Évènement

Pauvre France : Besancenot à Skyrock, Sarkozy acclamé | Par Adrien Abauzit

Publié le : 09/07/2013 22:49:03
Catégories : Adrien Abauzit , Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité

Un texte de Adrien Abauzit.


La France se rapproche du fond du trou.

Olivier Besancenot, il y a quelques jours, a atteint le sommet du ridicule en allant rapper, accompagné de son fils, dans les locaux de Skyrock en compagnie de deux rappeurs, Mokless et Despo Rutti.

Le pathétique du spectacle est tel que le spectateur, outre qu'il n'a plus envie de rire, a honte pour l'icône bobo. En mimant une attitude digne des plus grands lascars de cité, Besancenot a platement psalmodié, en mâchant son chewing-gum (on essaie de faire street comme on peut), son catéchisme ringardo-trotskyste. Son fils a ensuite ponctué l'envolé lyrique de son père par un « à la guerre !!! ».

Gros malaise.

Rappelons au lecteur que nous parlons ici d'un individu qui a été candidat à l'élection présidentielle à deux reprises, d'un candidat qui est pris au sérieux par les médias.

Pendant que Besancenot se ridiculise chez Skyrock, nous apprenons deux très mauvaises nouvelles. Tout d'abord, les sympathisants UMP viennent à la rescousse de la gauche. En effet, à croire les différentes déclarations (attestées par aucune preuve, notons-le), une partie de la France de droite aurait donnée à l'UMP deux millions d'euros. Pire, lundi, au bureau politique de l'UMP, des militants de ce même parti ont acclamé le pire président de gauche de la Vème République (ex aequo avec Giscard), à savoir Nicolas Sarkozy. On se rassure, les concernés n'étaient qu'une poignée (de figurants ?).

Nous aurions également pu épiloguer sur l'asile politique accordé à la très irritante présidente ukrainienne des Femens (ingérence étrangère quand tu nous tiens), tandis que le pauvre Edward Snowden, victime d'avoir voulu nous aider, s'est vu opposer un refus, en direct sur RMC, par un Manuel Valls soucieux de faire de la lèche à Saint Barack Obama.

Que dire ensuite de cette manifestation de Roms à Paris ? De quoi se plaignent les concernés ? Nous serions tentés de leur rappeler que personne ne les a obligés à venir en France. Toutefois, s'il s'agissait de manifester contre la mendicité ostentatoire hissé au rang de business, l'établissement sauvage de bidonvilles, les musiciens qui nous cassent les oreilles dans le métro et le RER et l'explosion de l'insécurité, alors l'auteur de ses lignes regrette de ne pas être venu.

Assurément, la France ne tourne pas rond. Les choses ne pourront pas continuer ainsi éternellement. Une question se pose donc à ce stade : sur quoi notre situation débouchera-t-elle ? Au strict minimum, à un carton électoral du FN, qui en ce moment, n'a qu'à garder le silence pour engranger des points.

Gauche officielle comme gauche officieuse (UMP, UDI, Modem), ne pourront pas dire qu'ils ne l'ont pas cherché.

Partager ce contenu