La loi la plus nocive

Publié le : 01/10/2010 23:00:00
Catégories : Histoire

code_cible

De toutes les lois scélérates promulguées ces dernières décennies, celle sur le regroupement familial organisé par le duo d’enfer Giscard-Chirac (décret n°76-383 du 29 avril 1976) est certainement la plus pernicieuse, au regard de ses conséquences d’autant plus désastreuses qu’elle est totalisante.

Rappelons tout d’abord le tableau démographique. Cette loi intervient l’année suivant la loi Veil sur l’avortement (janvier 1975). Nous en payons les pots cassés : une progressive substitution de population, les familles immigrées ayant en moyenne plus d’enfants que les françaises indigènes : d’après Michèle Tribalat, la natalité française est de 2,1 enfants par femme, mais tomberait à 1,71 sans les immigrés. Les extra-européens passent ainsi d’une minorité, assimilable tant qu’elle reste peu nombreuse (selon De Gaulle), à une part substantielle de la population française.

Nous le voyons, une contre-colonisation – que Renaud Camus nomme « le grand remplacement » – est à l’œuvre en France. Un génocide en marche encensé sous le nom de « métissage » (Ivan Rioufol préfère quant à lui parler d’idéologie « mélangiste »), avec ses arguments de propagande désormais bien connus (ouverture, tolérance, diversité…) et ses procès en sorcellerie à l’encontre des réfractaires.

Et pourtant, derrière le culte du « Veau d’Autre » décrit par Pierre-André Taguieff se glisse une contradiction insurmontable.

Chanter les louanges de la Diversité et en même temps se faire l’apôtre d’un métissage global (ou « mélangisme ») constitue une aporie. En effet, c’est ce « métissage global » qui revêt un aspect de plus en plus obligatoire, et qui s’avère être une menace réelle pour la diversité, la vraie, celle des peuples et de leurs spécificités culturelles et ethniques. Si se métisser relève du choix individuel, LE métissage est aujourd’hui une idéologie serinée, une obligation, le seul traitement adapté au cas d’un Français recuit et moisi, tel que le livre « L’idéologie française » du philosophe milliardaire BHL l’a décrit (un travail dans lequel BHL a été secondé, rappelons-le, par le pesant et épuisant écrivain Philippe Solers). Comme l’exposait Taï Luc, chanteur de La Souris Déglinguée, « le métissage c’est une affaire sentimentale. C’est des initiatives d’êtres humains avant tout. Ce ne sont pas des partis politiques qui doivent te dire ce que tu dois faire. »


Concrètement, le métissage détruit la diversité, la vraie, celle des peuples et de leurs spécificités culturelles. Nous irons même jusqu’à dire que dans les faits, l’idéologie du métissage constitue dans ses fondements un paradigme néonazi mutant : alors que dans les années 30, l’Allemagne hitlérienne nous sommait de nous marier avec une « aryenne », le ver mondialiste de ce siècle nous exhorte à épouser une Noire. Il n’est que de citer Tahar Ben Jelloun dans son ouvrage pour enfants de 7 à 77 ans, « Le racisme expliqué à ma fille », sorte de manifeste du « Métissons-nous tous en rond » : « En général, les métis sont beaux. C’est le mélange qui produit la beauté. » Dirait-on aujourd’hui dit du Blanc ou du Noir qu’il est beau parce que Blanc ou Noir ? Non, ce serait « raciste ». Alors que, pour résumer l’implicite du propos suprémaciste de Tahar Ben Jelloun, dire que le métis est génétiquement supérieur, cela, c’est toléré. Il faut bien ici parler d’un nouveau racisme, puisque nous avons affaire à un essentialisme pseudo-biologique.

Économiquement, le discours rocardien est connu : « La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part. » Ou l’avènement d’un « humanisme » larmoyant immigrationniste (immigrationnisme qui est, d’après Taguieff, la « dernière utopie des bien-pensants »).

Mais comme le rappelait Orwell, il faut se défier de la sémantique officielle. L’immigration est en réalité une déportation (nous employons ce mot à dessein) de main d’œuvre – taillable et corvéable à merci – destinée à servir, prolonger et perpétuer la mondialisation néolibérale. L’extorsion de la plus-value est aujourd’hui maximisée par la mobilité de la main d’œuvre, et les profits (retours sur investissements en novlangue) substantiels et juteux. Voilà de quoi il s’agit en réalité.

En ce sens, la loi sur le regroupement familial traduit le véritable projet des soixante-huitards reconvertis business, le projet des nantis contre celui des travailleurs : un miséreux du Tiers-Monde accepte sans broncher des conditions et salaires indécents, que refuse un travailleur national – lequel se retrouve donc aujourd’hui acculé, puisqu’il est menacé de remplacement par un esclave docile. Le temps où l’on faisait venir des casseurs de grève d’autres pays voisins, pratique si bien décrite par Marx, est révolu : le libéralisme hors-sol, déifié par Jacques Attali, a su parfaitement s’adapter à la nouvelle donne. La mondialisation de la main d’œuvre est inséparable de la mondialisation du capital.

Les travailleurs, depuis le regroupement familial, sont donc les dindons de la farce, et cela quelle que soit leur origine. Les Français sont victimes de pression sur les bas salaires (dumping social) ; les allogènes, eux, sont obligés de quitter leur patrie pour venir compromettre leur santé ici, dans les emplois les plus usants et les moins rémunérés, leur pays d’origine se voyant en outre privé d’une part importante de sa main d’œuvre la plus performante – et cela, jusqu’à 70% du vivier des  cadres, s’agissant de ces médecins de là-bas, devenus brancardiers ici. Seul le mondialisme, et son virus opportuniste, le patron indigne – l’hyper-nomade dirait Jacques Attali – y gagnent : plutôt que de délocaliser en Chine ou en Inde (même si parfois le grand patronat ne se prive pas de le faire), c’est la main d’œuvre qui est délocalisée. Après tout, pourquoi supporter des coûts inutiles (du point de vue du patronat) lorsqu’il s’agit uniquement de rester compétitif ? « Les patrons sans cœur sont les agents de la subversion », disait déjà, en 1934, le Colonel de La Rocque.

Socialement, dans la réalité du monde du travail, le constat est dramatique. Un triste spectacle s’offre à l’observateur attentif. La course au bas salaire a remplacé la solidarité par une lutte des travailleurs entre eux, en particulier entre nationaux et allogènes, climat créé et entretenu par les financiers mondialistes et leurs serviteurs idéologiques (quand le contrat collectif devient individuel, il n’y a plus de rapport de force possible pour les individus les plus fragiles). Dénués de culture syndicale, les non-européens ne feront pas valoir leurs droits, pas plus qu’ils ne montreront une solidarité qui, il y a peu, allait encore de soi chez les travailleurs – et quand ils le feront, ce sera trop souvent avec un arrière-plan ethnique, voire racial. Une absence de solidarité symptomatique de la postmodernité, et qui s’insère parfaitement dans le cadre général du déclin des vieilles sociétés chrétiennes, oublieuses de leurs valeurs morales. C’est ainsi que, idiots utiles du mondialisme, les déracinés ont malgré eux contribué à détruire l’esprit de corps dans le monde professionnel.

Au-delà de ce domaine, enfin, les incompatibilités culturelles sont devenues criantes et patentes depuis longtemps (sans parler de l’effondrement du niveau scolaire) : selon l’ancien commissaire de police Lucienne Bui-Trong (cf. son livre « Violences urbaines »), 90 à 95% des violences urbaines sont le fait d’immigrés ou de leurs descendants, élément que les sociologues – aussi bien « bourdivins » qu’issus de la « deuxième gauche » –, grassement payés par l’Etat pour leur refus obstiné du réel, attribuent perpétuellement à des causes purement « sociales ». On remarquera que ces mêmes sociologues restent incapables d’expliquer le pourquoi de la plus faible délinquance attribuable aux asiatiques ou aux Français « souchiens » (terme que nous empruntons à la sympathique et si sémillante Houria Bouteldja, laquelle mérite bien sa place, dans le tableau que nous venons de dresser, pour sa remarquable contribution à la montée des tensions entre pauvres).

La trop commode grille de lecture de nos sociologues institutionnels a été déconstruite par une récente enquête de Xavier Raufer : les départements les plus pauvres de l’Hexagone sont le Cantal et la Creuse, sans pour autant être le théâtre des violences urbaines observables en banlieue. Voici une nouvelle trahison des clercs, qui servent une fois de plus le mondialisme : nier le réel est un bon moyen d’exaspérer ceux qui le subissent. Pendant que le peu de Français dignes de ce nom seront aliénés par un combat identitaire – superstructurel – exclusif, les questions économiques – infrastructurelles – seront complètement délaissées par ces derniers, devenus donc, eux aussi, des idiots utiles.

En conclusion, résumons la stupidité de la loi sur le regroupement familial, et son intérêt pour les mondialistes : volonté de création d’un nouveau Surhomme fantasmé (le métis), afin d’homogénéiser les cultures, pour mieux s’en assurer le contrôle. Une éradication du peuple français à moyen terme qui risque fort de déboucher sur une compétition, voire une guerre, entre citoyens d’une Cité qui n’existe plus (une guerre civile qui rendra aussi, à termes, plus difficile la coopération entre États souverains). Un pillage systématique de la main d’œuvre du Tiers-Monde, l’accroissement mécanique des  écarts de revenus et de fortune entre des pauvres toujours plus pauvres et des riches toujours plus riches. La communauté française devenue un assemblage de minorités haineuses et revanchardes, pleurnichardes et victimaires, détruisant par leur action conjuguée tout rêve légitime d’unité nationale, de solidarité, de fraternité. Substitut au projet français du citoyen conscient : un individu métis – de partout et donc de nulle part – délocalisable ad vitam aeternam (citoyen du monde), l’inverse au fond du patriote enraciné, défenseur d’un héritage et de valeurs morales ancrées dans la conscience historique.

Le regroupement familial, ou le plus gros piège mondialiste, et le plus tragiquement efficace.

[texte initialement publié sur Enquête et Débat]


Partager ce contenu