Évènement

La préférence nationale pour sauver la France ? | Par Adrien Abauzit

Publié le : 25/11/2014 10:03:00
Catégories : Adrien Abauzit , Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité

« Celui qui n’aime pas sa mère plus que les autres mères et sa patrie plus que les autres patries n’aime ni sa mère ni sa patrie. » - Paul Déroulède.


Ce texte est pour nous une occasion de faire notre coming-out anticolonialiste.

Afin de bien faire comprendre notre point de vue et pour ne pas passer tout de suite pour un méchant « fasciiiiste » auprès des âmes sensibles lobotomisées par la bobocratie, nous nous sentons obligés raconter une anecdote personnelle.

Avant d’avoir l’infini honneur de prêter serment devant la Cour d’appel de Paris, préalablement à  notre intégration au barreau de la dite-ville, nous souhaitions savoir quelle était précisément notre situation vis-à-vis de la sécurité sociale.

La Providence nous amena alors à la CAF de notre quartier de l’époque, en toute innocence, avouons-le. A l’entrée, nous prîmes un ticket, avant de nous rendre à l’ « open-space » de l’agence. En son centre, des bancs étaient disposés pour les visiteurs du jour. Sur les côtés, se trouvaient les divers bureaux des agents de la CAF.

Surprise, parmi les nombreuses personnes en attente, nous étions le seul visiteur à ne pas être austro-hongrois. Soit. Ce n’était ni la première ni la dernière fois que nous nous trouvions en minorité ethnique dans cette région qu’on appelait autrefois l’Ile-de-France.

Ainsi donc, nous nous assîmes et attendîmes, livre de Huysmans à la main. Du fait de notre placement, nous pouvions entendre les conversations qui émanaient de différents bureaux. Nous percevions même distinctement, précisément, ce qui se disait au bureau placé juste en face de nous.

Arriva alors le tour d’une mama austro-hongroise, munie, pour l’occasion, de deux très jeunes enfants. Notre mama parlait extrêmement mal le français. Malgré tout, nous réussîmes à comprendre la phrase suivante : « qu’est-ce que vous pouvez faire pour m’aider madame ? ». Conscient que du fait de notre condition de travailleur libéral l’URSS(AF) les impôts nous pomperons chaque mois la moitié de notre argent durement gagné, nous nous dîmes spontanément : « je ne veux pas lui lâcher mon pognon ». Eh oui, monstre d’égoïsme que nous sommes, nous confessons ne ressentir aucune solidarité et aucun sentiment de devoir envers l’Autriche-Hongrie. Est-ce normal docteur ?

Ce que cache le débat sur la préférence nationale

Il ne viendrait pas à l’idée d’une mère de favoriser un autre enfant à la place du sien. Il faut vraiment que l’esprit des Français ait été déréglé pour qu’aujourd’hui la préférence nationale soit perçue comme la quintessence du fascisme et du racisme.

Un auteur dont nous tairons le nom, pour à nouveau ne pas effrayer les âmes sensibles, disait que la nation est la famille des familles. Ceci signifie simplement qu’un lien de solidarité particulier existe entre compatriotes. Ce lien peut se traduire notamment par le fait que la solidarité des Français soit réservée aux Français. En d’autres termes, la préférence nationale revient à tirer les conséquences logiques de l’existence de la France en tant que nation. Voilà donc l’idée qui terrifie tant les Français qui ont subi un lavage de cerveau libéral-libertaire : la France serait une nation singulière et non un magma multiculturel.

Certains se demanderont pourquoi nous opposons la solidarité entre Français avec la solidarité envers les immigrés. Pour une raison fort simple. A partir du moment où le critère principal d’attribution des aides est la condition sociale, les immigrés fraichement arrivés devanceront toujours les Français. La kafkaïenne distribution de logement HLM est à ce titre extrêmement significative : il est aujourd’hui presque impossible à un français de bénéficier d’un logement social. Cet état de fait n’a ni fondement moral, ni fondement logique.

Une mesure anticolonialiste

Nombre de zones du territoire français sont des zones défrancisées. De facto, les codes sociaux de ses habitants ne sont pas les codes sociaux de la société française. En outre, on ne compte plus le nombre de cités devenues pour les dealers de véritables fiefs où la loi française ne s’applique plus.

La question de la défrancisation de la France est une question vitale que seule une folie collective retire du cœur du débat public. Pour résumer ce qui ce passe, nous dirons simplement que la France finance sa propre contrecolonisation. Par les extraordinaires avantages qu’elle accorde aux immigrés légaux et illégaux en matière de logement et d’allocation en tout genre, la France attire et maintient sur son territoire des populations qui n’ont pas l’intention de franciser leur mode de vie et leur culture.

Un pays normal, c’est-à-dire non abrutie par des années de politiquement correct, n’accepterait pas cette situation suicidaire. Une droite non émasculée doit avoir le courage de dire que ce délire n’a que trop duré. Il est temps de cesser de financer la présence de populations qui n’apportent rien au pays, qui lui coûtent des dizaines de milliards et qui vident certains territoires de toute trace de présence française.

France ou Autriche-Hongrie, il faut choisir

Asphyxiée par la dette, la France ne peut plus se payer le luxe de distribuer son argent aux premiers venus. Pour relancer son économie, la France doit massivement baisser sa fiscalité afin de laisser respirer ses PME. Les économies engendrées par la préférence nationale permettraient de financer une baisse, voire une suppression des charges qui pèsent sur nos entreprises.

Pour des motifs culturels, souverainistes, économiques et sociaux, la préférence nationale est une condition sine qua non du redressement français. A cela, les grotesques et désormais stériles accusations de fascisme ne changeront rien.

Adrien Abauzit
17/11/2014
Billet intialement publié sur La Gauche m'a tuer

Partager ce contenu