Évènement

Le retard d'effondrement

Publié le : 07/09/2009 23:00:00
Catégories : Société

brainstormingScriptoblog, d'habitude, ne reprend pas de textes issus d'un autre site. Mais, parfois, il faut faire des exceptions... surtout quand on a affaire à des textes exceptionnellement intéressants !

Nous reprenons donc cette traduction d'une intervention donnée en Anglais par un certain Dmitry Orlov, concernant la question d'un éventuel effondrement de l'infrastructure US, et de ses conséquences pratiques du point de vue des Américains. On notera qu'une bonne partie de ce qu'il dit s'applique terme à terme à la situation des européens, si notre infrastructure venait à craquer.

Cet article est issu de l'excellent site orbite.info.



L'Union soviétique était mieux préparée à l'effondrement que les États-Unis

Par Dmitry Orlov 4 décembre 2006

Bonsoir, Mesdames et Messieurs. Je ne suis pas un expert, ou un spécialiste, ou un militant. Je suis plutôt un témoin oculaire. J'ai vu l'Union soviétique s'effondrer, et j'ai essayé de mettre mes observations dans un message concis. Je vous laisserai décider à quel point ce message est urgent.


Au milieu des années 1950, les Américains ont été saisis par la crainte que le déploiement massif de bombardiers à réaction donne à l'Union soviétique un avantage stratégique décisif. Les observations des avions espions ont montré par la suite que ce bomber gap était inexistant. L'administration a cependant tiré les leçons de cette affaire en invoquant par voie de presse des écarts divers et inquiétants pris par l'armée américaine sur l'armée soviétique à chaque fois qu'il était nécessaire de faire accepter au contribuable américain davantage de dépenses militaires.

Mon exposé de ce soir a pour sujet le manque de préparation à l'effondrement ici, aux États-Unis. Je comparerai cela à la situation en Union soviétique, avant son effondrement. Le moyen rhétorique que je vais utiliser est le retard d'effondrement, pour aller avec le retard nucléaire et le retard spatial, et divers autres retards entre superpuissances qui étaient à la mode durant la guerre froide.

  • L'Union soviétique (URSS) s'est effondrée il y a environ dix-sept ans. Les États-Unis (ÉU) s'effondreront (économiquement ou politiquement) à un certain point.
  • Les dates exactes des effondrements sont impossibles à prédire. Mais l'un des faits les mieux connus sur les empires est qu'ils s'effondrent. Sans exception.
  • L'effondrement soviétique était plus difficile à prédire à cause du secret. De nombreux signes de difficultés pour les ÉU indiquent qu'ils pourraient s'effondrer n'importe quand.
  • L'effondrement soviétique a beaucoup à apprendre aux ÉU. Les différences sont tout aussi intéressantes que les similarités.

L'effondrement économique est généralement un triste sujet. Mais je suis une personne de nature gaie et optimiste, et je crois que, avec un peu de préparation, de tels événements peuvent être pris sans sourciller. Comme vous pouvez probablement le conjecturer, je suis plutôt enthousiasmé par l'observation des effondrements économiques. Peut-être que lorsque je serai vraiment âgé, tous les effondrements commenceront à se ressembler pour moi, mais je n'en suis pas encore à ce point.

Et ce prochain effondrement m'intrigue certainement. À ce que je vois et entend, il semble qu'il y ait une bonne chance que l'économie américaine s'effondre quelque part dans l'avenir prévisible. Il semblerait aussi que nous ne soyons pas particulièrement préparés pour cela. Comme vont les choses, l'économie américaine est sur le point de jouer quelque chose comme un acte de disparition. Aussi je m'empresse de mettre mes observations de l'effondrement soviétique à bon usage.

  • Deux empires militaro-industriels post-Seconde Guerre mondiale.
  • Fondés sur le progrès technologique et la croissance économique.
  • Ont essayé de répandre leur idéologie sur toute la planète.
  • Ont exercé un contrôle économique et politique sur de nombreux pays.
  • Sont restés à égalité pendant plusieurs décennies.
  • Ont fini par faire faillite.

(Ces similarités justifient de raisonner par analogie.)

J'anticipe que certaines personnes réagiront mal en ayant leur pays comparé à l'URSS. Je voudrais vous assurer que les Soviétiques auraient réagi similairement, si les États-Unis s'étaient effondrés les premiers. Sentiments mis à part, voici deux superpuissances du XXe siècle, qui voulaient plus ou moins les mêmes choses — des choses comme le progrès technologique, la croissance économique, le plein-emploi, et la domination du monde — mais ils étaient en désaccord sur les méthodes. Et ils ont obtenu des résultats similaires — chacun en a bien profité, a intimidé la planète entière, et a maintenu l'autre dans la peur. Chacun a fini par faire faillite.

Les États-Unis et l'URSS étaient à égalité dans de nombreuses catégories, mais je vais seulement en mentionner quatre.

Le programme spatial piloté soviétique est bien vivant sous gestion russe, et il offre maintenant les tout premiers vols en charter. Les Américains empruntent des vols sur Soyouz tandis que leurs vaisseaux spatiaux restants demeurent à l'atelier.

La course à l'armement n'a pas produit de vainqueur clair, et c'est une excellente nouvelle, parce que la Destruction mutuelle assurée2 reste effective. La Russie a toujours plus d'ogives nucléaires que les États-Unis, et une technologie de missiles de croisière supersoniques qui peut pénétrer n'importe quel bouclier anti-missile, particulièrement un qui n'existe pas3.

La course à l'emprisonnement montrait autrefois les Soviétiques avec une avance décisive, grâce à leur programme innovant GOULAG4. Mais ils ont graduellement pris du retard, et à la fin, la course à l'emprisonnement a été gagnée par les Américains, avec le plus haut pourcentage de gens en prison de tous les temps.

La course à l'Empire-haï-du-mal est finalement aussi gagnée par les Américains. C'est facile maintenant qu'ils n'ont plus personne avec qui rivaliser.

Les ÉU font face à de nombreuses difficultés identiques à celles qui ont contribué à l'effondrement soviétique
  • Des guerres ingagnables (Afghanistan, Irak... Iran ?).
  • Une production de pétrole déclinante (la production de pétrole soviétique a passé son pic une paire d'années avant l'effondrement).
  • Des budgets militaires hors de contrôle.
  • Des déficits et une dette extérieure insoutenables.
  • Un système politique récalcitrant, apathique et corrompu, incapable de réformes.
  • Des illusions de grandeur empêchant une discussion honnête des difficultés.

En continuant avec notre liste de similarités entre superpuissances, beaucoup de difficultés qui ont coulé l'Union soviétique mettent à présent en danger les États-Unis aussi. Telles qu'une armée immense, bien équipée et très coûteuse, sans mission claire, embourbée dans un combat contre des insurgés musulmans. Telles que des pénuries énergétiques liées à la culmination de la production pétrolière. Telles qu'une balance commerciale défavorable persistante, résultant en une dette extérieure débridée. Ajoutez à cela une image de soi illusoire, une idéologie inflexible et un système politique apathique.

Les économies sont susceptibles de défaillances en cascade
  • Les problèmes insolubles s'accumulent avec le temps.
  • Les mécanismes de compensation ne sont utiles que jusqu'à un certain point.
  • Un certain nombre d'événements peuvent mettre l'économie en état de choc.
  • De multiples effets de contrecoup empêchent de revenir à la normale.
  • Le glissement vers le bas acquiert un élan propre.
  • Le système politique demeure intact mais souffre de paralysie.

Un effondrement économique est étonnant à observer, et très intéressant s'il est décrit précisément et en détail. Une description générale tend à tomber loin de la cible, mais je vais essayer. Un arrangement économique peut continuer un bon bout de temps après qu'il est devenu intenable, par pure inertie. Mais à un certain point une vague de promesses non tenues et de suppositions invalidées balaye tout cela à la mer. L'un de ces arrangements intenables repose sur la notion qu'il est possible de perpétuellement emprunter de plus en plus d'argent à l'étranger, pour payer de plus en plus d'importations d'énergie, tandis que le prix de ces importations continue de doubler toutes les quelques années. L'argent gratuit avec lequel on achète de l'énergie équivaut à de l'énergie gratuite, et l'énergie gratuite n'existe pas dans la nature. Ce doit donc être une condition transitoire. Quand le flux d'énergie retombera vers l'équilibre, une grande part de l'économie américaine sera forcée de s'arrêter.

L'environnement post-effondrement — les conséquences immédiates
  • Dislocation sociale, chômage, perte de domicile, désespoir.
  • Les autorités n'imposent plus le respect. Les forces de l'ordre sont débordées, remplacées par l'auto-défense locale et la sécurité privée. De nombreuses lois sont universellement ignorées.
  • Des pénuries généralisées de nombreuses marchandises de base, particulièrement la nourriture, le carburant et la médecine.
  • L'entretien de base est abandonné ou rationné. L'infrastructure se délabre et tombe en panne. Beaucoup de désastres, grands et petits.
  • Pas de planification à long terme possible. Les nouveaux grands projets ne sont même pas envisagés. Toutes les adaptations réussies reposent sur l'infrastructure et l'inventaire existants.

J'ai décrit ce qui est arrivé à la Russie en détail dans l'un de mes articles, qui est disponible sur Surviving Peak Oil. Je ne vois pas pourquoi ce qui arrive aux États-Unis serait entièrement dissemblable, au moins en termes généraux. Les particularités seront différentes, et nous allons les aborder dans un moment. Nous devons certainement nous attendre à des pénuries de carburant, d'alimentation, de médecine, et d'innombrables autres articles de consommation, à des coupures d'électricité, de gaz et d'eau, des pannes dans les systèmes de transport et d'autres infrastructures, à l'hyper-inflation, des fermetures généralisées et des licenciements massifs, accompagnés de beaucoup de désespoir, de confusion, de violence et de désordre. Nous ne devons absolument pas espérer des grands plans de sauvetage, des programmes technologiques innovants, ou des miracles de cohésion sociale.

L'environnement post-effondrement — que se passe-t-il ensuite ?
  • Une nouvelle économie de subsistance et de troc émerge presque immédiatement.
  • Le vieux capital — actions, obligations, capital d'équipement, argent liquide — n'a aucune valeur. Les relations, les services rendus, l'accès aux ressources prouvent la durabilité de leur valeur.
  • Dépouillement des actifs : les actifs sont démantelés et réutilisés, entreposés, ou vendus pour la ferraille. De nombreux articles de valeur sont exportés (particulièrement les objets d'art, les antiquités, l'équipement scientifique et industriel).
  • Des éléments du crime organisé, les anciens militaires et les anciennes forces de l'ordre se combinent en nouvelles structures de pouvoir (très embrouillées).

Face à de tels développements, certaines personnes sont promptes à réaliser ce qu'elles doivent faire pour survivre, et commencent à le faire, généralement sans la permission de quiconque. Une sorte d'économie émerge, complètement informelle, et souvent semi-criminelle. Elle tourne autour de la liquidation et du recyclage des restes de l'ancienne économie. Elle est basée sur un accès direct aux ressources, et sur la menace de la force, plutôt que sur la propriété ou l'autorité légale. Les gens qui ont des difficultés avec cette façon de faire se retrouvent rapidement hors du jeu.

Ce sont les généralités. Maintenant regardons les particularités.

Logement :

URSS

USA

Propriété de l'état Propriété des banques et des sociétés
Loyer gratuit Saisies et expulsions
Accessible par les transports publics Largement inaccessible sauf en automobile
=> En cas de catastrophe...
Personne ne bouge Flot de réfugiés des banlieues

Un élément important de la préparation à l'effondrement est de s'assurer que l'on n'a pas besoin d'une économie en fonctionnement pour garder un toit au dessus de sa tête. En Union soviétique, tous les logements appartenaient au gouvernement, qui les mettait directement à disposition des gens. Comme tous les logements étaient aussi construits par le gouvernement, ils n'étaient construits que dans des lieux que le gouvernement pouvait desservir en utilisant les transports publics. Après l'effondrement, presque tout le monde a réussi à garder son logement.

Aux États-Unis, très peu de gens possèdent leur lieu de résidence pour de bon, et même alors ils ont besoin d'un revenu pour payer les taxes foncières. Les gens sans revenu se retrouvent à la rue. Quand l'économie s'effondrera, très peu de gens continueront d'avoir un revenu, alors la clochardisation va devenir endémique. Ajoutez à cela la nature dépendante de l'automobile de la plupart des banlieues, et ce que vous obtiendrez est une migration en masse des sans-logis vers les centres urbains.

Transport :

URSS
USA
Public Privé, principalement des automobiles et des camions
Continue de fonctionner En panne à cause des pénuries de carburant
Villes compactes le long des lignes de chemin de fer Étalement, centre-villes morts
Infrastructure pouvant être entretenue Davantage de nids de poule que de route
=> En cas de catastrophe...
Tous les passagers, en voiture ! À pied, pédalant à bicyclette, poussant des chariots de supermarché

Les transports publics soviétiques étaient plus ou moins tout ce qu'il y avait, mais il y en avait beaucoup. Il y avait aussi quelques automobiles particulières, mais si peu que le rationnement de l'essence et les pénuries étaient quasiment sans conséquence. Toutes ces infrastructures publiques étaient conçues pour être presque indéfiniment réparables, et elles ont continué de marcher alors même que le reste de l'économie s'effondrait.

La population des États-Unis est presque entièrement dépendante de l'automobile, et se fie aux marchés qui contrôlent l'importation de pétrole, le raffinement et la distribution. Elle compte aussi sur des investissements publics continus dans la construction de routes et leur réparation. Les automobiles elles-mêmes requièrent un flux continu de pièces importées, et elles ne sont pas conçues pour durer très longtemps. Quand ces systèmes tortueusement interconnectés cesseront de fonctionner, une grande partie de la population se trouvera isolée.

Le Just-in-time est une stratégie d'organisation industrielle visant à réduire l'inventaire au minimum nécessaire à la satisfaction de la demande immédiate. Le résultat est une rentabilité accrue (peu d'entrepôts, peu d'invendus, peu d'engagement de trésorerie) et un risque de paralysie totale en cas de rupture d'un flux.

Emploi :

URSS
USA
Principalement public Principalement privé
Ralentissements Fermetures
Salaires retardés Licenciements massifs
Inventaire à des niveaux massifs Inventaire juste-à-temps
Accès continu et troc Liquidation
=> En cas de catastrophe...
Transition graduelle Retraite instantanée

L'effondrement économique affecte l'emploi dans le secteur public presque autant que l'emploi dans le secteur privé, finalement. Comme les bureaucraties gouvernementales tendent à être lentes à réagir, elles s'effondrent plus lentement. Aussi, comme les entreprises d'État tendent à être inefficaces et entreposent de l'inventaire, il en reste beaucoup, que les employés emportent chez eux et utilisent dans le troc. La plupart des emplois soviétiques étaient dans le secteur public, et cela a donné du temps aux gens pour réfléchir à ce qu'ils devaient faire ensuite.

Les entreprises privées tendent à être beaucoup plus efficientes en beaucoup de choses. Telles que licencier leur personnel, fermer leurs portes et liquider leurs actifs. Puisque la plupart des emplois aux États-Unis sont dans le secteur privé, nous devrions nous attendre à ce que la transition vers le chômage permanent soit très abrupte pour la plupart des gens.

Familles :

URSS
USA
Trois générations sous un toit Célibataires, familles nucléaires
Étroitement liés (mais malheureux ?) Aliénés (et malheureux ?)
Géographiquement regroupés Géographiquement dispersés
Habitués aux privations Ont le sentiment que tout leur est dû
=> En cas de catastrophe...
La vie continue Isolés parmi des étrangers

Quand les gens sont confrontés à une épreuve, ils se tournent habituellement vers leur famille pour être soutenus. L'Union soviétique a connu des pénuries de logement chroniques, ce qui avait souvent pour résultat de faire vivre ensemble trois générations sous un toit. Cela ne les rendaient pas heureux, mais au moins ils étaient habitués les uns aux autres. La perspective habituelle était qu'ils resteraient ensemble, quoi qu'il advienne.

Aux États-Unis, les familles tendent à être atomisées, dispersées à travers plusieurs États. Elles ont parfois du mal à se tolérer quand elles se rassemblent pour Thanksgiving ou Noël, même durant les meilleurs moments. Elles pourraient trouver difficile de s'entendre dans les mauvais moments. Il y a déjà trop de solitude dans ce pays, et je doute que l'effondrement économique y remédie.

Argent :

URSS
USA
De valeur symbolique La ressource nécessaire
Partagé entre amis Presque jamais partagé
Revenu pas indispensable Revenu indispensable pour survivre
Les amis sont le plus important L'argent est le plus important
=> En cas de catastrophe...
Fauché, mais peu importe Fauché et sans recours

Pour tenir le diable à distance, les Américains ont besoin d'argent. Dans un effondrement économique, il y a habituellement une hyper-inflation, ce qui efface les économies. Il y a aussi un chômage endémique, ce qui efface les revenus. Le résultat est une population qui est largement sans le sou.

En Union soviétique, très peu de choses pouvaient être obtenues par l'argent. On le traitait comme un symbole plutôt que comme une richesse, et on le partageait entre amis. Beaucoup de choses — dont le logement et le transport — étaient soit gratuites soit presque gratuites.

Biens de consommation :

URSS


USA
Un coût pour le gouvernement Des profits pour les Chinois
Une économie basée sur les produits Une économie basée sur les services
Pénurie de produits Pénurie d'argent
Débrouillez-vous pour le faire fonctionner Obsolescence planifiée
Legs technologiques Tout jetable
=> En cas de catastrophe...
Réparer soi-même Recycler les ordures

Les biens de consommation soviétiques ont toujours été un objet de dérision — les réfrigérateurs qui chauffent la maison et la nourriture, et ainsi de suite. Vous aviez de la chance si vous en aviez seulement un, et c'était à vous de le faire fonctionner une fois que vous l'aviez chez vous. Mais une fois que vous l'aviez fait marcher, il devenait un inestimable héritage familial, passé de génération en génération, robuste et presque indéfiniment réparable.

Aux États-Unis, on entend souvent que quelque chose ne vaut pas d'être réparé. C'est assez pour faire voir rouge à un Russe. J'ai entendu dire une fois par un vieux Russe qui était furieux qu'une quincaillerie de Boston n'ait pu lui vendre des ressorts de literie de rechange : Les gens jettent d'excellents matelas, comment suis-je censé les réparer ?

L'effondrement économique tend à arrêter à la fois la production locale et les importations, et il est donc vitalement important que tout ce que vous possédez s'use lentement, et que vous puissiez le réparer vous-même s'il casse. Les trucs fabriqués par les Soviétiques étaient généralement incroyablement durs à l'usure. Les trucs fabriqués par les Chinois que l'on peut obtenir par ici, beaucoup moins.

Alimentation :

URSS
USA
Potagers Supermarchés
Réserves de nourriture locales Nourriture expédiée en camions
Culture de la cuisine maison Culture de la restauration rapide
Physiquement actifs Obésité épidémique
=> En cas de catastrophe...
Fouillent et quémandent Attendent d'être nourris

Le secteur agricole soviétique était notoirement inefficace. Beaucoup de gens cultivaient et récoltaient leur propre nourriture même pendant les périodes relativement prospères. Il y avait des entrepôts de nourriture dans chaque ville, approvisionnés selon un plan d'allocation gouvernemental. Il y avait très peu de restaurants, et la plupart des familles cuisinaient et mangeaient à la maison. Faire des courses était plutôt laborieux, et impliquait de porter de lourdes charges. Quelques fois, cela ressemblait à la chasse — traquer cet insaisissable morceau de viande tapi derrière quelque comptoir de boutique. Aussi les gens étaient bien préparés à ce qui allait suivre.

Aux États-Unis, la plupart des gens tirent leur nourriture d'un supermarché, qui est approvisionné de très loin en utilisant des camions réfrigérants. Beaucoup de gens ne s'ennuient même pas à faire des courses et mangent seulement de la restauration rapide. Quand les gens cuisinent, ils cuisinent rarement à partir de zéro. Tout cela est très malsain, et l'effet sur le tour de taille de la nation est visible clairement depuis l'autre côté du parc de stationnement. Un grand nombre de gens, qui se dandinent seulement depuis et jusqu'à leur voiture, ne semblent pas préparés à ce qui va suivre. S'ils devaient soudainement commencer à vivre comme les Russes, ils s'éclateraient les genoux.

Médecine :

URSS
USA
Publique Privée
Soins de base gratuits Médecine lucrative
Focalisée sur les soins de base et la prévention Focalisée sur la gériatrie, les cas chroniques, l'oncologie, la médecine d'urgence, la psychopharmacologie, la chirurgie plastique
=> En cas de catastrophe...
Soins de base Remédes maison

Le gouvernement soviétique a balancé des ressources dans des programmes d'immunisation, le contrôle des maladies infectieuses et les soins de base. Il exploitait directement un système de cliniques d'État, d'hôpitaux et de sanatoriums. Les gens avec une affection fatale ou une condition chronique avaient souvent des raisons de se plaindre, et devaient payer pour des soins privés — s'ils avaient de l'argent.

Aux États-Unis, la médecine est lucrative. Les gens semblent ne rien penser de ce fait. Il y a vraiment très peu de champs d'action auxquels les Américains refuseraient la motivation lucrative. La difficulté est qu'une fois l'économie partie, le profit l'est aussi, ainsi que les services qu'il aidait autrefois à motiver.

Éducation :

URSS
USA
Publique et gratuite Emprunts étudiant écrasants
Huit niveaux généralement suffisants 12 + 4 années produisent beaucoup de semi-illettrés
Les enfants vont à pied à l'école Les enfants sont véhiculés jusqu'à l'école
Petites écoles de quartier Immenses écoles urbaines
=> En cas de catastrophe...
La génération perdue Illettrisme et ignorance

Le système d'éducation soviétique était généralement excellent. Il produisait une population prodigieusement lettrée et beaucoup de grands spécialistes. L'éducation était gratuite à tous les niveaux, mais l'enseignement supérieur payait parfois une bourse, et fournissait souvent le logement et la nourriture. Le système éducatif s'est très bien maintenu après l'effondrement de l'économie. La difficulté était que les étudiants n'avaient pas de travail à espérer après la remise du diplôme. Beaucoup d'entre eux se sont égarés.

Le système d'enseignement supérieur aux États-Unis est bon à plusieurs choses — la recherche gouvernementale et industrielle, les sports d'équipe, la formation professionnelle... L'enseignement primaire et secondaire échoue à accomplir en douze ans ce que les écoles soviétiques accomplissaient généralement en huit. L'échelle et le coût massif du maintien de ces institutions s'avérera probablement excessif pour l'environnement post-effondrement. L'illettrisme est déjà un problème aux États-Unis, et nous devrions nous attendre à ce qu'il devienne bien pire.

Énergie :

URSS
USA
Auto-suffisance Importe 65% du pétrole et beaucoup de gaz naturel
Surplus, exportations Production domestique faiblissante
Propriété du gouvernement Approvisionnement privé
Contrôle des prix Profiteurs
=> En cas de catastrophe...
Pénuries, rationnement Déficience du marché

L'Union soviétique n'avait pas besoin d'importer de l'énergie. Le système de production et de distribution a chancelé mais ne s'est jamais effondré. Le contrôle des prix a maintenu les lumières allumées même quand l'hyper-inflation faisait rage.

Le terme déficience du marché semble adéquat à la situation de l'énergie aux États-Unis. Les marchés non-régulés développent des caractéristiques pernicieuses lorsqu'il y a des pénuries de marchandises clefs. Durant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement des États-Unis comprenait cela et rationnait beaucoup de choses avec succès, depuis l'essence jusqu'aux pièces de bicyclette. Mais c'était il y a longtemps. Depuis lors, l'inviolabilité des marchés non-régulés est devenue un article de foi.

L'Union soviétique était bien mieux préparée à l'effondrement économique que le sont les États-Unis

Ma conclusion est que l'Union soviétique était bien mieux préparée à l'effondrement économique que le sont les États-Unis.

J'ai laissé de côté deux importantes asymétries entre superpuissances, parce qu'elles n'ont rien à voir avec l'état de préparation à l'effondrement. Certains pays ont simplement plus de chance que d'autres. Mais je vais les mentionner, par souci d'exhaustivité.

En termes de composition racia

Partager ce contenu