Résultats de recherche d'images pour « virilité masculine »

Cela doit expliquer, au moins en partie, l’hystérie post-électorale qui touche les gens prônant la justice sociale et leurs mentors de l’extrémité politique des progressistes, en particulier ceux qui veulent supprimer ou éliminer les hommes. Bien sûr, ce n’est que depuis une année que leur vieil animus est devenu explicite, leur décret contre les hommes blancs en particulier. Auparavant, c’était Sub rosa, juste un sous-produit de la campagne pour promouvoir les femmes, les gens de couleur et les nombreuses catégories théoriques de sexe qui rivalisent pour la suprématie sur la haute qualité morale. Hillary était censée planter le pieu de bois final dans le cœur démoniaque de la masculinité… Mais quelque chose a mal tourné… et elle a été désarmée… et maintenant ce monstre à tête de nœud en cravate rouge a été élu président. Il doit y avoir eu une erreur de casting.

Donald Trump est aussi éloigné de mon sens de l’idéal masculin que du Golem. Ses réalisations dans la vie, développer des hôtels qui ressemblent à des trophées de bowling et produire des émissions de TV débiles, semblent aussi fragiles que l’héraldique en plastique doré plaqué sur ses casinos. Sa connaissance du monde semble être du niveau de la cinquième. Il peut à peine émettre deux phrases cohérentes hors du téléprompteur. J’étais aussi abasourdi que quiconque par la divulgation de son bon mot«attrape-les par la chatte» au petit courtisan Billy Bush. Selon mon expérience, la situation semble être le fruit d’une très mauvaise stratégie pour obtenir un quelconque résultat même à minima. Dans un monde meilleur – peut-être même dans cette Amérique qu’il imagine avoir été grande autrefois –, Donald Trump serait une sorte de bizarrerie parmi les hommes, une blague, une parodie de masculinité.

Mais maintenant considérons The Donald comme un sous-produit de ce que la culture américaine est devenue à notre époque, et il ne devrait plus être surprenant de découvrir qu’une caricature de nation a fini par élire une caricature d’homme en tant que chef de l’État. En fait, je doute même qu’il existe encore une idée collective de ce que signifie être un homme ici selon les anciennes vertus. Honneur ? Dignité ? Patience ? Prudence ? Oublie tout ça. La mémoire culturelle de tout cela a été effacée. L’apothéose de Trump peut rappeler à quelques personnes tout ce qui a été perdu et nous allons devoir repartir quasiment de zéro pour nous en remettre.

Considérez également le calibre des hommes qui sont entrés dans l’arène au printemps dernier lorsque le spectacle électoral a débuté. Seul Bernie Sanders était proche de représenter une virilité honorable – sous la forme de votre irascible vieil oncle «socialiste» de Brooklyn – tandis que le reste a agi comme Elmer FuddSuper Souris et Woody Woodpecker. Et quand les élections primaires se sont terminées, Bernie s’est planté un pieu en bois dans son propre cœur dans un acte étonnant de hara-kiri politique.

La campagne de Hillary Clinton a été conçue dès le départ pour achever la démolition de la virilité américaine dans ce qui s’est avéré être une erreur de calcul imprudente. «Je suis avec elle (et surtout contre lui).» Dans l’histoire américaine récente, il y a eu trop de contre «lui» et un grand nombre de ces «lui» ont commencé à remarquer qu’ils étaient éjectés de la vie de la nation comme des graines de pastèque [par le bas, NdT]. En particulier, les hommes ne sont plus considérés comme nécessaires dans ce qui reste de l’unité familiale. Cela va à l’encontre de la vérité de la question, bien sûr, parce que rien n’a été plus nuisible à la vie quotidienne que l’absence des pères. Et cela est lié à la calamité de ces hommes perdant leur rôle dans le milieu du travail et la perte de respect de soi consécutive. Ainsi l’élection a éveillé la notion en sommeil que la vie était sauvagement déséquilibrée en Amérique. Et, pour avoir été si déséquilibrée, elle se balance maintenant sauvagement dans l’autre sens.

Le correctif à tout cela attend de pouvoir passer au vert à travers les tribulations à venir qui sont sur le point de commencer dans le domaine de l’argent. Vous pouvez être sûrs que beaucoup des hypothèses populaires actuelles sur la façon dont le monde fonctionne sont sur le point de changer. Cela donnera des occasions aux hommes de commencer à agir comme des hommes à nouveau – par exemple, être du côté de la vérité au lieu de la mendicité intellectuelle. De vrais hommes pourraient sortir des décombres brûlantes et commencer à récréer l’esprit masculin. Trump pourrait n’être guère plus qu’un monument brisé au milieu des décombres, une sorte de veau d’or que les gens construisaient en désespoir de cause lorsqu’ils cherchaient un moyen de sortir du désert.

Mais l’explosion des banques et de la finance pourrait représenter l’explosion finale de la virilité, puisque tant de testostérone est séquestrée dans les coins sombres de Wall Street et des autres centres financiers. Et si cela devait arriver, les hommes pourraient être déconsidérés pour les mille prochaines années.

James Howard Kunstler
28 novembre 2016

Article original sur Kunstler.com
Traduit par Le Saker Francophone