Nation Halloween | Par James H. Kunstler

Publié le : 08/11/2016 14:19:10
Catégories : Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité , James Howard Kunstler

Qu’en était-il de la lettre de vendredi de James Comey au Congrès ?


Il me semble que le directeur du FBI a dû utiliser l’option nucléaire contre sa propre agence mère, le ministère de la Justice, et le procureur général Loretta Lynch, son patron en particulier. Pourquoi ? Parce que le procureur général a refusé de poursuivre l’affaire des courriels de Hillary Clinton quand encore plus de preuves sont apparues autour du cas des sexting 1 sur mineur contre Anthony Weiner, mari du chef d’état-major de Hillary, Huma Abedin.

Au cours du week-end, cette étonnante nouvelle a révélé que le FBI n’avait pas obtenu un mandat pour examiner les courriels sur l’ordinateur de Weiner et d’autres appareils après s’être heurté, pendant trois semaines, au mur de pierre formé par les avocats du DOJ [Department Of Justice, NdT]. Qu’est-ce que cela signifie quand le directeur du FBI ne peut obtenir un mandat dans une fraction de seconde ? Cela signifie que le DOJ est en guerre avec le FBI. Le Watergate ressemble à un pâle gruau comparé à la bouillabaisse fantastique de ce fiasco de campagne présidentielle.

On peut aussi dire que le New York Times dédramatise cette histoire ce lundi matin. Le chroniqueur Paul Krugman a qualifié la lettre de Comey de « cryptique ». Le cryptographe personnel de Krugman insinue que Comey essaie de mettre fin à une enquête sur « l’ingérence russe dans les élections américaines ». Le leader de la minorité du Sénat, Harry Reid, a dit en écho : [Comey] possède des informations explosives sur les liens étroits et la coordination entre Donald Trump, ses conseillers et le gouvernement russe. N’est-ce pas stupide et laid ? Serait-ce la faute des Russes si Hillary se retrouve en difficulté à nouveau ?

http://bathfitterjersey.com/wp-content/uploads/2015/10/psycho.png

Plus tôt cette semaine, les avocats du DOJ ont tenté d’annuler une enquête en parallèle sur la Fondation Clinton. Cela n’a pas dû leur monter au cerveau que l’histoire n’allait pas disparaître. N’est-il pas temps qu’un comité de la Chambre ou du Sénat demande à Bill Clinton de témoigner sous serment au sujet de sa réunion à l’aéroport en juin avec Loretta Lynch ? Il ne jouit d’aucune immunité particulière en l’espèce.

En parlant d’immunité, quand allons-nous apprendre quel genre d’immunité peut avoir été accordée à Huma Abedin dans les étapes précédentes de l’enquête sur les courriels ? Beaucoup d’autres associés de la campagne de Clinton ont obtenu l’immunité de poursuite plus tôt cette année, rendant les tonnes de preuves sur leurs propres ordinateurs portables inutilisables dans l’affaire du serveur de courrier électronique.

Des éléments sont encore inconnus : où est le procureur américain (pour le district sud de New York) Preet Bharara dans cette affaire ? Il travaille pour le DOJ, mais il est connu pour être un opérateur indépendant, et il doit être déjà impliqué au moins dans l’affaire des sextos concernant des mineurs contre Weiner, ce qui signifie qu’il a eu accès à une foule de preuves collatérales sur l’ordinateur portable de ce dernier et doit avoir obtenu des garanties pour lui-même.

Ce qui semble être bien clair, ce sont les efforts de Loretta Lynch (Attorney General) pour protéger Hillary Clinton, et maintenant, dans ce film à la Alfred Hitchcock qu’est devenue l’élection présidentielle, elle essaie de faire croire que c’est James Comey qui poignarde Hillary dans la douche. (Note sur le film de Hitchcock, Psychose, le personnage joué par Janet Leigh s’est emparé d’un paquet d’argent sur son lieu de travail avant que Norman Bates ne règle son sort au motel.)

Trump, bien sûr, joue aux filles de l’air comme à son habitude. Il serait malheureux qu’il finisse par se faire élire – mais comment ne serait-il pas aussi malheureux de voir Hillary se retrouver à la Maison Blanche sous un tel flot d’accusations ? Elle fera des exercices d’incendie chinois avec un procureur spécial à temps plein pendant l’exercice de son mandat, tentée à chaque instant de lancer une guerre avec les Russes pour détourner l’attention de ses problèmes juridiques.

Bientôt, nous allons apprendre quel genre de tensions existe entre le FBI et le ministère de la Justice, et en interne au sein de chacune des agences. Il y a trop de gens en colère là-bas pour empêcher les fuites, et probablement beaucoup de courriels entre les mains des fonctionnaires qui vont joliment tracer une piste d’incrimination menant au bureau du procureur général lui-même.

Quel beau gâchis. Et quiconque pense que tout cela pourrait être résolu avant le 8 novembre sera déçu. Cette histoire a tellement de ramifications, elle ressemble à un mille-pattes amazonien par rapport au gros cafard que fut le Watergate. D’horribles procès vont se poursuivre sans cesse alors que l’économie américaine et son équipe de calamars vampires impliqués dans des rackets financiers vont exploser en 2017, de même que l’Union européenne et le commerce mondial. Comment trouvez-vous The Long Emergency maintenant ?

James Howard Kunstler
Auteur de Too much magic : l'Amérique désenchantée (Ed. Le retour aux sources, 2014)
31 octobre 2016

Article original sur Kunstler.com
Traduit par le Saker Francophone

Partager ce contenu