L'effondrement des modèles économiques complexes

Publié le : 08/12/2014 09:24:00
Catégories : Actualités des éditions Le Retour aux Sources , Joseph A. Tainter , Recensions

Clay Shirky est américain. Il est à la fois journaliste, écrivain et enseignant, il s’intéresse particulièrement aux interactions entre réseaux et culture. Il fait partie des gens qui sont très écoutés aux Etats-Unis et au-delà. Son dernier texte s’intitule “L’effondrement des modèles économiques complexes”.


Shirky raconte avoir donné il y a un an une conférence devant un parterre de décideurs de la télévision. Or, pour tous ces gens, la question n’était pas de savoir si internet allait porter atteinte à leur modèle économique, mais quand et comment. En fait, leur problème était simple : quand la vidéo en ligne générera-t-elle assez d’argent pour couvrir ses couts ?

Selon Shirky, il est très compliqué de répondre à cette question. Non seulement parce que la réponse risque de ne pas plaire à ceux qui la posent, mais aussi parce les prémisses de cette question sont, selon lui, plus importantes que la question elle-même.

Ces prémisses sont doubles. D’abord, les produits télévisuels sont fabriqués par des entreprises qui veulent faire du profit. Et il n’y a que deux moyens de faire du profit. Soit faire en sorte que les recettes deviennent supérieures aux dépenses. Soit baisser les dépenses pour qu’elles deviennent inférieures aux recettes. Voici pour la première prémisse. La seconde est qu’il est impossible pour une société qui fabrique des produits télévisuels de faire baisser les dépenses.

Et Shirky va s’employer à nous montrer pourquoi. Et il va le faire par un grand détour dont seuls les Américains sont capables, mais qui donne tout son sel à la manière dont, souvent, ils présentent leurs arguments.

collapseEn 1988, nous apprend Clay Shirky, Joseph Tainter a écrit un livre qui s’intitulait The Collapse of Complexe Societies (L’effondrement des sociétés complexes), livre dans lequel Tainter s’intéressait à plusieurs civilisations qui avaient atteint un haut degré de sophistication avant de s’effondrer brutalement : les Romains et les Mayas notamment. Ce que cherchait Tainter, c’était des causes communes à l’effondrement de ces civilisations très différentes les unes des autres. La conclusion à laquelle il est arrivé est la suivante : ces sociétés ne se sont pas effondrées malgré la sophistication à laquelle elles étaient arrivées, mais précisément à cause de cette sophistication. Voici comment Jospeh Tainter explique les choses : pour de multiples raisons, un groupe de personnes se trouve avec un surplus de ressources. La gestion de ce surplus rend les sociétés plus complexes : l’agriculture exige des compétences mathématiques, le stockage des céréales nécessite de nouvelles constructions, etc. Au début, la valeur marginale de cette complexité est positive chaque degré supplémentaire de complexité se rembourse, et même au-delà… mais le temps allant, la loi des rendements décroissants diminue la valeur marginale jusqu’à ce qu’elle disparaisse complètement. Et à partir de ce moment-là, tout degré de complexité supplémentaire est un coût pur.

L’addition des degrés de complexité dont la bureaucratie est un exemple finit par rendre une société si rigide que, quand survient une grosse crise, elle s’effondre. Evidemment, on peut se demander pourquoi ces sociétés, quand elles sont face à une situation de crise, ne font pas machine arrière, vers moins de complexité ? La réponse de Tainter est simplissime : si ces civilisations n’arrivent pas à aller vers moins de complexité, ce n’est pas parce qu’elles ne le veulent pas, c’est parce qu’elles ne peuvent pas. Dans de tels systèmes, il devient impossible de faire juste un peu plus simple. Même quand des ajustements raisonnables suffiraient, les élites – c’est-à-dire ceux qui profitent de la complexité -, ont tendance à résister à ces ajustements, jusqu’au moment où tout devient brusquement et dramatiquement plus simple, jusqu’au moment de l’effondrement.
Voilà le résumé de la thèse de Joseph Tainter. On est apparemment très loin de ce qui nous intéresse dans Place de la toile. En fait, pas du tout, Clay Shirky,- mais comment en douter ? – retombe sur ses pattes. Car ce modèle, celui des inconvénients de la complexité dans une situation de crise, est selon lui applicable à ce qui est en train d’arriver à certains modèles économiques qui sont défiés par l’écosystème du Web. Clay Shirky prend plusieurs exemples, j’en ai retenu un.

Au milieu des années 90, Shirky raconte avoir été appelé par des amis d’AT&T (la grande entreprise de télécommunication américaine), des amis qui voulaient le consulter à propos d’un marché naissant : celui de l’hébergement de sites internet. Ces gens voulaient absolument maintenir le fameux niveau 99,99 % de fiabilité qui a fait la marque de fabrique d’AT&T, mais ils ne voyaient pas comment c’était possible d’atteindre ce degré de fiabilité pour 20 dollars par mois, qui était le prix pratiqué à l’époque. S’ils avaient voulu le faire, ça leur aurait coûté beaucoup plus cher.

Shirky se souvient leur avoir expliqué l’absence de fiabilité des plates-formes d’hébergement qu’il utilisait et leur avoir fait comprendre, pour leur plus grand désarroi, qu’il n’était pas prêt à payer plus cher pour plus de fiabilité. La réponse de Shirky les avait laissés pantois. Parce que les gens d’AT&T avaient bien compris qu’il était impossible de fournir un service fiable pour 20 dollars par mois, mais en revanche, ce qu’ils ne comprenaient pas, – ce qu’ils étaient culturellement incapables de comprendre -, c’était que la solution industrielle à ce problème, dans le milieu des années 90, était de proposer pour cette somme un hébergement de mauvaise qualité. Bref, à la fin du coup du fil, il était clair qu’AT&T n’entrerait pas dans ce marché. Pas parce que la société ne le voulait pas, mais parce qu’elle ne le pouvait pas. AT&T s’était construit pendant un siècle sur la qualité du service, à tous les niveaux de l’entreprise. Et AT&T ne pourrait pas être bon sur un marché qui demandait les qualités exactement inverses de celles qui avaient assuré sa réussite sur d’autres marchés.

Selon Shirky, elle est bien là la réponse à donner aux dirigeants des chaînes de télé.
Un jour, les modes de production de la vidéo sur le net seront aussi complexes qu’ils le sont pour la télévision aujourd’hui, et des gens se feront sans doute beaucoup d’argent avec ça. Il est donc tentant, au moins pour ceux qui bénéficient de la complexité d’aujourd’hui, d’imaginer que si les choses étaient complexes auparavant et qu’elles redeviendront aussi complexes bientôt, il n’y a pas de raison d’aller vers plus de simplicité. Mais ça n’est pas comme ça que ça marche.

Clay Shirky rappelle un fait : la minute de vidéo la plus vue ces cinq dernières années est celle qui montre un bébé du nom de Charlie mordre le doigt de son frère. Elle a été vue par 174 millions de personnes, plus que le public réuni des émissions de téléréalité et du Superbowl.

Bien sûr, certaines vidéos tirent encore leur valeur de leur complexité, mais la logique de l’ancien écosystème médiatique, où une vidéo devait être complexe pour être une vidéo, cette logique est cassée. Des vidéos produites avec des moyens complexes et chers sont aujourd’hui en compétition avec des vidéos très peu chères et fabriquées avec des bouts de ficelle. “Charlie mord mon doigt”, la vidéo dont il était question plus haut, a été fabriquée par des amateurs, en une seule prise, avec une caméra bon marché. Aucun professionnel n’a été impliqué dans la sélection, l’édition ou la distribution de cette vidéo. Pas un sou n’a circulé entre le créateur, l’hébergeur et les spectateurs. Un monde où ce genre de chose se produit est un monde où la complexité n’est ni une nécessité absolue, ni un avantage automatique.

D’où l’effondrement prévisible des entreprises pour lesquelles revenir à plus de simplicité est impossible. C’est-à-dire toutes les industries : celles de la musique, de la production audiovisuelle, pourquoi pas du livre, des télécommunications… Toutes ces industries ont parié sur la qualité, ont multiplié pour cela les intermédiaires et les degrés de complexité des modes de production, et sont aujourd’hui en concurrence directe avec le web, où les modes de production et les attentes obéissent à des lois tout autres. On peut s’en désoler. Mais Clay Shirky voit un avantage à cela. Quand l’écosystème ne récompense plus la complexité, une nouvelle population qui émerge : ce sont les gens qui arrivent à travailler de manière simple dans le présent, plutôt que ceux qui rentabilisaient le mieux les complexités du passé, qui feront l’avenir.

Xavier de la Porte
Le 12/04/2010
Source.


Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France Culture, réalise chaque semaine une intéressante lecture d’un article de l’actualité dans le cadre de son émission.

Partager ce contenu