Évènement

L’Effondrement du système technologique (T. J. Kaczynski)

Publié le : 11/01/2010 23:00:00
Catégories : Politique

unabomber

Trouvée chez nos amis de "Nos Libertés", cette pépite : le point de vue de T.J. Kaczynski, dit Unabomber, sur les gauchistes.

Rappelons qui est Unabomber. Sa note Wikipedia précise en substance que Theodore Kaczynski, surnommé Unabomber (né 1942), est un mathématicien et terroriste américain. Il a fait l'objet de la chasse à l'homme la plus coûteuse de l'histoire du FBI. A noter qu’il présente deux particularités plutôt rares chez les gibiers du FBI : il a obtenu 167 aux tests de QI aux tests scolaires règlementaires aux USA, et entra à Harvard à 16 ans.

Il s'est battu contre les dangers inhérents, selon lui, à la direction prise par le progrès dans une société industrielle et une civilisation technologique, une société qui s'éloigne selon lui de l'humanité et de la liberté humaine pour la majorité sinon la totalité de la population. Après des études et une courte carrière de professeur de mathématiques, il décide de se retirer dans la nature, et convainc son frère de prendre la même direction. Suite à la destruction d'un lieu naturel où il se rendait régulièrement, il décide de s'engager pendant les 18 années suivantes dans une campagne d'envoi de colis piégés artisanaux à diverses personnes construisant ou défendant la société technologique, faisant trois morts et 29 blessés avec 16 bombes envoyés.

Avec Unabomber, découvrons ce qu'un vrai révolutionnaire pense des faux révolutionnaires, ce qu'un véritable écologiste pense des faux écologistes, et pour tout dire, ce qu'un véritable combattant anti-système pense des gauchistes...


*


Source : Nos libertés

Nous vous livrons quelques extraits de l'excellent livre, sorti en 2008, "L’Effondrement du système technologique" de Théodore J. Kaczynski, dont nous recommandons chaudement la lecture :

« Durant la première moitié du XXe siècle, le gauchisme pouvait être globalement assimilé au socialisme, à la lutte des classes. Lorsque nous employons dans cet ouvrage le terme « gauchiste », nous faisons avant tout référence aux socialistes d'aujourd'hui, aux collectivistes, aux partisans du « politiquement correct », défenseur des droits des femmes, des homosexuels, des invalides, des minorités ethniques, etc. »

« Quand un individu considère comme une critique tout ce qui peut être dit à son sujet (ou à propos des groupes auxquels il s'identifie), il souffre à notre avis de sentiments d'infériorité ou d'une dépréciation de soi. Ce penchant est marqué chez les défenseurs des droits des minorités, qu'ils appartiennent ou non aux minorités en question. Ils réagissent frénétiquement lorsqu'on appelle quelqu'un : nègre, jaune, arabe, handicapé, etc. »

« Ceux qui sont le plus chatouilleux vis-à-vis de cette terminologie politiquement incorrecte ne sont pas les populations vivant dans les ghettos noirs, ni les immigrés asiatiques, ni les handicapés, mais des activistes peu nombreux qui n'appartiennent pas à des catégories « opprimés » mais plutôt aux couches aisées de la société. Le bastion du politiquement correct regroupe principalement des professeurs d'universités bénéficiant de la sécurité de l'emploi et de salaires confortables. »

« Les gauchistes féministes sont tenaillées par le désir obsessionnel de prouver que les femmes sont aussi fortes et aussi compétentes que les hommes. À l'évidence, elles sont tourmentées par la crainte qu'une femme puisse ne pas être aussi forte et aussi compétente qu'un homme. »

« Des termes tels que « confiance en soi », « indépendance », « initiative », « optimisme », etc. ne font pas partie du vocabulaire gauchiste. Le gauchiste est opposé à l'individualisme, il est partisan du collectivisme. Il veut que la société prenne en charge chaque individu, résolve ses problèmes et satisfasse ses besoins. Il n'est pas de ceux qui, dans leur for intérieur, se savent capables de résoudre leurs problèmes et de satisfaire leurs besoins. Le gauchiste est hostile à toute forme de compétition. Les gauchistes pensent que c'est la société qui est responsable des facultés et des déficiences d'un individu. Selon eux, si une personne est « inférieure » ce n'est pas elle qui doit être blâmée, mais la société qui ne lui a pas donné les moyens de s'épanouir. Le gauchiste est un collectiviste. Il ne peut se sentir fort qu'en temps que membre d'une grande organisation ou d'un mouvement de masse avec lequel il peut s'identifier. »

« Les gauchistes manifestent en se couchant sur la route pour empêcher les véhicules de passer, ils provoquent délibérément les forces de police ou des groupes racistes pour exciter leur agressivité, etc. Ces tactiques se révèlent souvent efficaces, mais beaucoup de gauchistes n'y ont pas recours en tant que moyen privilégié d'atteindre leurs objectifs, mais avant tout parce qu'ils ont un goût prononcé pour les procédés masochistes. La haine de soi est un trait caractéristique de la mentalité gauchiste. »

« Le code moral de notre société est tellement exigeant que personne ne peut penser, éprouver quoi que ce soit ou agir de manière absolument morale. Par exemple, nous ne devrions haïr personne, mais en fait chacun de nous éprouve de la haine pour quelqu'un à un moment donné, qu'il veuille bien l'admettre ou non. Certaines personnes sont tellement socialisées que l'effort de penser, de sentir et d'agir conformément au code moral est parfois insoutenable. Afin d'échapper aux sentiments de culpabilité, elles doivent sans cesse se mentir à elle-même. »

« Une partie très importante et très influente de la gauche moderne est sursocialisée, ce qui joue un rôle déterminant dans l'orientation du gauchisme moderne. Le gauchiste sursocialisé tente de se libérer de sa laisse psychologique et revendique son autonomie en se révoltant. Mais, le plus souvent, il n'est pas assez fort pour se rebeller contre les valeurs fondamentales de la société. Les objectifs des gauchistes n'entrent pas en conflit avec la bien-pensance. Le gauchiste se saisit d'un principe moral communément admis, l'accapare, se l'approprie, puis accuse le reste de la société de violer ledit principe : l'égalité des races, légalité des sexes, l'aide aux personnes défavorisées, la non-violence, la liberté d'expression, le respect des animaux, l'écologie, le Sida, les homosexuels. »

« Le gauchiste veut que les noirs suivent des cours de technologie, deviennent des cadres d'entreprise, des chercheurs universitaires, consacrent leur vie à gravir les échelons de la hiérarchie sociale. Ces valeurs sont précisément celles du système techno-industriel. Le système se contrefiche de la musique que vous écoutez, des vêtements que vous portez, du dieu que vous priez, dans la mesure où vous faites des études, obtenez un travail respectable, gravissez les échelons de la société, êtes un parent responsable, un citoyen non violent, etc. »

« Nous ne prétendons pas que les gauchistes ne se révoltent jamais contre les valeurs fondamentales de la société. À l'évidence, il leur arrive de le faire. Certains gauchistes sursocialisés sont même allés si loin dans la rébellion qu'ils se sont engagés dans l'action violente. De leur propre aveu, la violence est alors pour eux une forme de « libération ». En s'engageant dans des actions violentes, ils se libèrent des contraintes psychologiques qui s'exerçaient sur eux. Du fait de leur sursocialisation, ces contraintes sont plus oppressives chez eux, d'où le besoin impérieux de s'en défaire. Mais ils justifient d'ordinaire leur révolte au nom de valeurs universelles. S'ils s'engagent dans l'action violente, ils affirment qu'ils combattent le racisme ou quelque chose d'aussi détestable. »

« Le gauchisme est incompatible sur le long terme avec la nature sauvage, la liberté humaine et l'élimination de la technologie moderne. Le gauchisme est une forme de collectivisme qui vise à lier l'ensemble du monde (nature et humains) au sein d'une organisation commune. Un tel projet implique la gestion de la nature et de la race humaine par une société bien organisée; il requiert une technologie avancée. Vous ne pouvez pas avoir un monde unifié sans moyens rapides de communication et de transport. Vous ne pouvez pas promouvoir l'amour du prochain sans techniques psychologiques sophistiquées. Vous ne pouvez pas avoir une « société organisée » sans une solide base technologique. »

« Le gauchisme est une force totalitaire. Chaque fois qu'il est en position de force, le gauchiste a tendance à s'introduire dans les moindres recoins de la vie privée et à imposer son mode de pensée. Cela est dû en partie au caractère quasi-religieux du gauchisme, tout ce qui s'oppose à ses convictions est assimilé au Péché. Il s'agit d'une force totalitaire du fait de la volonté de puissance du gauchiste. Ce dernier cherche à satisfaire son désir de puissance en s'identifiant à un mouvement social. Quels que soient les succès obtenus par le mouvement, le gauchiste demeure insatisfait parce que son activisme n'est qu'une activité de substitution. »

« Le gauchiste ne saurait limiter son engagement au seul profit des minorités ethniques; personne ne doit avoir le moindre préjugé vis-à-vis des homosexuels, des handicapés, des obèses, des vieux, des moches, etc. Que la population soit prévenue des dangers du tabac ne suffit pas : un avertissement doit être imprimé sur chaque paquet de cigarettes. La publicité pour le tabac doit être limitée voire interdite. Ces activistes ne seront pas satisfaits tant que le tabac ne sera pas mis hors la loi, et ce sera ensuite le tour de l'alcool, de la nourriture de mauvaise qualité, etc. Ils se sont battus contre les mauvais traitements infligés aux enfants, mais maintenant ils veulent interdire la fessée. »

Sans commentaires...

 

Partager ce contenu