Évènement

Mâle blanc toi-même !

Publié le : 23/10/2009 23:00:00
Catégories : Humour

code_cibleLa surprenante Anne Lauvergeon, survivante du mitterrandisme (elle a été incubée au cabinet perso de Tonton La Francisque), business woman prétentieuse (pléonasme) et vaguement hystéro (re-pléonasme) est cependant plutôt bien payée (à peu près 900.000 euros par an, et deux années de parachute doré, faut pas déconner non plus). Remarquez, quand elle rencontre ses anciens collègues de Lazard Frères (eh oui, elle aussi !), elle doit se dire qu'elle est un peu la smicarde du lot. C'est sans doute pour ça qu'elle est hargneuse, la dame. Une hypothèse, en tout cas.

Bref, elle vient de nous annoncer, direct à la téloche, que désormais, dans l'entreprise qu'elle dirige mal,  AREVA, "à compétence égale, on choisira un pas-mâle-blanc".

Faut bien dire que techniquement, ça s'appelle du racisme et du sexisme. Je vous laisse imaginer si un dirigeant d'entreprise publique déclarait, en direct et franc du collier : "Oh, chez moi, à compétence égale, on prend l'homme et pas la femme, le Blanc et pas le Noir". Gloups.

On m'objectera que ce n'est pas comparable, puisque jusqu'à plus ample informé, ce sont les mecs qui truste les places. A quoi je répondrai que :

a) Je veux des quotas de Blancs en équipe de France de foot.

b) Je veux des quotas d'hommes dans les maternités, c'est scandaleux,  0 % des personnes accouchées sont des hommes.

Trêve de plaisanterie. Tout le monde sait bien pourquoi cette dame Lauvergeon a éprouvé le besoin de nous expliquer que chez elle, désormais, les Blancs avec quéquette étaient tricards.

Parce que :

a) Comme toutes les féministes, elle est mue par un profond mépris pour les véritables accomplissements féminins. Il ne lui viendrait pas à l'idée qu'une femme qui se réalise en élevant ses enfants, c'est plutôt plus noble qu'une femme qui se réalise en essayant désespérément de se faire pousser une queue imaginaire plus grosse que celle des autres requins du monde des affaires. La féministe genre Anne Lauvergeon, c'est une bonne femme qui avoue, sans même le comprendre, qu'elle ne reconnaît que les valeurs masculines. Mâle blanc toi-même, Anne Lauvergeon !

b) Comme toutes les arrivistes, elle sent instinctivement ce qui va plaire à ses patrons (à savoir ses anciens employeurs de Lazard Frères et ses "frères" et "soeurs" du monde politique). Elle sent d'autant mieux qu'elle est très représentative des pathologies de notre société finissante, étant une véritable petite centrale d'incubation ambulante du bacile décandentiste dont ce système de merde est en train de crever, et c'est tant mieux. Elle a donc compris, senti, deviné, que pour se maintenir ce système foireux devait diviser les dominés, les dresser les uns contre les autres. Et elle a compris, senti, deviné, qu'il fallait pour cela prôner la discrimination positive, afin que les discriminés négativement prennent en grippe les discriminés positivement. Logique.

La question, cela dit, c'est : que faut-il répondre à Anne Lauvergeon ?

Ma réponse à moi, ce serait : rien.

Employés d'AREVA qui me lisez, et avez le tort d'être trop pâles ou trop mâles, si votre hiérarchie vous demande ce que vous en pensez, répondez : rien. Ne dites pas que vous êtes pour, ça ferait foutage de gueule. Dites que ce n'est pas votre problème. Ne vous faites pas repérer, ce serait balot.

Et puis vengez-vous.

Surtout, n'allez pas en vouloir sur le fond aux femmes ou aux Noirs. Au fond, l'affaire est beaucoup plus humiliante pour eux que pour vous...

Non, vengez-vous contre le système. Vengez-vous contre AREVA.

Il est évident que si AREVA promeut les femmes et les Noirs, vous, mâles blancs, n'avez rien à espérer. Aussi je vous suggère de ne plus en foutre une rame. Oh, ne le montrez pas. Donnez tous les signes extérieurs de l'application au travail. Mais dès que c'est possible, sabotez. Une pièce défectueuse ? Vous n'avez pas vu qu'elle était défectueuse. Une femme noire promue récemment se plante dans une étude technique ? Appliquez les conclusions de cette étude scrupuleusement, service-service, discipline avant tout ! Et si c'est une étude sur la sécurité des centrales nucléaires, c'est tant mieux : l'Union Soviétique a crevé de Tchernobyl, entre autres choses, alors l'Union Européenne pourrait bien crever grâce à vous, héroiques mâles blancs d'AREVA !

Vous me direz : tout seul à saboter, c'est rigolo. Mais à plusieurs, ce serait plus marrant encore.

Alors voilà ce que vous allez faire, chers mâles blancs qui me lisez...

Je lance un avis aux lecteurs de Scripto. Imaginez un signe de ralliement discret, à s'adresser entre mâles blancs, et dont le sens serait en gros : "Je suis un mâle blanc qui ne fout rien, pratique la grève du zèle avec une application digne des sous-officiers bolcheviks dans l'armée russe en 1916, et je te propose qu'on s'organise à deux, à trois voire plus, pour foutre encore plus le bordel !"

Il faut un signe très discret, à s'adresser uniquement entre personnes de confiance, genre une certaine manière de se serrer la main (comme les frères la gratouille, quoi !), ou encore un geste anodin en apparence, mais qui prend un sens particulier si on le fait plusieurs fois, ou en disant quelque chose de précis.

Allez, les scriptolecteurs, gambergez un peu. Quel signe de reconnaissance crypto-maçonnique faut-il proposer aux mâles d'AREVA ?

D'AREVA... ou d'ailleurs...

Partager ce contenu