Évènement

Pierre Hillard : "A la racine de la Première Guerre mondiale, une rivalité entre clans sionistes."

Publié le : 16/02/2018 14:29:21
Catégories : Articles auteurs , Auteurs , Interviews , Pierre Hillard

Entretien avec Pierre Hillard pour le site En quête de vérité à l'occasion de la parution de "L'Histoire occultée : les origines secrètes de la Première Guerre mondiale" dont il devait écrire la préface... avant que celle-ci ne soit refusée par les deux auteurs Docherty et MacGregor.
L'échange porte évidemment sur le livre en question mais également sur d'autres sujets historiques et religieux.

Sébastien pour EQDV : Vous deviez préfacer l'ouvrage de Gerry Docherty et Jim MacGregor "L'histoire occultée : les origines secrètes de la Première Guerre mondiale". Connaissez-vous les raisons qui ont poussé ces auteurs à refuser votre préface et que craignaient-ils selon vous alors que tout ce que vous avancez est soigneusement référencé et sourcé ?

Pierre Hillard : Ces auteurs apportent des informations de qualité concernant les causes profondes de la Première guerre mondiale. Ils présentent les rôles et les influences des élites politiques, économiques, financières, journalistiques et militaires d'un monde de plus en plus opaque au fur et à mesure que l'on avance dans les coulisses oligarchiques. Autant ils sont précis dans la description des dirigeants politiques et des grands hommes d'affaires comme Cecil Rhodes, autant ils sont vagues et limités sur l'action, ô combien décisive, des grandes familles bancaires comme Rothschild, Schiff, Cassel et autres. Docherty et MacGregor n'hésitent pas à écrire page 39 :

« Bien qu'on ait mis au crédit de Rhodes d'avoir transformé le groupement de mines De Beers en plus grand fournisseur de diamants du monde, son succès était largement dû au soutien financier de Lord Natty Rothschild, qui détenait plus d'actions dans la société que Rhodes lui-même. »

En lisant cela, automatiquement, mon réflexe est de m'intéresser à ce Natty Rothschild et aux autres membres de sa famille. Pourquoi faisait-il cela ? Comment les Rothschild se sont-ils installés en Grande-Bretagne sachant qu'ils sont originaires de Francfort ? Mariages et liens professionnels avec d'autres dynasties bancaires – mais aussi politiques avec Lord Roseberry –  étaient de mise pour cette famille. Par conséquent, étudions ces autres familles appartenant à des dynasties financières juives. Pourquoi ces alliances ? Quels objectifs ? Quelles références religieuses au sein de ces familles ? Pourquoi un tel acharnement dans une direction bien ordonnée ? Pourquoi la « Déclaration Balfour » (en fait d'Alfred Milner) a-t-elle été adressée à un Rothschild ? L'arrière-fond de tout cela est spirituel car lié à des référents sabbatéo-frankistes. On touche au cœur nucléaire de l'histoire du monde depuis 2000 ans. Nos auteurs écossais sont, par certains aspects, rebelles dans leurs écrits. Cependant, ils ont leurs limites d'autant plus que je doute qu'ils soient imprégnés d'un catholicisme traditionnel. Ce manque les rend aveugle sur ce point capital.

S : Docherty et MacGregor s'appuient notamment sur l'oeuvre de l'historien américain Carroll Quigley (1910-1977) qui fut (entre autres) le professeur d'un certain Bill Clinton (qui a d'ailleurs reconnu que Quigley avait eu une grande influence sur lui) et dont vous avez préfacé l'ouvrage particulièrement touffu « Histoire secrète de l'oligarchie anglo-américaine »Savez-vous ce qui a amené Quigley à pousser ses recherches dans cette direction assez peu académique des coulisses historiques alors qu'il semblait très bien intégré dans le « système » (diplômé d'Harvard, professeur à Georgetown, Princeton et Harvard, consultant pour le département de la défense US …) ?

PH : Je n'ai pas de réponses précises à ce sujet. On peut supposer que sa grande intelligence et une curiosité naturelle l'ont poussé à aller plus loin tout en étant conscient des difficultés et des risques encourus. En effet, le fait d'étudier les agissements des élites financières est sûrement une voie semée d'embûches.

S  : Son livre « Tragedy and Hope », ne mériterait-il pas lui aussi une traduction en français ?

PH : Il n'est pas impossible que la chose se fasse.

S : Peut-on rapprocher les travaux de Carroll Quigley avec ceux d'Antony Sutton, un autre historien (anglais cette fois) qui a démontré le rôle néfaste d'une certaine oligarchie dans la mise en place des totalitarismes bolchévique et nazi (ainsi que de la venue au pouvoir de Franklin Delano Roosevelt) ?

PH : Ces travaux se complètent. Ceux de Quigley traitent essentiellement de l'oligarchie mondialiste sur le temps long tandis que Sutton a ciblé sur une période donnée (l'arrivée au pouvoir des bolcheviks et des nazis par exemple) l'action et les ambitions d'une élite anglo-saxonne.

S : Dans son « Atlas historique », l’historien français Georges Duby présente ainsi les causes menant à la Première Guerre mondiale :

« La montée des nationalismes, l’impérialisme économique et naval de l’Allemagne, l’antagonisme germano-slave dans les Balkans et la course aux armements de la Triple-Entente (France, Grande-Bretagne, Russie) et de la Triple Alliance (Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie) font de l’Europe de 1914 une « poudrière ». L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche (Sarajevo, 28 juin 1914) déclenche la Première Guerre mondiale. »

Que pensez-vous de cette vision de l’histoire ?

PH : Georges Duby souligne des raisons valables qui ont alimenté la Première guerre mondiale. Cependant, ces causes sont secondaires sans être, bien entendu, marginales. Elles se sont surajoutées sans être pour autant le moteur de la guerre. La création d'un foyer juif en Palestine lié au contrôle de la production d'hydrocarbures au Moyen-Orient, sans oublier les conséquences stratégiques, est la racine expliquant le déclenchement de la Première guerre mondiale. Comme je l'ai démontré dans mon livre « Atlas du mondialisme », nous avions une rivalité entre clans sionistes. Le clan sioniste allemand voulait les deux éléments précédemment cités (foyer juif et hydrocarbures) sous la direction de Berlin, tandis que l'autre clan sioniste anglo-saxon voulait la même chose, mais sous la direction de la City de Londres. Les propos de Georges Duby c'est, si je puis dire, la vision hygiénique de l'histoire. On n'évoque pas les causes profondes et sales.

S : Il apparaît clairement que les dirigeants politiques britanniques de l’époque (mais pourquoi cela aurait-il changé ? ...) étaient sous la coupe d’une « Elite secrète » (concept pas très éloigné de ce que Peter Dale Scott appelle l'Etat profond). Depuis quand peut-on déceler ces influences que le grand public ne perçoit pas ? La Magna Carta de 1215 représente-t-elle un moment décisif dans ce mouvement de bascule du pouvoir vers quelque chose de plus « souterrain » ?

PH : La défaite anglaise à Bouvines, le 27 juillet 1214, a été décisive dans le bouleversement des structures politiques du pays. En effet, les élites nobiliaires se révoltent face à l'autorité royale et imposent, en juin 1215, une autorité avec laquelle le pouvoir royal doit tenir compte en particulier, et c'est l'essentiel, dans la levée des impôts. Nous assistons à la naissance d'une oligarchie représentant des particuliers traitant avec l'autorité politique et, l'argent étant le maître de la guerre, imposant ou monnayant ses vues. Les exemples sont nombreux. Rappelons seulement la puissance de cette compagnie commerciale et coloniale, la British East India Company (BEIC, la Compagnie britannique des Indes orientales), créée en 1600 par Élisabeth 1ère. Dotée de compétences politiques, financières et militaires, elle a préparé l'avènement de l'Empire britannique.

Menasseh ben Israël

S : Les liens entre une certaine oligarchie aux vues messianistes et l’Angleterre sont-ils toujours aussi forts aujourd’hui ou bien se sont-ils distendus avec le temps ?

PH : L'alliance conclue au XVIIè siècle entre Cromwell et Menasseh ben Israël permettant la bascule de la puissance financière juive des Provinces Unies (les Pays-Bas) vers l'Angleterre ne fut possible qu'en raison de l'instauration d'une dynastie protestante (Guillaume III d'Orange). Depuis cette époque, le monde anglo-saxon n'est qu'un outil politique, économique et militaire dans cette affaire. Certains courants protestants qu'on appelle « dispensationalistes » (sorte de sionistes chrétiens) estiment, dans un cadre imprégné de millénarisme, que le chaos grandissant précède l'arrivée du Christ. Cela n'empêche pas des rivalités internes entre factions juives en particulier, en schématisant, des tensions violentes entre le clan Rothschild messianique du monde occidental s'opposant aux Loubavitch russes soutenant Poutine. Il faut rappeler, en se rapportant aux travaux du spécialiste Gershom Scholem, que les Loubavitch promeuvent une « neutralisation du messianisme ». Cela ne veut pas dire que ces derniers suppriment cet idéal. En réalité, ils ne le mettent pas au centre de leurs préoccupations religieuses (avec des variables toutefois). En dehors de ce point, les raisons énergétiques, stratégiques et les tensions violentes, entre autres, au Moyen-Orient se rajoutent à ces oppositions spirituelles baignées à des degrés divers de messianisme.

Atlas du mondialisme de Pierre Hillard (éd. Le retour aux sources, 2017)

Lire la suite de l'entretien sur le site "En quête de vérité".

Articles en relation

Partager ce contenu