Macron Acte VI : La France des ronds-points

Publié le : 23/12/2018 12:48:13
Catégories : Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité , Jean-Michel Vernochet

Feu Pompidou, qui en son temps, comme son homologue Macron, passa de la Maison Rothschild au palais de l’Élysée, alors qu’il n’était encore que Premier ministre, s’adressa en ces termes à un énarque béjaune, le ci-devant Chirac :

« Mais arrêtez donc d'emmerder les Français ! S’emporte-t-il. Il y a trop de lois, trop de textes, trop de règlements dans ce pays ! On en crève ! Laissez-les vivre un peu et vous verrez que tout ira mieux ! Foutez-leur la paix ! Il faut libérer ce pays ! ».


Libérer le pays ? Mais de qui, de quoi ? De l’énarchie et de la technocrature ? En tout cas pour retentissant qu’ait été cette sortie, elle ne fut pas entendue par la cohorte des incapables (et des prébendiers) qui se succédèrent sous les ors et les lambris munificents de la République, à commencer par le dénommé Chirac lui-même et ses suiveurs, les Sarkozy, les Hollande et les Macron, tous plus zélés serviteur de l’empire de la finance.

Il est vrai que les nouvelles élites, fluides, startupisées, sont bien trop subtiles et intelligentes pour être vraiment comprise par la France d’en bas,  dixit, le lundi 17 décembre, Gilles Le Gendre, président du groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale. Pour le coup la maladresse  ressemblait fort à cette arrogance (et à cette suffisance) que les Français ne supportent plus, et pour cause ! Nos bureaucrates bac + n, aussi intelligents et subtils soient-ils, ne voient guère au-delà de leur nez… Et dont le flair politique est, de nos jours, fortement émoussé par un usage immodéré de la cocaïne, au moins pour les plus branchés d’entre eux[1].  

Grand débat, grand bazar ou grande arnaque

Bref, alors que le Grand débat - grand bazar, grand déballage ou grande arnaque ? - se met en place dans le but de distraire les Français un semestre durant, et de les conduire chemin faisant jusqu’à l’été (là ils seront censés penser exclusivement mer, montagne et soleil), afin de désamorcer en douceur la pompe du ressentiment collectif… Autre dérivatif, autre hameçonnage auquel les GJ semble vouloir mordre (avec l’aide pressante des médias qui en promeuvent l’idée, et l’on comprend bien pourquoi), celui du « RIC » le référendum d’initiative citoyenne[2]. Il va de soi que dans les circonstances actuelles cette institution, qui demanderait de très longs mois pour être mise en œuvre, est l’archétype de la vraie fausse bonne idée. Ce qui marche à peu près chez les Helvètes (et encore avec quels résultats) n’a aucune chance de devenir un instrument de pilotage du peuple au service du peuple souverain dans un État déjà en partie disloqué sous le coup des vagues migratoires, du multiculturalisme, de l’individualisme (autre forme de l’égoïsme comme antivaleur civilisationnelle) et, in fine, du globalisme par lequel les déserts spirituels et humains progressent à grands pas[3].

En effet tandis que les gilets jaunes s’empressent d’agiter les hochets que le système leur  tend (avec des sourires jaunes faussement contrits : le Grand débat, le RIC et tutti quanti). Cela agrémenté de quelques sucreries pour Noël, tel le gel du prix des hydrocarbures pourtant à ce point grevé de taxes, qu’il est aussi haut que lorsque le baril valait trois fois plus cher ;  un smic soi-disant revalorisé de 100 € ; une prime de 300 d’euros et quel qu’autres micro bonus  pour des forces de police corvéables et caillassables à merci, mais dont le paiement des 274 millions d'euros dus en heures supplémentaires est ajourné sine die. Bref, l’arbrisseau des propositions pipées étant destiné à masquer la forêt En Marche (Macbeth) de l’hydre mondialiste, des sondages nous sont maintenant assenés pour mieux nous convaincre que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes politiciens… et que M. Macron est d’ores et déjà promis à remplir un second mandat. Ceci pour la simple et bonne raison qu’il n’y a personne à lui opposer. Désert quand tu nous tiens !

Un exemple parmi cent mille autres

Personne en tout cas ayant reçu l’aval du système politique et médiatique hors-sol qui nous dirige. Un exemple étincelant parmi cent mille autres… l’autre soir, sur LCI, le 18 décembre au soir, Laurent Joffrin, de son vrai nom Laurent Mouchard, directeur de la rédaction du quotidien ultralibéral d’extrême gauche « Libération », vitupérait parce qu’il était scandaleux (selon lui et en l’occurrence de la part des GJ) qu’on puisse s’opposer à la limitation de vitesse à 80 Km/h sur les routes ! Une revendication criminelle parce que cette mesure ne vise - à l’entendre - qu’à sauver des vies, et de rappeler les douze mille morts annuels – une « véritable guerre » ! - sur les routes avant la couverture du réseau routier français par un maillage de plus en plus dense de radars. Dont la moitié, soit dit en passant, ont été mis hors service au cours de ces dernières semaines[4]. M. Joffrin-Mouchard, qui - précision nécessaire - n’a pas son permis de conduire, croit dur comme fer – « c’est scientifiquement établit » a-t-il péremptoirement affirmé – que réduire autoritairement la vitesse (alors que selon les dispositions légales en vigueur chacun est censé rester maître de sa vitesse !) constitue un acte de salut public.

Notre éminent spécialiste et sévère censeur ignore apparemment qu’en Allemagne, hors agglomération, la limitation de vitesse par défaut est fixée à 100 km/h et que sur les autoroutes il n’existe aucune limite sauf restriction spécifique affichée. Des vidéos montrent divers conducteurs roulant en toute légalité à plus de 300 Km/h sur ces autoroutes où la mortalité est aussi faible que sur leurs correspondantes hexagonales. Alors de qui se moque le patron de Libé ? Est-il ignorant à ce point ? Ou idéologue méprisant et méprisable ? La question se pose. En un mot, la sécurité routière à bon dos, tout comme la transition climatique… sachant que l’empreinte carbone française est des plus faibles en raison d’un abondant parc de centrales nucléaires que tous nous envient… sauf les écolâtres, lesquels font davantage de mauvaise politique qu’ils ne défendent véritablement la nature et le Vivant. Des malfaisants qui sont au final des lobbyistes honteux et sournois (ou stupides) des importateurs d’éoliennes allemandes et de panneaux solaires chinois. Car c’est bien au prétexte d’une sacro-sainte prétendue sécurité que les Français de base sont  muselés, corsetés et sont au final transformés en vaches à lait traites jusqu’au sang.

Marrakech Pacte avec le diable  

L’arbuste des concessions gouvernementales en trompe l’œil, les jérémiades sur les dix milliards à trouver coûte que coûte, les acrobaties budgétaires à performer pour donner satisfaction à la plèbe en gilet jaune (gilets imposés comme faillirent l’être les éthylotests, tout étant bon pour faire marcher le commerce, et d’abord, par filiales interposées, celui des bienfaiteurs et sponsors du pouvoir), cela en celant la question de l’immigration, « une non-question… hors de propos » nous disent avec hargne sur les plateaux des grandes chaînes, les représentants sur-majoritaires (mais ultra minoritaires dans la vie réelle) de la bien-pensance issue de la gauche friquée. Pourtant là se trouve bel et bien (avec l’évasion et surtout, l’optimisation fiscale, spécialités des groupes trans et multinationaux) un formidable gisement de ressources pour les fonds publics. Oui da, mais c’est sans compter avec le Traité de Marrakech (signé en notre nom le 10 décembre - mais dans notre dos - tandis que la France attendait et espérait haletante une autocritique sous forme de mea culpa de la part du chef de l’État… Qui, en bon humanoïde associé aux destinées manifeste de la grande banque, a en toute logique, intimé aux Gaulois réfractaires de rentrer dans le rang, faute de quoi… !  Pacte diabolique qui érige l’immigration sans frontière en un nième Droit humain… Si ce n’est le droit ultime,  à l’instar de l’avortement lequel, de délit en exception, s’est récemment et miraculeusement mué en “droit fondamental” !

C’est également oublier que l’article 55 de la Constitution dispose que :

« les traités ou accords [internationaux] régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois nationales ».

C’est dire que ce traité de prime abord « non juridiquement contraignant » aura rapidement force de loi après être passé dans la moulinette bruxelloise… ce qui devrait intervenir incessamment sous peu. Au fond, Macron n’est qu’un amuseur public, pendant qu’il occupe la scène et reçoit une volée de tomates pourries et de trognons de choux, la Machine à broyer les nations poursuit inexorablement sa route… Un dénommé Dimitris Avramopoulos, Commissaire européen aux Migrations et aux Affaires intérieures (depuis septembre 2014), ex ministre grec des Affaires étrangères, vient de s’exprimer sans ambiguïté à ce sujet par le truchement de Fondation Robert Schuman :

« Il est temps de construire une politique européenne d’immigration et d’asile pour l’avenir ».

En clair, il s’agit de traduire le Pacte de Marrakech en directives européennes hyper contraignantes, sans dérogations possibles.

Toutefois il faudra lever quelques obstacles, ainsi ceux que constitue la Vieille Europe peu encline à disparaître sous les flots d’une submersion ethnique et démographique, sans pousser quelques cris aigus de rage et de désespoir. En conséquence de quoi la première bataille à livrer pour l’Union européenne de toutes les servilités, sera celle, comme il se doit, de l’information…

« parce que les populistes et les nationalistes exploitent déjà largement la question migratoire, répandant souvent la peur et la désinformation ».

Ce pourquoi, à l’approche des élections européennes :

« il devient urgent de mobiliser et d’empêcher que de sinistres forces extérieures n’influencent notre débat européen par le biais de faux messages et de twitts frauduleux ».

Gageons que pour ces sinistres individus vivant en permanence dans l’inversion (intellectuelle entre autres) la plus totale, désigner une chose par son nom – migrations massives et/ou invasion –  c’est obligatoirement mentir, c’est travestir la vérité ! Sachant au demeurant que – suivant les normes scientifiques de la post-vérité en vogue aujourd’hui - la vérité objective n’existe pas et que les esprits éclairés se sont débarrassés une fois pour toute d’un préjugé  (stéréotype épistémologique) particulièrement encombrant autant qu’inutile. Autrement dit, il ne saurait y avoir de lecture des faits et des situations qu’exclusivement en fonction des besoins et des circonstances. Et du caprice éventuel de chacun !

Reste que la signature apposée par Paris sur le torchon de papier de Marrakech pose la question cruciale d’un nouveau et décisif transfert de souveraineté relatif à la sauvegarde et à l’intégrité de la Communauté nationale, ceci en faveur de Bruxelles et au-delà, pour le compte d’Institutions internationales lointaines et désincarnées. Certains des signataires ont cependant demandé timidement (mais avec plus d’esprit d’à-propos que M. Macron qui de toutes les façons n’en a cure)  que les États  ait au moins :

« le droit de définir eux-mêmes les politiques publiques migratoires et de définir les concepts juridiques de migration régulière et de travail… tout en établissant des distinctions claires entre migrants économiques et migrants humanitaires, catégories relevant de cadres juridiques distincts ».

Ce qui serait la moindre des choses, n’est-ce pas ? Mais ce minimum minimorum, ne comptez pas même dessus.

La France des perdants en Gilet fluo

Pendant que la France des perdants du mondialisme aboie dans leur Gilet fluo, la caravane macronienne continue d’avancer. Elle presse le pas, même si par moment elle serre un peu les fesses. Car dans la République En Marche, nul n’est irremplaçable et puis, sachant à l’occasion d’un fourchage de langue malencontreux, à quel point ces gens sont intelligents et subtils, il est à parier que les Gilets Jaunes serviront eux-mêmes à faire réélire Macron ou l’un de ses clones… telle est la cohérence systémique : quoique vous fassiez ou entrepreniez cela est utilisable et récupérable au profit de la structure dominante !

Car  Le gouvernement a su diligenter une enquête conduite par l’Institut Ipsos quant aux  espérances de votes aux élections européennes en faveur d’une liste des Gilets jaunes … dans ce cas de figure – au moins une liste GJ - le MoDem (allié de LREM) recueillerait 21% des suffrages, le Rassemblement national 14%, EELV 13%, les Gilets jaunes 12%, les Républicains 11% et les Insoumis 9%. Conclusion une liste GJ aux européennes pourrait faire  mordre simultanément sur le Rassemblement nationale de Mme Le Pen et sur la France Insoumise du grand bourgeois néo-trotskyste Mélenchon. Or actuellement deux listes « Jaune » seraient sur le fourneau [« Le Canard enchaîné » 12 déc. 2018]. Celles-ci ne devraient d’ailleurs pas avoir de soucis de trésorerie, les fonds spéciaux de l’Élysée et de Matignon, devant, dans ce cas précis, permettre de boucler des financements électoraux confortables nonobstant des fins de mois familiales réputées difficiles[5].

Jean-Michel Vernochet
19 décembre 2018
____________________________  

Notes :

[1] Gérard Fauré « Dealer du Tout-Paris » Éditions Nouveau Monde 2018. Ouvrage dans lequel M. Chirac n’est pas épargné. Voir https://www.youtube.com/watch?v=brJP9R2NLLE

[2] Une idée qui vient de loin. Ici les 3 clips enregistrés en 2009 pour la campagne officielle nationale en faveur du RIC : http://www.ric-france.fr/Europeennes2009.php

[3] Friedrich Nietzsche « Le désert croît : malheur à celui qui recèle des déserts... » 1888 Dithyrambe de Dionysos.

[4] 250 radars ont été détruits et 1500 autres « pompes à fric » sont aveuglées de diverses façons depuis le début de la Fronde. Nul ne sait combien rapportent exactement les radars automatiques ?  Peut-être 1,01 milliard d’euros ? Et combien de vies sauvées ? Mystère. On comptait 3 456 morts en 2017, mais pour combien de ces accidents la vitesse a-t-elle été responsable ? Que deviennent en outre les deux milliards de recettes liées aux excès de vitesse, sachant que l’État, toujours en 2017, n’a consacré que 780 millions d’€ à l’amélioration du réseau routier ?

[5] Un rôle déjà tenu en 2002 par « Chasse-pêche-nature-tradition » lors de scabreuses élections présidentielles qui verront au final le succès hallucinant, à l’africaine, de Jacques Chirac (82,21%) en dépit de la débilité de son score au premier tour : 19,88% des votants. Le président de CPNT, Jean Saint-Josse qui a obtenu 4,23 % des suffrages exprimés  (1,2 million) appellera comme il se doit, et comme en 1995, ses électeurs à voter pour le candidat du RPR.

 

 

 

 

 

Partager ce contenu