Évènement

Prenons du recul, une piste méthodologique

Publié le : 11/12/2009 20:06:04
Catégories : Economie

brainstorming

En 1980, le magazine l’Expansion publia un hors série intitulé « Deux siècles de révolution industrielle ». Ce hors série fut un des plus grands succès d’édition de la presse française spécialisée. Au point qu’il a par la suite été publié sous forme de livre.

Le principal intérêt de cet ouvrage était de proposer des courbes sur la longue durée, en fonction d’agrégats reconstitués significatifs de l’économie physique. Amusons-nous à prolonger, 30 ans après, les courbes que l’Expansion présentait en 1980. L’idée est de voir si une telle méthode donne des résultats instructifs.

Avec trois exemples : le niveau de vie alimentaire des Français, l’évolution du PIB/Habitant par grande zone géographique, l’évolution du nombre de journées de grève en France. L’objectif de l’exercice est simplement de montrer comment sur la longue période, certaines évolutions récentes dénotent des ruptures ou, au contraire, des continuités historiques lourdes. Simplement pour tester une méthode…

Niveau de vie alimentaire des Français : tiens, tiens


1875

1925

1980

2009

Kilo de pain

103 mn

45 mn

10 mn

18 mn

Kilo de jambon de Paris

1140 mn

810 mn

112 mn

120 mn

Kilo de pommes de terre

17 mn

29 mn

7 mn

10 mn

Kilo de bifteck

570 mn

523 mn

150 mn

123 mn

Litre de lait

86 mn

31 mn

7 mn

7 mn

Voici l’évolution des prix alimentaires réels rapportés au salaire ouvrier de base (pour 1875 et 1925, salaire moyen du manœuvre, ensuite le SMIC). Il n’y rien qui vous frappe ? Heureusement que la filière bovine est au bord du krach (merci aux marges des distributeurs). Sinon, on pourrait croire que le niveau de vie réel des Français, après un siècle d’amélioration sensible, est en train de reculer…

Les données relatives aux années 1875, 1925 et 1980 sont tirées du numéro spécial de l’Expansion. Les données 2009 sont appuyées sur le prix moyen supermarché divisé par la valeur de la minute de SMIC.

Conclusion : RUPTURE MAJEURE.

Produit Intérieur Brut : ce qui change et ce qui ne change pas

Europe Occidentale base 100


1800

1860

1913

1950

1976

2008

Europe Occidentale

100

100

100

100

100

100

Amérique du Nord

127

136

199

263

174

140 (2)

Japon

75

42

37

45

117

110

URSS et ex-URSS

80

46

48

64

86 (1)

37

Chine

107

53

28

19

16

28

Afrique

61

34

23

22

12

8

  1. Statistique soviétique
  2. Dont 81 % de services

Les chiffres jusqu’en 1976 sont tirés du numéro spécial de l’Expansion. Les chiffres 2008 correspondent aux parités de pouvoir d’achat estimées par le CIA World Fact Book.

Conclusions sur la longue durée :

  1. Le Japon a donné un extraordinaire exemple de développement entre 1950 et 1976. Si la Chine parvient à la moitié du rythme de croissance japonais de l’époque, elle aura rattrapé l’Europe Occidentale en termes de PIB/Habitant avant 2050. Sa trajectoire actuelle laisse penser que c’est possible. RUPTURE POSSIBLE.
  2. L’Afrique s’enfonce continuellement en termes relatifs. L’actuelle croissance africaine est due à l’essor de la population, pour l’essentiel. CONTINUITE VRAISEMBLABLE.
  3. L’effondrement de l’espace soviétique est impressionnant. Deux causes : les chiffres soviétiques étaient probablement très surestimés ; l’implosion du système a provoqué un effondrement de très grande ampleur. AMBIGUITE.
  4. Les USA sont depuis 1950 sur une pente descendante. Leur déclin relatif est donc inscrit sur la longue durée. On dirait bien une CONTINUITE…

Grèves du secteur privé : lutte des classes et victoire par KO ?


1830-60

1860-1900

1900-50

1950-80

2006

Milliers de journées de grèves / an

80

1 000

1 800

4 300

200

On a exclu les évènements exceptionnels de 1936, 1968 et 1995. Les données antérieures à 1950 ont été recalculées à partir du nombre de grèves x une moyenne « historique » de 1200 jours.homme/conflit.

Conclusion : même si la méthode de calcul ne permet pas d’être très précis, la rupture est évidente. Après 150 ans de croissance ininterrompue, le nombre de journées de grève par an dans le secteur privé s’est littéralement écroulé. Le néolibéralisme est passé par là, avec le chômage de masse.

Voilà, c’était trois exemples d’une méthode qui mériterait peut-être, si un jour j’ai le temps, un véritable travail d’archiviste…

Partager ce contenu