Information à géométrie variable

Publié le : 07/05/2007 00:00:00
Catégories : Actualité , Archives Scriptoblog (2007-2013) , Articles par intervenants , Articles par thèmes , Maurice Deschamps

goebbels_croquis

En cette première journée de sarkozysme appliqué, nous avons déjà une première indication de la méthode de gouvernement qui sera suivie par la nouvelle équipe dirigeante : l'information à géométrie variable.

Fatigué d'écrire le prochain chapitre d'un petit truc en cours, genre roman noir, manip policière, par curiosité, je surfe deux minutes sur le web et je tombe sur une dépêche AFP... qui me fait repenser à mon chti roman en cours, justement.

Des incidents très violents ont éclaté partout en France dans la nuit de dimanche à lundi. Le bilan officiel, qui a été arrêté à 6 heures du mat et ne sera pas réactualisé (1), fait état de 367 voitures incendiées, 28 policiers blessés et 270 arrestations.

Ce bilan arrêté à 6 heures et non réactualisé ne concerne que les faits comptabilisés à 6 heures. C'est à dire que si vous vous êtes levé à sept plombes du mat pour trouver votre caisse carbonisée, officiellement, votre bagnole n'a pas cramé cette nuit. Il faisait jour quand vous l'avez trouvée calcinée, donc elle n'a pas brûlé de nuit. CQFD.

Comment faire baisser la fièvre ? En cassant le thermmomètre, répond le spin doctor Sarko.

Un examen attentif des relevés d'incident locaux permet en outre de constater que le bilan officiel tait certains faits, purement et simplement occultés. La préfecture de police de Paris fait état à elle seule de 33 policiers blessés - soit plus que le total national. Cherchez l'erreur. Pas grand chose non plus, dans le bilan officiel, sur les incidents très violents qui ont émaillé la nuit à Nantes, Toulouse et Lyon, rien sur une attaque de bus au cocktail molotov, pourtant rapportée par diverses dépêches.

Voilà donc une première indication sur ce que sera la gestion sarkozyste de l'insécurité...

Etape 1 :  créer les bases objectives qui permettent le développement de l'insécurité (paupérisation et précarisation, immigration clandestine),

Etape 2 : promettre au bourgeois effrayé qu'on le protègera, encaisser les dividendes électoraux,

Etape 3 : mettre des flics partout pour montrer qu'on fait quelque chose, "ce qu'il faut", truquer les chiffres pour donner l'impression qu'on obtient des résultats,

Etape 4 : pendant ce temps, laisser se propager l'insécurité réelle pour continuer à effrayer le bourgeois, et c'est reparti pour un tour, la martingale fonctionne à tous les coups, voir étape1.

Chapeau l'artiste !

Rectification : après avoir annoncé un bilan non actualisé, la Direction Générale de la Police Nationale, sans doute débordée par l'afflux de protestations, s'est résignée à fournir un nouveau bilan. On en est à 730 véhicules incendiés, l'équivalent d'une petite nuit d'émeute en novembre 2005.

Partager ce contenu