Les Chinois à Paris

Publié le : 28/06/2010 23:00:00

 


Avec leur habituel sens de l'organisation, nos amis asiatiques ont fait savoir récemment, manifestant à quelque chose comme 20.000 à travers Belleville, que (cf. reportage ci-dessus) : "ça fait longtemps qu'on se laisse marcher dessus, mais maintenant, y en a marre." Mon opinion est qu'ils ont totalement raison. Il y a quelques années, ayant été victime d'un cambriolage, j'allai déposer plainte au commissariat de ma banlieue. Je suis resté trois heures dans la salle d'attente (une technique pour dissuader les gens de porter plainte, je pense). J'ai vu défiler une quinzaine de personnes venues déposer plainte. Constat : elles étaient toutes blanches ou jaunes. Et ceux qui connaissaient leurs agresseurs/voleurs décrivaient tous la même chose : des Noirs ou des nord-africains. Je serais curieux de connaître les statistiques ethniques sur la composition ethnique croisée victime/coupable de la petite délinquance. M'est avis qu'on pourrait y lire une guerre raciale à basse intensité.

Je constate en tout cas que la cohabitation entre asiatiques et africains (nord-africains comme subsahariens) est à peu près aussi apaisée qu'un week-end à Stalingrad en janvier 1943. Confirmation : les tensions interethniques opposent, aussi, les immigrés aux immigrés.

Pour être honnête, ça ne me surprend pas. Les asiatiques sont caractérisés par un tempérament introverti, des valeurs centrées sur le travail et l'épargne ; ils valorisent la discipline et le développement des capacités intellectuelles. Il n'est donc pas surprenant que ces braves gens aient quelques diffucultés à cohabiter avec des africains caractérisés par un tempérament extraverti, des valeurs centrées sur le partage et la joie de vivre au jour le jour. Surtout que ces mêmes africains, dans l'ensemble, ne comprennent pas le sens du mot discipline et, en tout cas chez nous, semblent assez peu portés à l'étude. Bref, africains et asiatiques sont diamétralement opposés, à peu près dans tous les domaines. Que dans ce contexte de malentendu transculturel permanent, les délinquants d'origine africaine se croient tout permis envers les asiatiques, rien de plus classique, rien de plus banal dans la longue histoire des affrontements intercommunautaires.

Ensuite, j'observe avec intérêt que France 2 a mis 5 jours à parler de cette histoire asiatico-bellevilloise. Pendant 5 jours, pour l'essentiel, nos télés se sont assises sur l'information. Il est probable qu'elles ne l'ont finalement sorties que contraintes et forcées, devant le déferlement de commentaires sur Internet. A un certain moment, ne pas en parler aurait, sans doute, été plus compliqué qu'en parler. Quoi qu'il en soit, voilà qui en dit long sur le désarroi provoqué, dans les milieux dirigeants du monde médiatique, par cette énième explosion en plein vol du mythe du "vivre ensemble".

Enfin, je remarque que de nombreux commentaires sur Internet présentaient l'affaire comme un affrontement entre "les musulmans racailles" et "les Jaunes". Pour m'être promené à Belleville récemment, je peux vous garantir que c'est un chaos racial parfait, noir/gris/jaune, et qu'il n'y a pas de raisons de penser a priori que l'opposition principale soit entre nord-africains et asiatiques. Entre Noirs et Jaunes, ce n'est pas non plus le grand amour, voyez-vous... Bref, comme on pouvait s'y attendre, certains  milieux islamophobes vont tenter de récupérer l'affaire. Passons.

Ce qui me paraît beaucoup plus intéressant, c'est l'attitude des asiatiques sur cette vidéo. On sent qu'ils sont libérés par cette manifestation. Comme si, d'un seul coup, ils éprouvaient une ivresse. Voilà une perte de self-control assez étonnante chez ces gens, réputés pour leur capacité à rester impassibles. Note pour plus tard : quand une population longtemps soumise à une pression anti-sécuritaire diffuse ose enfin sortir du non-dit, cette population a tendance à perdre la boule - et à ce moment-là, ce n'est pas une bonne idée d'aller lui chercher des crosses.

Imaginez la même chose, le jour où les Français "de souche" (pas vraiment réputés pour leur self-control) vont descendre dans la rue pour manifester contre la racaille. Et pas à 20.000, hein ?

Ce jour-là, on risque de voir des choses surprenantes...

 

Partager ce contenu