Largesse sarkozyste

Publié le : 15/04/2010 22:12:16
Catégories : Economie

sarkofuck« Nous ne laisserons personne sur le bord de la route, » qu'il a dit notre grand Conducator Nicolaï Sarkozysco. Il visitait un « pôle emploi », et il a dit comme ça : « personne au bord de la route ».

C'est beau quand il parle, notre Montagne Sainte Geneviève de la Pensée.

C'est encore plus beau quand il agit.

Il disait ça, personne au bord de la route, le Phare du Pays Sublime, en causant des chômeurs en fin de droit. Va y en avoir une sacrée palanquée sous peu, vu que ça fait plus d'un an que « la crise » a commencé. Du coup, ça fait sale dans le décor. Qu'au pays des drouâdlôms et du pinard réunis, on se paye un taux de pauvreté tendance Bulgarie reculée, ça la fout mal. Au train où on est parti, on va bientôt doubler la Russie et l'Iran dans la course à qui c'est qu'a le plus de mecs qui dorment dans la rue, qui bouffent pas à leur faim et qui peuvent pas se payer de chaussures neuves alors ils mettent du papier journal dedans quand il y un trou à la semelle. Mince, faudrait savoir : on est la Roumélie septentrionale ou la Grande Nation des Pôles d'Excellence où les mecs ils bossent plus pour gagner plus ?

Bref, notre Everest de la Sérénité a tranché : « nous ne laisserons personne sur le bord de la route ».


Sitôt dit, sitôt fait. Ça ne traîne pas avec notre Guide Suprême. Les « partenaires sociaux » sont « parvenus à un accord ». On va vachement les aider, les chômeurs en fin de droit. Chez nous, être chômeur en fin de droit, ce sera comme qui dirait une bénédiction. Sûr qu'on va se précipiter du Cap Nord à l'Australie rien que pour venir pointer au chômedu dans l'Hexagone.

Pensez donc. C'est plus de l'aide sociale, c'est carrément du sybaritisme subventionné.

Le gouvernement refuse une « logique d’assistanat », vous pigez ? Total, on parle pas d'allocs. Y aura des contrats aidés, genre 170 000. La planque : 600 € par mois dans le secteur public et 960 € dans le privé. Ça fait rêver, non ? Y aura même 70 000 petits veinards qui auront droit à une formation rémunérée pour la somme princière de 650€ par mois. Alors là, c'est pas de la générosité, c'est carrément Byzance pour tout le monde. Et le plus beau, c'est que les mecs qui n'y auront pas droit, eh bien même eux ils toucheront. 456 € mensuels pendant six mois. Sauf que si t'as refusé un contrat aidé, t'y auras pas droit, mais bon, c'est juste une clause de style, qui donc refuserait un contrat aidé à 600 € par mois ? Faudrait être fou.

En tout, ces largesses princières coûteront 705  millions d’euros. Notre Vénérée Lumière de la Dialectique fait, au nom de notre Glorieux Etat Scientifique, le chèque mirifique de 300  millions d'euros. Le reste, c'est l'UNEDIC, ça tombe bien comme ça elle sera pas en déficit, et les Régions, que déjà elles gueulent parce que y a plus de sous. Bon d'accord, y aura un petit problème de financement, mais c'est pas grave : le gouvernement table sur un redémarrage du marché de l’emploi. On est rassuré, c'est bon, tout baigne.

Chose promise, chose due : on ne laissera personne au bord de la route.

Tout le monde ira jusqu'au terminus.

Comme disait le SS en refermant la porte du wagon à bestiaux...

Un bémol, cependant, à ma réglementaire admiration pour notre Grand Empereur Longue Vie à Lui. Je vous rappelle, mignons lecteurs en sucre, adorés internautes qui errez sur ce site mal famé, que les pays occidentaux ont consacré l'an dernier, en moyenne, environ 17 % de leur PIB au sauvetage des grandes banques, lesquelles viennent de verser à leurs traders des rémunérations tendance million de dollars unité de compte. Rien qu'en France, on a trouvé 350 milliards d'euros de garantie en quelques heures quand il s'est agi de sauver la bourse. Soit 500 fois ce qu'on va débloquer aux pauvres qui marchent avec des trous dans les semelles. Mais bon, ça mise à part, largesse universelle. Noël Noël !

Bref, trêve de plaisanterie.

Morale de l'histoire.

Si vous avez l'impression qu'on vous enc..., c'est parce que justement, on vous enc...

Partager ce contenu