Évènement

La doctrine Trump promet un carnage au nouvel axe du mal | Par Pepe Escobar

Publié le : 28/09/2017 21:02:12
Catégories : Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité

Ce n’était pas un « discours profondément philosophique ». Et à peine une démonstration de « réalisme fondé sur des principes » – comme l’a raconté la Maison-Blanche. Le discours du président Trump à l’ONU a été un pour reprendre une phrase du rédacteur nativiste du discours, Stephen Miller.


Il faut se donner le temps de bien réaliser l’énormité du naufrage,  lentement. Le président des USA, face à la bureaucratie hypertrophiée qui passe pour être « la communauté internationale », a menacé « de rayer de la carte » l’intégralité de la République populaire démocratique de Corée (25 millions d’habitants). Et que les millions de Sud-Coréens qui périront dans les dommages collatéraux aillent au diable.

De nombreuses tentatives ont été réalisées pour mettre en rapport les menaces de Trump avec la théorie du fou – concoctée par Dicky-le-rusé Nixon, de concert avec Henry Kissinger – selon laquelle l’URSS devait toujours être sous l’impression que le président des USA était assez fou pour lancer une offensive nucléaire. Mais la RPDC ne sera pas impressionnée par cette réédition du fou.

Cela laisse, sur la table, l’option d’une répétition encore plus effrayante de Hiroshima et Nagasaki (Trump a fait plusieurs allusions à Truman dans son discours). De nouveaux scénarios sont déjà frénétiquement échafaudés à Moscou et à Pékin : la Russie et la Chine développent leur propre stratégie de stabilité et de dialogue pour contenir Pyongyang.

La doctrine Trump a finalement été énoncée, et un nouvel axe du mal délimité. Les gagnants sont la Corée du Nord, l’Iran et le Venezuela. La Syrie sous Assad est une sorte de mini-mal, tout comme Cuba. Il est crucial de noter que l’Ukraine et la mer de Chine méridionale ne récoltent que quelques mentions passagères de la part de Trump, et aucune accusation fracassante contre la Russie et la Chine n’a été émise. Cela peut refléter, au moins, une part de realpolitik ; sans la ‘RC’ – le partenariat stratégique Russie-Chine au cœur du bloc des BRICS et de l’OCS (Organisation de coopération de Shanghaï) – il n’y a aucune possibilité de solution pour la crise dans la péninsule coréenne.

Dans cette bagarre épique de la « majorité vertueuse » contre la « minorité malveillante », avec les USA présentés comme une « nation compatissante » qui veut « l’harmonie et l’amitié, pas le conflit et les querelles», il est un peu fort que Daech – dépeint ici comme nettement moins « maléfique » que la Corée du Nord ou l’Iran – ne fasse l’objet que d’un ou deux paragraphes.

L’art de rompre un contrat

Selon la doctrine Trump, l’Iran est « un État-voyou économiquement épuisé, dont les principales exportations sont la violence, le sang et le chaos », un « régime meurtrier »profitant d’un accord sur le nucléaire qui est « une honte pour les États-Unis ».

Le ministre des affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a tweeté : « Le discours haineux et ignare de Trump appartient à une époque moyenâgeuse – pas à l’ONU du XXIe siècle – et ne mérite pas de réponse. » Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov a encore une fois souligné le soutien russe à l’accord sur le nucléaire en amont de la rencontre des ministres du P5+1 d’hier mercredi, avec Zarif – l’Iranien – assis à la même table que Tillerson – l’Américain. En débat : la conformité aux accords. Tillerson est le seul à demander une renégociation.

Le président de l’Iran Rohani a, de fait, développé un argument imparable sur les négociations nucléaires. Il dit que l’accord – à propos duquel les P5+1 et l’IAEA s’entendent pour dire qu’il fonctionne – pourrait servir de modèle ailleurs. La chancelière allemande Angela Merkel en convient. Mais, dit Rohani, si les USA décident de s’en retirer unilatéralement, comment pourra-t-on convaincre les Nord-Coréens de l’utilité de s’asseoir pour négocier quoi que ce soit avec les Américains ?

Ce que la doctrine Trump vise, en fait, est un des vieux scénarios favoris des néocons, qui remonte à la dynamique des années de Guerre froide Washington-Téhéran emmenée par Dick Cheney.

Le script obéit au schéma suivant : l’Iran doit être isolé par l’Occident – sauf que ça ne va pas marcher auprès des Européens. En effet, l’Iran « déstabilise » le Moyen-Orient – l’Arabie Saoudite, la matrice originelle de toutes les formes de djihadisme salafiste, obtient un laissez-passer – et l’Iran développe des missiles qui pourraient – censément – être équipés de têtes nucléaires, devenant ainsi une nouvelle Corée du Nord.

Cela campe le décor pour une rupture de contrat par Trump, le 15 octobre. Un dénouement aussi géopolitiquement dangereux monterait alors Washington, Tel Aviv, Riyad and Abou Dhabi contre Téhéran, Moscou et Pékin, avec les capitales européennes non alignées. Ce n’est guère compatible avec le profil d’un « pays compatissant » qui veut « l’harmonie et l’amitié, et non le conflit et les querelles ».

L’Afghanistan s’installe en Amérique du Sud

La doctrine Trump, telle qu’énoncée, privilégie la souveraineté absolue de l’État-nation. Mais il y a ces « régimes voyous » agaçants qui doivent être, n’est-ce pas, renversés. Par exemple, le Venezuela, qui est au bord de « l’effondrement total » et dirigé par « un dictateur », donc l’Amérique « ne peut pas rester sans rien faire ».

Et elle ne reste certes pas les bras croisés. Lundi, Trump a dîné à New York avec les présidents de la Colombie, du Pérou et du Brésil – pour sa part, ce dernier est accusé de diriger une organisation criminelle par le procureur général du pays et jouit d’une cote de popularité inverse de celle de Kim, avec 95% d’avis défavorables. Au menu : le changement de régime au Venezuela.

Il se trouve que le dictateur vénézuélien Maduro est soutenu par Moscou, et surtout par Pékin, qui lui achète du pétrole et du gaz, et a généreusement investi dans les infrastructures locales, alors que le géant du bâtiment brésilien Odebrecht est handicapé par l’enquête Lava Jato.

Les enjeux sont très élevés pour le Venezuela. Au début novembre, des forces brésiliennes et américaines seront déployées dans un exercice militaire conjoint dans la forêt amazonienne, à la triple frontière entre le Pérou, le Brésil et la Colombie. Appelez ça une répétition pour un changement de régime au Venezuela. L’Amérique du Sud pourrait bien devenir un nouvel Afghanistan, une conséquence qui dérive de l’affirmation de Trump selon laquelle « de grandes parties du monde sont en conflit, et quelques-unes, en fait, partent à vau-l’eau ».

Malgré tout le noble baratin sur la souveraineté, la volonté des USA envers le nouvel axe du mal, a pour seul objectif, comme d’habitude, des changements de régime.

La Russie-Chine veut trouver une issue à l’impasse nucléaire, puis inviter la Corée du Nord à participer à l’initiative Belt and Road [les Routes de la soie] et à l’Union économique eurasienne (EAEU), via une nouvelle voie ferrée trans-coréenne et des investissements dans des ports de Corée du Nord. La finalité du jeu est l’intégration eurasienne.

L’Iran est une des plate-formes clés de l’Initiative Belt and Road. C’est aussi un futur membre à part entière de l’OCS, il est connecté – via le Corridor de transport nord-Sud (North-South Transport Corridor) – à l’Inde et à la Russie, et c’est un fournisseur potentiel de gaz naturel à l’Europe. Encore une fois, la finalité du jeu est l’intégration eurasienne.

En même temps, le Venezuela détient les plus vastes réserves de pétrole inexplorées de la planète, et Pékin le cible comme futur avant-poste de l’initiative Belt and Road en Amérique du Sud.

La doctrine Trump apporte un nouveau lot de problèmes au couple Russie-Chine. Poutine et Xi rêvent de rétablir un équilibre des puissances similaire au Concert européen [l’Europe du Congrès de Vienne], qui a duré de 1815, après la défaite de Napoléon, jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale en 1914. À cette époque, la Grande-Bretagne, l’Autriche, la Russie et la Prusse avaient décidé qu’aucune nation européenne ne devait pouvoir imiter l’hégémonisme de la France sous Napoléon. En se posant à la fois comme juge et bourreau, l’Amérique « compatissante » de Trump semble certainement résolue à la perpétuation de cet hégémonisme.

Pepe Escobar
20 septembre 2017

Via Le Saker Francophone
Traduction Entelekheia

Articles en relation

Partager ce contenu