Les nouveaux enc...

Publié le : 20/01/2009 00:00:00
Catégories : Humour

astarisborn

Scriptoblog a un scoop pour vous. Nous savons qui va remplacer les vieux enc...

Ce seront, donc, les nouveaux enc...

C’est en effet que les vieux enc... sont arrivés en fin de parcours.

Nommons-les.

Bernard Henri-Lermite, spécialiste du positionnement moralement irréprochable par indignation sélective, et accessoirement des flops cinématographiques grandioses.

Adolf Pinsonchou, réac de service chargé de garder les droitards dans le champ du politiquement (encore assez) correct.

Andreï Lejoyeux, imbécile de garde chargé d’avoir en permanence une lutte de retard, pour dispenser ses petits copains de la tâche d’avoir l’air idiots.

Les trois sont vraiment au bout du rouleau.

La crédibilité d’Henri-Lermitte est désormais négative. Pire encore, tout le monde se fout de ce qu’il peut dire. Dans les dîners chez Dieudonné, il n’intéresse plus personne. Nous en parlions l’autre jour avec un jeune « issu de l’immigration », qui s’étouffait à propos de Gaza et d’Enrico Macias. Eh bien, c’est simple, le « jeune », Henri-Lermitte, il ne savait pas qui c’était. Au départ, il a cru que nous évoquions un concurrent de La Poste, à cause de la presque similitude des initiales. Pour tout vous dire, même Alain Soral a arrêté de penser à ce bon Bernard, là ça sent la fin de carrière. Se promener sur les plateaux de télévision avec une chemise sur mesure à 2.000 euros, taillée pour être portée ouverte, ça eut payé… mais ça paye plus.

Adolf Pinsonchou va mal. Cancer. Gros problème. Pour le coup, ça nous rend tout tristes. Dans la tribu des vieux enc..., c’était de très loin le plus intelligent, et aussi le moins enc... D’ailleurs, nous retirons. Ce n’était pas un enc..., juste un complice des enculés. Ce n’est pas par hasard qu’on l’avait chargé de nous séduire. Nous l’aimions bien. Nous le regretterons. Sincèrement. Condoléances et respects, c’était un adversaire dont on pouvait se sentir fier.

Andreï Lejoyeux a maintenant trop de luttes en retard. Une lutte, ça va, trois ou quatre, bonjour les dégâts. Avant, il faisait exprès d’avoir l’air crétin puisqu’il était payé pour ça, mais maintenant, il ne fait même plus exprès. Ça fait tache. Sans compter qu’il ressemble tellement à Margueritte Duras sur son lit de mort qu’on va finir par croire qu’il est elle. Vraiment. Je est un autre, mais pour de bon.

Pour remplacer nos vieux enc... en fin de cycle, voici donc les nouveaux enc...

Nommons-les.

A la place d’Henri-Lermitte, nous aurons Miguel Orfraie. Le casting est impeccable : même coiffure, même look, et chemises moins chères (c’est la crise). Dans la série production de philosophie pour cadre, il n’est pas pire que son mentor. Plutôt meilleur même, soyons honnête. Faut dire que c’est pas dur.

A la place de ce bon vieux Pinsonchou, on va nous offrir Josué Massez-Lelarron. Par rapport à Pinsonchou, il présente plusieurs avantages du point de vue de ses employeurs : il est idéologiquement plus souple, réac au bon endroit si vous voulez – ce qui n’était pas toujours le cas de Pinsonchou, ce vieux ronchon. En plus, il n’est pas connoté communautairement, si vous voyez ce que nous voulons dire – et vous voyez sûrement. Que du bonheur en somme. Bienvenue à notre nouveau réac du système, nous allons l’adorer.

Et pour remplacer Andrei Lejoyeux ? Eh bien, là, on touche au sublime : c’est son propre rejeton qui va relever le gant ! C’est pas beau, ça ? Rafi Lejoyeux, le nouveau crétin du système. Bon boulot, bonne place. Nous sommes heureux pour cette famille unie, où les compétences se conservent. En plus, la ressemblance physique est indéniable. Si, si, regardez bien, lui aussi il ressemble à Margueritte Duras. Tout change pour que rien ne change, c’est réconfortant.

Ainsi, voilà les étoiles montantes de Média Nostra, voici les noms que vous verrez régulièrement, dans les années qui viennent, en tête d’affiche du show permanent offert par notre cher système – qui sera, n’en doutez pas, d’autant plus propagandiste qu’il est en réalité aux abois.

Miguel Orfraie. Josué Massez-Lelarron. Lejoyeux fils.

Ils seront LES NOUVEAUX ENC...

Et souvenez-vous : vous l’avez lu sur Scriptoblog !

Partager ce contenu