Évènements

La pensée magique comme Realpolitik | Par Dmitry Orlov

Publié le : 29/08/2018 21:56:06
Catégories : Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité , Dmitry Orlov

On ne peut nier que beaucoup de ce qui fait de nous des humains est notre irrationalité. Retirez-la et nous devenons des sacs de produits chimiques régis par des impulsions électriques et des hormones. Une partie de notre irrationalité est simplement aléatoire ou carrément stupide, mais une grande partie est organisée autour de schémas spécifiques de pensée magique qui défie la réalité.


Nous avons appris, au fil du temps, à maîtriser notre propension à la pensée magique dans certains domaines, mais nous ne pourrons jamais l’éliminer complètement. Même dans des domaines technologiques tels que l’énergie nucléaire, nous pensons comme par magie qu’il est possible de concevoir un ensemble de procédures d’opération telles que rien de sérieux ne se produira jamais, le tout donnant des catastrophes tels que Tchernobyl et Fukushima.

Dans de tels domaines basés sur la science, la magie dans notre pensée provient en grande partie de l’erreur de penser que ce qui peut être capturé sur le papier ne peut jamais servir de représentation complète et précise de la réalité physique en dehors de conditions soigneusement contrôlées. Dans de telles conditions, nous pouvons contrôler le caractère aléatoire en utilisant la loi des grands nombres, nous donnant des circuits de transistors dans lesquels des distributions aléatoires d’électrons créées par tunnel quantique nous permettent de construire des dispositifs informatiques parfaitement déterministes produisant des résultats uniformes pour le même ensemble d’entrées, à chaque fois. Cette capacité parfaitement rationnelle nous permet de constituer une économie totalement numérique.

Mais notre foi dans la durabilité de l’économie numérique est irrationnelle. Elle est brutalement stoppée dès qu’il y a une coupure de courant, et notre foi dans sa capacité à persister repose sur la pensée magique que le réseau électrique restera en place pour toujours. Ce faisant, nous négligeons d’apprécier le faible contrôle sur le domaine physique. Des tremblements de terre, des tsunamis, des pandémies, une éjection de masse coronale bien ciblée, une seule arme nucléaire nord-coréenne dans la stratosphère au-dessus de l’Amérique du Nord, quelques missiles autour du détroit d’Hormuz ou d’autres événements prévisibles ou imprévisibles pourrait faire en sorte que l’argent numérique, les cyber-devises et le reste de l’économie numérique disparaissent dans une grande partie du monde.

Les questions de foi sont proprement reléguées dans le domaine de la religion, et la religion repose sur l’hypothèse que ce qui est capturé sur le papier ou dans un rituel est largement exempt de contraintes rationnelles, ouvrant un vaste champ de magie habité par des personnes qui peuvent « voir » le futur (prophètes), des vierges qui donnent la vie, des gens qui ressuscitent et montent au ciel, ainsi que des tas de guérisons miraculeuses, d’apparences fantomatiques, d’icônes qui pleurent des huiles odorantes, des hommes saints qui vivent seuls sur des tapis de prière et tout ce que vous voudrez d’autre. Comparée aux produits magiques du domaine scientifique, la religion est beaucoup plus durable, puisque le seul équipement nécessaire à son fonctionnement continu est un peu de matière grise entre les oreilles de ses croyants.

Les religions organisées utilisent des techniques éprouvées pour contrôler quelles sortes de pensées magiques sont requises, lesquelles sont autorisées et lesquelles sont considérées comme hérétiques. Un petit conte très mignon appelé « Credo » en latin commence par « Je crois en Dieu, le père tout-puissant … » et inclut des références à la résurrection de Jésus, à sa naissance d’une vierge nommée Marie, etc. Si vous essayez d’appliquer la méthode scientifique à ce conte, vous allez vite rencontrer quelques difficultés.

Supposons que vous vouliez prouver que la résurrection des morts après la crucifixion est physiquement possible, bien que rare. Vous auriez besoin d’un très grand échantillon de Jésus pour les crucifier, les enterrer et attendre trois jours pour voir s’ils surgissent d’entre les morts. Il est peu probable que vous trouviez suffisamment de volontaires pour produire un résultat statistiquement significatif, et aucun comité d’éthique médicale n’approuvera jamais votre expérience. En ce qui concerne la résurrection des morts, en tant que scientifique, vous ne pourrez jamais aller au-delà de la formulation de l’hypothèse plutôt inintéressante selon laquelle cela est tout à fait improbable. Mais la naissance d’une mère vierge est une question entière. Avec un échantillon de sperme et une seringue, une femme en pleine ovulation peut être mise enceinte sans endommager l’hymen. Un miracle!

En matière de foi, la politique se situe quelque part entre la science et la religion. D’une part, le droit divin traditionnel des rois est d’origine religieuse ; d’autre part, ce droit divin est plutôt inutile lorsqu’il s’agit de combattre les armées d’autres rois sur le champ de bataille, mais la science militaire rationnelle l’est certainement. Dans les temps modernes, il faut souvent croire que les démocraties représentatives majoritaires poursuivent les causes de l’égalitarisme, de la justice ou de tout autre idéal qu’elles prétendent embrasser.

Les systèmes politiques (autres que théocratiques, comme en Iran) manquent de l’élément mystique de la religion et ne peuvent donc pas forcer tout le monde à croire en les menaçant d’excommunication (qui est automatiquement réinterprétée comme une oppression politique). Il y a aussi l’élément du conditionnement opérant : si un certain comportement (voter) ne parvient pas à produire la réponse souhaitée (respect des promesses de campagne), le stimulus (campagne politique) ne parvient finalement pas à produire la réponse souhaitée (se présenter pour voter) .

Les États-Unis ont particulièrement progressé dans cette voie. Des votes, des promesses de campagne, des plates-formes de parti, rien que pour les apparences. Les véritables batailles politiques se déroulent dans les coulisses avec de gigantesques sacs d’argent, tandis que les avocats tentent de s’écharper pour offrir un spectacle divertissant. Au moment où j’écris ces lignes, les résultats de l’élection présidentielle précédente semblent dépendre de la question extrêmement importante de savoir quels fonds peuvent légitimement être utilisés par un candidat à la présidentielle pour payer des prostituées. Les fonds de la campagne politique seraient convenables à cette fin, tandis que l’utilisation de fonds privés provenant de son entreprise constituerait une infraction imprescriptible. Si vous vous demandez quelle est cette odeur, ce n’est que le refoulement de la « démocratie » américaine. Veuillez mettre vos masques à gaz.

Bien qu’il soit difficile d’obtenir une confiance aveugle dans le domaine politique pour les citoyens dans leur ensemble, il est toujours possible de forcer les membres des partis politiques et des factions à accepter diverses formes de pensée magique de peur d’être ostracisés. Ici, la principale technique consiste à forcer les gens à accepter un contre-fait comme étant la vérité. Les humains sont câblés pour la coopération, et l’instinct de coopération suscite souvent le conformisme, la mimique et l’hypocrisie. Il a été démontré expérimentalement que si vous mettez un certain nombre de comparses dans une pièce, montrez au sujet expérimental une image d’un carré et prétendez qu’il s’agit d’un cercle, et si tous les comparses concordent à dire que c’est un cercle au lieu de la bonne réponse, alors levez-vous et clamez: « Idiots! Je pars tout de suite et n’essayez jamais de me reparler! ».

Christine Hallquist, le candidat transgenre du parti démocrate au poste de gouverneur de l’État du Vermont, est un exemple contemporain de carré appelé cercle. Basé sur le « test du canard », il s’agit clairement d’un personnage (qui ressemble, marche et parle comme un autre). S’il (ou elle) défilait, un petit garçon, assis sur les épaules de son père, indiquerait sans aucun doute : « Hé, papa, c’est un homme habillé en femme ! ». Là, ce père du Vermont devrait dire « Chut !!! Ne dis pas ça! Si elle dit qu’elle est une femme, alors nous devons dire qu’elle est une femme ! ». Dans une grande partie du pays, un autre père pourrait dire: « Ouais. Fils, c’est ce que nous appelons un pervers. » Et si vous essayiez de le reprendre, il vous traiterait probablement aussi de « pervers », et peut-être même, il vous tirerait dessus.

Mais les deux pères se seraient trompés : cette « perversion » en particulier semble être de nature politique plutôt que sexuelle, et le changement de genre est probablement ce qui l’a aidé à participer au scrutin. Cet homme de 62 ans a changé de sexe il y a trois ans après avoir vécu toute sa vie en tant qu’homme marié avec enfants, malgré son chromosome Y et ses caractéristiques sexuelles primaires et secondaires. (Je laisse ses tendances sexuelles de « pervers » de côté.) Habitants du Vermont, votez « carré » ! Euh, je voulais dire « cercle »… désolé …

Une fois que vous avez une grande partie de l’électorat, avec ses représentants élus et les médias nationaux, conditionnés à accepter qu’un carré puisse être un cercle (et, bien sûr, vice versa!) simplement en vous identifiant en tant que tel, une péniche entière de « Credo » politique peut se rendre à quai et décharger ses marchandises magiques. « Je crois » que la Russie a annexé de force la Crimée, que Trump a été élu grâce à l’ingérence russe, que des pirates russes ont volé des courriels du serveur DNC, que les forces russes ont abattu un avion de ligne Malaisien, que les Iraniens ont développé des armes nucléaires, que les Syriens ont utilisé des armes chimiques contre leur propre peuple, que les Russes ont utilisé des armes chimiques sophistiquées pour tuer (sans succès) un ancien espion britannique et sa fille … sachant qu’aucun cas n’a été étayé par des preuves valables, encore moins prouvé devant un tribunal.

Ne pas croire l’un de ces contre-faits entraîne un ostracisme politique : vous ne serez pas financé, diffusé ou publié, et vous perdrez votre emploi. C’est, bien sûr, triste, mais qu’est-ce que cela signifie pour le reste du monde ? Le reste du monde est consterné et pense : « Les Étasuniens ont littéralement perdu leurs testicules. La moitié d’entre eux veulent maintenant être gouvernés par des fées barbues ; les autres les appellent des ‘pervers’ tout en nettoyant leurs armes de manière compulsive. » Mais le problème est lié à la manière dont cette lacune nationale s’exprime au niveau international. Ce qui dans les temps religieux a abouti à des procès en sorcellerie, l’Inquisition et les excommunications, et ce qui dans la politique intérieure contemporaine aboutit à l’ostracisme et à la persécution, donne lieu, en politique internationale, à des sanctions (en plus de postures militaires inutiles).

Maintenant, les sanctions basées sur des contre-faits sont intéressantes en ce sens qu’elles sont permanentes. Supposons que le pays X ait fait une mauvaise chose (disons, envahi un pays voisin, ou essayé de développer une arme nucléaire ou chimique) et que les États-Unis appliquent des sanctions. Le pays X pourrait alors se retirer de ce pays voisin ou renoncer à son programme d’armement et demander la levée des sanctions. Mais supposons que le pays X soit plutôt sanctionné pour avoir conspiré avec des lézards spatiaux afin de falsifier les résultats du concours Miss America 2016 ? Supposons en outre que les termes des sanctions soient tels que le pays X doit admettre sa culpabilité, capturer les lézards spatiaux et les soumettre à des inspections internationales. Qu’est-ce que le pays X peut faire maintenant ?

Le choix est clair : supposer les sanctions permanentes et travailler dur pour en minimiser les effets. En particulier, s’efforcer de faire en sorte que le pays X ne dépende pas des États-Unis, pour rien d’important, développer une dissuasion militaire suffisamment puissante pour que les États-Unis ne tentent jamais de provocations majeures, développer des relations commerciales et des alliances avec d’autres pays. qui en ont également eu assez des États-Unis et de leurs sanctions, et puis s’asseoir et regarder les États-Unis se faire rôtir dans un fossé enflammé de sa propre création.

Il est parfois possible pour les pays de fonder leur politique étrangère sur des notions idéologiques ou sur des prémisses morales et éthiques. Cela ne peut jamais être fait unilatéralement, mais seulement en formant un consensus international. Pour ce faire, un pays doit être diplomatiquement fort, respecté et capable de conciliation. Une politique étrangère consistant à imposer des sanctions fondées sur des accusations non prouvées et fallacieuses détruit le respect et contrecarre toutes les tentatives de diplomatie fondée sur des principes. Il ne reste plus que la Realpolitik : la diplomatie basée sur des considérations pratiques de circonstances et de facteurs donnés dans le but d’atténuer les risques, de minimiser les pertes et d’obtenir des avantages.

Mais ce que nous voyons actuellement aux États-Unis, c’est que la Realpolitik a pris les devants : les relations internationales, dont l’abandon se traduit par de grands dangers comme un effondrement financier et jusqu’à l’anéantissement nucléaire, sont devenues des questions de politique intérieure visant à forcer tout le monde à admettre que les carrés peuvent être des cercles et vice versa, avec des résultats monstrueux.

Comme le disait Gilles Deleuze : 

« Ce n’est pas le sommeil de la raison qui engendre les monstres, mais la rationalité vigilante et insomniaque ».

Aux États-Unis, il est devenu « rationnel » qu’un certain groupe d’agents politiques détruisent définitivement les relations internationales pour tenter d’obtenir un avantage incertain et éphémère en politique intérieure. Ils ont une élection à mi-mandat à remporter, un président à renverser pour avoir soudoyé des prostituées et une planète entière à perdre. Maintenant, quelle sorte de pensée magique pourrait faire que ce genre de compromis semble « rationnel » ?

Dmitry Orlov
23 août 2018.

Traduction par Le Saker Francophone.

Articles en relation

Partager ce contenu