Quand Scripto dit du bien d'un sarkozyste...

Publié le : 27/09/2009 23:00:00
Catégories : Politique

haldeBrice Hortefeux dixit : "C'est quand il y en a beaucoup que..."

Que ça déraille, le vivrensemble.

Il parlait des arabes.

Haha.

Les langues se délient...

Aussitôt, naturellement, éructation unanime de la classe parlante. Les zantirââristes sont de sortie. SOS-Racisme (ça existe encore) demande à l'impétrant de se rétracter (sinon quoi ?). Marianne, le journal de l'anticommunautarisme, avale ses betteraves ashkénazes de travers. Achtung ! Affaire d'Etat. L'Union pour la Magouille et la Prévarication se fend d'un communiqué pour expliquer que tonton Brice blaguait sur les... auvergnats. Grotesque.

Dans ce pays de fous qu'est devenue notre France, il n'est venu à l'idée de personne, apparemment, que :

1°) Le propos de tonton Brice n'est pas raciste ;

2°) Adressé à un Français d'origine maghrébine, il ne fait que traduire cette capacité bien française à surmonter le conflit par le rire partagé ;

3°) La réaction du militant UMP (un "arabe" qui rigole) démontre tout simplement qu'on avance, qu'on peut en rire, que ça va mieux ;

4°) Si quelqu'un fabrique du racisme, en l'occurrence mais comme d'habitude, ce sont les antiracistes de service ;

5°) La complaisance avec laquelle les médias (y compris ceux qui lèchent les bottes de Sarko depuis des mois) ont relayé le scandale démontre que, en l'occurrence mais comme d'habitude, les zantirâââcistes font le jeu de ceux qu'ils prétendent combattre.

On reprend dans l'ordre, pour ceux qui n'auraient pas encore saisi l'angle de la critique :

1°) Ce propos n'est pas raciste. Constater que l'assimilation des immigrés devient problématique lorsqu'ils sont trop nombreux pour être absorbés individuellement, c'est tout bonnement dire la vérité. C'est le nombre, et surtout la permanence des flux, qui expliquent la difficulté de la France à "avaler" les populations issues de l'immigration, à les franciser. Le constater n'a rien de raciste, parce que la vérité n'est pas raciste.

2°) Il est évident que Brice Hortefeux (qui n'est pas une lumière mais tout de même pas non plus le dernier des crétins) n'aurait pas adressé cette boutade à un Français d'origine nord-africaine s'il n'avait pas voulu, en parlant ainsi, dédramatiser, expliquer qu'à ses yeux, un Français issu de l'immigration est un "auvergnat comme les autres". M'enfin, ça crève les yeux.

3°) La réaction du militant UMP démontre que cet humour français est compris, qu'on est dans la complicité. Bon, ben n'en déplaise aux zantirâââcistes de service, la fin du racisme, ça commence comme ça. Quand on peut rire du racisme. C'est exactement ce que montre le dernier film de Clint Eastwood, Gran Torino. Vous savez pourquoi les "Polaks" et les "Ritals" s'entendent bien, dans les banlieues ouvrières US ? Parce qu'ils se traitent de "Polaks" et de "Ritals", et parce que ça les fait bien marrer...

4°) Ce sont les zantirâââcistes qui ont re-racialiser, "re-racistiser" le propos. C'est eux qui, en affectant d'y voir une réaction raciste, ont changé le regard du public. C'est donc eux qui, en empêchant qu'on rigole, enfin, de nos différences et de nos animosités, nous empêchent de nous délivrer de ces animosités en dédramatisant nos différences.

5°) Quand les médias relayent cette vision, montent cette affaire en épingle, ils embrayent sur cette "re-racistisation". Pourquoi ? Pourquoi, à votre avis, alors que le système capitaliste entre dans une phase dépressionnaire très grave, les médias (détenus en quasi-totalité par le grand capital) accordent-ils tant d'importance à cette blague de fin de banquet ?

Une fois n'est pas coutume, donc, Scriptoblog soutient un ministre de Sarko.

Dieu soit loué, étant donné la politique économique des sarkozystes, ça n'arrivera pas souvent...

Ouf. On a eu chaud.

Partager ce contenu