Je me suis laissé entraîner pour voir le nouveau film Blade Runner 2049 et comprendre quel genre d’avenir le magasin à rêve d'Hollywood sert ces jours-ci.


Image du film Blade Runner 2049.

C’était une excellente illustration des investissements excessifs dans la technologie avec des rendements décroissants qui nous entraînent vers l’effondrement et du techno-narcissisme qui afflige la classe soi-disant pensante de cette société, qui ne comprend absolument pas ce qu’est un effondrement. Plus la magie des images de synthèse hollywoodiennes apparaît à l’écran, moins le récit devient cohérent. Hollywood s’effondre, et ce n’est pas seulement à cause du comportement de Harvey Weinstein.

Blade Runner 2049 est plein de rétro-anachronismes hilarants – des choses qui nous entourent maintenant et ne seront probablement plus là dans le futur. La signature typique dans de nombreuses dystopies de science-fiction récentes est la présence supposée d’automobiles.

Le Mad Max original était un peu plus qu’une poursuite de voiture améliorée, mais apparemment tout ce dont les gens se souviennent à ce sujet est le paysage désolé et désertique et la combinaison en cuir de Mel Gibson. Pendant toute  la série, les véhicules et les poursuites à l’écran devenaient de plus en plus spectaculaires, jusqu’à ce que Charlize Theron conduise un camion dans la dernière édition. Je me suis toujours demandé où Mel trouvait de nouveaux filtres à air et des radiateurs, sans parler de l’endroit où il refaisait le plein. Dans un monde en morceau, bien sûr, il n’y aurait plus de chaînes d’approvisionnement ni de fabrication.

Alors, bien sûr, Blade Runner 2049 s’ouvre sur un coup de feu sur le détective joué par Ryan Gosling dans sa voiture volante, zoomant sur un paysage qui ressemble plus à une carte mère d’ordinateur qu’à un paysage terrestre contemporain. Au fil du film, il entre et sort de sa voiture volante plus souvent qu’une soccer-mom de San Fernando lors de ses rondes quotidiennes pour amener ses enfants à leurs activités. Cela nous dit en fait quelque chose de plus significatif sur tous ces pièges monotones de la production cinématographique, à savoir que nous ne pouvons pas imaginer un avenir – ou n’importe quelle société humaine d’ailleurs – qui ne soit pas centré sur les voitures.

Mais n’est-ce pas exactement la raison pour laquelle nous avons investi tant d’espoir et d’attente (et de subventions publiques) dans les activités d’Elon Musk ? Après tout, le maitre des désirs dans cette culture de vœux pieux est le souhait de pouvoir continuer à conduire jusqu’à chez Wal Mart pour toujours. C’est le fantasme ultime d’une société de « consommation » superficielle. Les gens qui nous livrent ce mode de vie et en tirent profit en sont tout aussi sincèrement désireux que les gueux sous-payés et suralimentés qui se trouvent dans ces allées discounts. Dans les coins obscurs de la mythologie dite postmoderne, il n’y a pas vraiment de vie humaine, ni d’avenir humain, sans voitures.

Cela montre l’erreur centrale de ce genre de film de science-fiction : que la technologie peut vaincre la nature et subsister. C’est là où notre techno-narcissisme nous amène vite et furieusement. Les films Blade Runner ont lieu dans et autour d’un Los Angeles rempli de méga-structures palpitantes avec des publicités holographiques. D’où vient l’énergie pour construire tout ça ? Supposément de quelque chose dont M. Musk rêve et dont nous n’avons pas encore entendu parler. Franchement, je ne crois pas qu’un tel miracle soit en chemin.

Les habitants de ce Los Angeles en 2049  sont une foule de pilleurs dépenaillés boulonnant pour des bols de nouilles dans une bruine sans fin. Apparemment, ils n’ont rien à faire, rien d’utile ou de lucratif, pour ainsi dire. Donc vous ne pouvez pas vous empêcher de vous demander comment cette économie hypothétique soutient une telle population de sans-grades. Je veux dire, nous savons comment notre économie actuelle soutient les millions de personnes qui ne travaillent plus, avalant leur bol de nouilles entre deux visites au salon de tatouage : par des cadeaux basés sur une fraude comptable omniprésente, soutenue par un approvisionnement en pétrole maintenant en baisse qui peut encore être extrait du sol de manière rentable. Mais cela ne continuera pas beaucoup plus longtemps. Vous voulez savoir pourquoi ? Parce que les choses qui ne peuvent pas continuer ne le font pas.

Il y une chose où Blade Runner 2049 tape juste dans ses emprunts rétro-anachroniques du présent, c’est l’impressionnant manque de joie de la culture. L’art dans cette vision du futur est particulièrement frappant car il éclaire sur une absence de véritable art dans la vie américaine « postmoderne » contemporaine. Les surfaces mécaniques lisses sont partout, sans substance sous la surface.

Je suis sorti après deux heures, et le film était loin d’être fini. C’était trop morne et trop insultant intellectuellement à endurer. Je ne blâme pas Ryan Gosling pour autant. Son regard de scepticisme lugubre tout au long était parfait.

James Howard Kunstler
13 octobre 2017

Traduit par Le Saker Francophone.
Article original sur Kunstler.com