalistement l’humain entre la tête et les jambes, je rappelle à la suite de Hegel et Reclus que l’homme est la nature prenant conscience d’elle-même et que l’esprit de radicalité est la conscience prenant pleinement conscience d’elle-même contre toutes les impostures métaphysiques qui font du divin l’Autre (dominateur) du monde alors que le divin est justement l’immanence transcendantale ( et anti-dominatrice) du monde. Le logos [lg] est à la fois le parler du monde et la parole qui le reproduit en tant que rationalité du devenir de la phusis cosmique. Le logos est par définition même anti-métaphysique car la métaphysique naît expressément de la transformation de la phusis anti-mercantile en marché des mesures physiques à quantifier. J’adopte donc clairement une vision anti-métaphysique, centrée sur la primauté de la parole de l’être originel qui est précisément la contestation la plus radicale de la métaphysique contée et comptée de la civilisation spectaculaire occidentale. Selon moi, l’émergence de l’écriture vient bien signaler la catastrophe économique du passage de la « Communauté de l’Être » à la « Société de l’Avoir » : « C’est la perte irréductible de l’être communautaire primordial qui, produisant la réalité sociale d’une fuite éperdue de l’homme hors de l’homme, d’une sortie et d’un échappement hors de l’être, a ainsi conduit à la naissance de l’écriture », étant donné que la première écriture est bien historiquement une comptabilité (Les fameux calculi)qui vient dire que désormais la production s’en va se vendre et que la vie qui simultanément s’enfuit en la vente doit dès lors s’écrire des compensations épiques, littéraires et religieuses. Il est incontournable que c’est le chiffre qui a fait naître la lettre et que la lettre n’est qu’une métastase pathologique du chiffre…

L’intelligibilité de l’écriture, de la lettre donc en tant que chiffrage dérivé, constitue bien évidemment l’origine méthodologique de la pensée radicale dans la mesure où l’écriture apparaît assurément comme corps et matière aliénatoires, extérieurs à la vraie vie du Logos originaire.

Je dois insister sur mon analyse de la stratégie immigrationniste du système marchand laquelle vise en effet  à « substituer au prolétariat offensif de la vieille histoire européenne, la diversité docile des multiples différences prosternées devant la loi du pécule. » D’ailleurs, vous concédez vous-même que je souligne fort justement que les populations immigrées, étant issues de « temporalités non-critiques, de par l’essence même de leurs histoires immobiles sont ainsi davantage passives et manipulables par le Capital  ». Pour autant, ce n’est pas l’immigration qui cause la contre-révolution affermie du Capital, c’est le Capital contre-révolutionnaire qui s’affermit par la cause immigrationniste qui vient d’emblée faire connaître au monde que le vieux prolétariat communard d’Europe, en corollaire de la grande alarme de 1968, doit nécessairement terminer de sortir de sa propre histoire et migrer hors des dynamiques qui firent son ancestrale in-docilité pour que le melting-pot des mélanges marchands puisse finalement prévaloir comme spectacle de l’irrémédiable.

Cependant, je crains que vous vous illusionnez sur la capacité offensive d’élites révolutionnaires prolétariennes supposées qui auraient été purgées depuis longtemps, notamment par les deux guerres mondiales. Le Capital n’a pas pour l’instant triomphé des luttes ouvrières extrémistes qu’il a rencontré pour d’autres raisons majeures que tant qu’il est à même de développer les forces productives de l’aliénation générale, il demeure apte à reproduire le mouvement de sa production. Ce n’est point parce qu’il a brisé les groupes de radicalité maximaliste que le spectacle de la marchandise a pu écraser les grands mouvements contestataires des années 1920-1960, c’est au contraire parce qu’étant encore en phase de développement dominatoire qu'il est parvenu à neutraliser la contestation émeutière et qu’il a pu se débarrasser des éléments alors les plus radicaux.

Il n’y a nulle crédulité révolutionnaire à envisager que le « temps des grandes fractures qui approchent et qui verront sûrement les assemblées ouvrières de la contestation intransigeante – pour s’opposer aux délocalisations ininterrompues et à la dévoration financière de tous les espaces sociaux de la circulation – envisager de s’insurger contre la misère marchande. »  Selon moi, dans l’univers concentrationnaire contemporain, où effectivement il n’y a plus d’évasion horizontale possible puisque les prisons multiformes du quantum ont pris la mesure de tout. Le seul lieu désormais envisageable est celui du Hors-Mesure des verticalités ontologiques où l’humain aspire subversivement à retrouver le chemin de la GEMEINWESEN, autrement dit la communauté de l’être générique.

Au début de cette chronique, je faisais remarquer en renversant votre illusion que, dans les nouvelles formes modernistes abouties de la guerre, il pourrait se révèler bien plus efficace d’avoir lu Clausewitz qu’ Évagre.  Contre le conformisme mondain de la dictature démocratique de la marchandise spectaculaire accomplie, il ne s’agit point de dire qu’il faut quitter ce monde… Les vastes solitudes du désert métaphorique ou réel sont la forme narcissique simplement invertie des nombreuses galeries commerciales de l’errance spectaculaire des égotismes d’angoisse. Le seul mouvement radical vers la conscience de l’être vrai de l’homme n’est pas un retirer esthético-théatral de la mondanité mais un affronter à tous les théâtres esthétiques qui répètent et perpétuent cette dernière. Si la vérité de l’homme n’est pas de ce monde marchand, elle est bien de ce monde humain qui, en négatif et par delà l’écrasement, continue toutefois et en sous-jacence à crier de mille manières possibles qu’il faut sortir de là non pour s’esquiver loin (ce qui ne gêne guère l’univers de la fausse conscience !) mais pour frapper fort et au plus près (ce qui seul peut terrasser la tyrannie du système des objets).

De la sorte, l’incarnation comme expérience ontologique vérifiée de l’auto-mouvement de l’esprit radical en la chair, est fondamentalement anti-anachorètique car bien loin d’être un retrancher du monde, elle se pose et s’impose comme la nécessité d’un trancher absolu et total, en le mouvement profond des contradictions du monde lui-même, de toutes les relations historiques de la servitude. L'Incarnation est le concept christique selon lequel le logos du divin s’est fait chair, non pour récuser les plaisirs de la vie naturelle et se soustraire aux sensualités du corps mais à rebours pour signifier que le divin s'est bien fait homme pour que l'homme ad-vienne dans le divin à l’encontre de tous les ecclésiastismes de l’échappement et de l’éloignement, du carcan et de la subordination.

Si, en nécessaire préambule premier à la Critique de l’économie politique, Marx décida de rédiger sa fameuse Question juive  dans les modalités d’implacable rigueur qui furent alors les siennes, ceci loin d’être fortuit exprimait de manière réfléchie  et longuement mûrie, l’ardente obligation d’appeler  à cette clairvoyance révolutionnaire indispensable selon laquelle si le change est bien devenu désormais le « dieu mondial », l'émancipation humaine vraie n'est réalisée que lorsque l'homme a reconnu et organisé ses forces propres génériques comme forces communautaires cosmiques et ne sépare donc plus de lui la force de sa vie réelle sous la forme de la force politique, artistique ou religieuse. « L'aliénation, c'est la pratique du dé-saisissement » dit Marx et « de même que l'homme, tant qu'il est sous l’emprise de la religion, ne sait concrétiser son être qu'en en faisant un être fantastique et étranger, de même il ne peut, sous l'influence du besoin égoïste, s'affirmer pratiquement et produire des objets pratiques qu'en soumettant ses produits ainsi que son activité à la domination d'une entité étrangère et en leur attribuant la signification d'une entité étrangère, l'argent ».

C’est pourquoi, contre la domination générale de l’aliénation dont l’alliance commerciale abrahamique constitua un modèle exemplaire, le christianisme est véritablement une pensée sublime du soulèvement distinctif explique Marx et, avec Engels, ils demeureront  tous deux particulièrement attentifs à toutes ces guerres paysannes qui rythmèrent le développement historique européen en n’ayant de cesse d’y appréhender une radicalité restauratrice d’un christianisme primitif qui n’avait décidément aucun rapport  avec les pratiques vulgaires, institutionnelles et cléricales qui ont suivi la conversion politico-religieuse de l’empire romain en crise à un nouveau mode d’unification symbolique de dressement.

Comme le souligne fort bien la deuxième thèse sur Feuerbach : « la question de savoir s'il y a lieu de reconnaître à la pensée humaine une vérité objective n'est pas une question théorique, mais une question pratique. C'est dans la pratique qu'il faut que l'homme prouve la vérité, c'est-à-dire la réalité, et la puissance de sa pensée, dans ce monde et pour notre temps. La discussion sur la réalité ou l'irréalité d'une pensée qui s'isole de la pratique, est purement scolastique ».

Par delà tous les possibles réenchantements-exutoires du monde et à l’encontre de  tous les barbouillagesoù se soulagent les écritures consolatrices de l’angoisse humaine divaguant entoutes les inventions graphiques envisageables, la vie authentique est l’anti-écriture du monde comme relation anti-médiée où, si l’expérience humaine emprisonnée parfois tient la plume, c’est en sachant toujours que la rédaction n’est là qu’un intervalle marginal puisque la vraie vie se doit d’être premièrement cet espace-temps de l’anti-monothéisme de l’état de l’argent où le vibrer tripal des intelligences sacrales empoigne toute la sève érotique à contre-pied de tous les onanismes textuels.

L’homme se disloque  non par défaut de tons et de tonalités fondamentales en l’existence du vivre mais en absence d’étonnement devant ce qui les fonde, lorsque la société des représentations de l’avoir prend le pas sur la communauté des sensations de l’être. La conscience révolutionnaire est donc dès lors tout simplement la dialectique d’éveil, de veille et d’émerveillement qui sait discerner que la richesse d’essence est bien davantage en les arbres, rivières et fleurs que dans les paperasses médicamenteuses et les pharmacopées théologiques. La véritable joie de l’homme exige que la religion de l’écriture soit supprimée en même tant que l’écriture de la religion en tant qu’elles expriment de  bonheur illusoire de l’homme coupé de l’être de l’homme. Exiger qu'il soit renoncé aux illusions du texte religieux et de la religiosité du textuel, c’est aller à la situation réelle du réel, c'est exiger qu'il soit renoncé à une situation qui a besoin d'illusions.

J’ai commencé votre Talvera, elle me plait bien mais je sens très vite qu’elle risque de s’arrêter en cours de route… Là où elle pourrait néanmoins aller vers les sillons créateurs d’un nécessaire incendie historique, elle reflue cependant et finalement vers ce lieu méta-physique où les mots confondent verbe et logos et où la vraie phusis du cosmos risque d’être noyée dans l’aventure intérieure, en ce là où l’homme demeure enfermé entre Spleen et Idéal, ces deux sphères complémentairement contradictoires de la mondialisation totalitaire de l’infra-humain de la marchandise.

Tout est dit : rendez-vous dans l’anti-désert, là où il convient de toujours labourer la terre de l’Être au milieu de ces cohues où l’homme–machine est programmé à la mort par la liberté despotique de l’argent mais où l’incarnation prend tout son sens pour positivement lui indiquer qu’il est prioritairement chair de la chair cosmique de l’in-soumission permanente.

Très contradictoirement et cordialement,
Francis Cousin.
1er octobre 2013

Partager ce contenu