Évènement

La théorie du genre n'existe pas... disent-ils‏ | Par Lucien Cerise

Publié le : 12/02/2014 12:14:44
Catégories : Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité , Lucien Cerise

Convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif 2013-2018


Co-édité par les Ministères de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, du travail et de l’emploi de la formation professionnelle et du dialogue social, des droits des femmes, de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la forêt. Télécharger le document.

Où on peut lire :

P. 2 / Préjugés et stéréotypes sexistes, ancrés dans l’inconscient collectif, sont la source directe de discriminations et, à ce titre, doivent être combattus dès le plus jeune âge.

P.2 / l’éducation à la sexualité, dans toutes ses dimensions, soit assurée pour les filles et les garçons. Les savoirs scientifiques issus des recherches sur le genre.

P.4 / Donner aux élèves, étudiants et étudiantes les outils nécessaires pour mieux appréhender le traitement du genre dans les médias.

P.5 / Rendre visibles les recherches sur le genre et les expert(e)s à travers la mise en place de recensements nationaux.

 P.5 / La formation des formateurs et formatrices ainsi que la formation des personnels se destinant à travailler auprès d’enfants, d’adolescents, de jeunes adultes, doivent comprendre une formation au genre.

 P.5 / le développement de la formation ouverte à distance permettra de proposer aux acteurs et actrices du système éducatif des parcours de formation en ligne, mêlant des moments en présentiel et à distance, qui traiteront de la question du genre.

 P.6 / En s’appuyant sur la Charte pour l’égalité femmes/hommes, élaborée et ratifiée par la Conférence des présidents d’universités (CPU), celles des directeurs d’écoles d’ingénieurs (CDEFI) et des grandes écoles (CGE), l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur mettra en place des actions de formation au genre.

 P.7 /Favoriser l’information et la formation des personnels en encourageant la diffusion de bonnes pratiques en matière de prévention des comportements sexistes et le développement d’outils innovants sur le rôle des stéréotypes de sexe dès le plus jeune âge.

 P.7 / Veiller à ce que les appels d’offre des études portant sur les violences prennent en compte la part des violences à raison du genre.

 P.8 /développant des actions expérimentales pour renforcer l’éducation à la sexualité, en mobilisant les acteurs et actrices de l’éducation nationale, les collectivités locales, notamment les régions, les professionnel(le)s de santé et les partenaires associatifs. Ces actions pourront aborder dans une approche d’ensemble les questions d’éducation à la sexualité et de contraception, dans le contexte notamment de la gratuité des contraceptifs pour les mineures. Elles pourront aussi porter sur la prévention des discriminations en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre ; proposant des outils de mise en oeuvre, notamment pour l’école primaire.

 P.8 / Veiller à ce que les sites académiques et régionaux établissent une liste d’associations agréées et autres structures institutionnelles susceptibles d’assurer cette mission quand le besoin existe dans les établissement.

 P.14 / Inscrire dans le plan national de formation un séminaire sur les stéréotypes de genre dans l’éducation.

 P.18 / Engager un travail avec l’Observatoire de la vie étudiante pour qu’il intègre la question des violences de genre dans son enquête « conditions de vie ».

 P.23 / Veiller à la prise en compte de l’approche genre dans les actions de communication favorisant la prise en compte de l’approche genre.

 P. 24 / Inciter à la prise en compte du genre dans chaque projet d’établissement.

 P.24 / Le projet LEONARDO-partenariat « construire ensemble une bonne orientation » (7 pays) : ce projet a reçu un financement européen complété par l’enseignement agricole (sous forme de temps de travail). L’approche « genre » intégrée à l’ensemble du projet a été pilotée par l’anima- trice nationale « égalité » du réseau insertion- égalité de l’enseignement agricole. La Commission européenne vient de désigner ce projet comme « star project 2011 ».

Lucien Cerise

Partager ce contenu