Recension de "Les cinq stades de l'effondrement" par Franck Abed

Publié le : 24/06/2017 13:02:51
Catégories : Actualités des éditions Le Retour aux Sources , Auteurs , Dmitry Orlov , Recensions

Ce livre appartient à une discipline nommée la collapsologie, c’est à dire l’étude de l’effondrement des sociétés et des civilisations. L’auteur, Dmitry Orlov est ingénieur. Il a vécu l’effondrement de l’Union Soviétique, puis il a immigré aux Etats-Unis d’Amérique. Cet ouvrage est le fruit de ses réflexions après plusieurs années de travail et d’études sur ce sujet passionnant de la chute des sociétés…


L’auteur commence par énoncer une de ses idées directrices : l’effondrement est un sujet sérieux. Malheureusement il est souvent traité, selon nous, par des gens qui se présentent comme des experts de la survie, mais qui en réalité profitent de la naïveté de certains pour vendre des produits dérivés et autres stages en forêt1. Ici ce n’est pas le cas. De fait, ne vous attendez pas à lire des recettes prétendument miracles pour construire un refuge sous terre en cas d’attaque nucléaire. Il ne vous proposera pas plus de stocker des boites de conserves, des bougies et autres pansements. Concrètement l’auteur pose de nombreux constats, à la fois philosophiques et pratiques, sur le monde moderne et ses dérives. Il explique dès les premières pages la difficulté de son propos :

« L’effondrement est un sujet délicat à aborder en société. Les hommes sérieux en discutent parfois, dans un moment de détente autour d’un verre, sur un ton feutré. Mais il est très rarement évoqué devant les dames, et presque jamais quand il y a des enfants présents. »

Son étude décrit les cinq étapes de l’effondrement d’une société. Cependant, il prend le soin de préciser :

« Il est clair que les étapes peuvent se chevaucher ; il n’est pas nécessaire que l’effondrement financier aille à son terme avant que l’effondrement commercial et politique puisse commencer. Les effondrements sociaux et culturels sont largement entamés à certains endroits. Les effondrements peuvent se produire dans des poches relativement petites, franchir une ou deux étapes, et parfois même inverser leur cours, comme c’est arrivé en Russie après l’effondrement de l’URSS. »

Dans sa charpente, le livre se montre très bien construit. Il s’ouvre par une introduction dans laquelle il définit l’effondrement. Pour autant, il met garde contre toute tentative de prévision quant à la réalisation de celui-ci. Il prend l’exemple des Etats-Unis d’Amérique, empire mondial sur le déclin, qui finira par s’écrouler tôt ou tard. Il pose une distinction très importante, et qui démontre son sérieux, entre « quand cela va se produire » et « cela va se produire »2.

Une fois ces rappels historiques et méthodiques présentés nous découvrons les cinq domaines, donnant naissance à autant de parties dans l’ouvrage, touchés par l’effondrement, à savoir : le financier, le commercial, le politique, le social et le culturel. Elles se concluent par une étude de cas très pertinente. Ces dernières visent à démontrer les aspects décrits et mis en avant dans le chapitre concerné. Ainsi, nous comprenons par quels procédés l’Islande est sortie du marasme économique et financier dans lequel les banques l’avaient plongée.

Nous voyons que les organisations mafieuses profitent pleinement de la destruction du commerce dans un espace géographique défini. Nous découvrons par quels ressorts les Pachtounes repoussent toujours avec efficacité les différents envahisseurs qui les menacent. Nous en apprenons également plus sur l’organisation sociale des Roms et des Iks. Des interrogations finissent toujours par se poser quand on lit cette littérature. Pour quelles raisons certains groupes sociaux et pays résistent mieux à l’effondrement, pendant que d’autres se disloquent littéralement en implosant ou en explosant ? Sur quels ressorts faut-il s’appuyer en cas de crise systémique ? Orlov produit des réponses à la fois satisfaisantes et pertinentes pour le débat des idées, même si nous ne les approuvons pas toutes.

Cependant, un des vrais mérites de cet ouvrage est qu’il engage la discussion sur des sujets essentiels qui ne se limitent pas aux seuls aspects de l’effondrement. Effectivement, tout au long de son étude, Orlov évoque différents systèmes politiques, traite de l’anarchie, des forces et faiblesses des religions organisées et non organisées, de la monnaie papier, des sciences sociales etc.


Ce pavé de 440 pages se veut instructif, tant les sujets étudiés sont divers et présentés avec un réel sens de la pédagogie. Nous sommes loin du phénomène gourou entretenu par certains « survivalistes ». Orlov ne s’en cache pas, il désire, il souhaite pousser les gens à la réflexion dans le but de les faire sortir de leur zone de confort. En effet dans un système qui fonctionne correctement, l’eau courante, le pétrole, et l’électricité sont disponibles en appuyant simplement sur un bouton. En conséquence, les citoyens, les gens, les individus, la « société » ne se posent pas, à tord, les questions suivantes : si tout s’écroule, en pratique comment cela se passera-t-il ? Si un jour le système déraille, quelles en seraient les premières conséquences ? Orlov offre un début de réponse en rappelant que : 

« Durant les premiers stades, l’effondrement affecte les plus vulnérables : les plus pauvres, les moins protégés, collectivités, les familles et individus les moins privilégiés. »

Que ce soit en temps de paix, de guerre, de crise, de prospérité, l’union fait la force. Cette pensée est à méditer et surtout à mettre en pratique dans notre époque profondément individualiste. L’auteur développe des idées personnelles que nous partageons pour certaines : critiques à l’endroit du nationalisme, de la société de consommation, de la démocratie de masse. En revanche nous nous montrons plus critiques au sujet de sa vision du communisme et de l’Eglise catholique. Cependant ce n’est pas le cœur du livre, loin s’en faut. A l’aide d’exemples circonstanciés et des arguments précis, Orlov démontre les mécanismes qui permettent de saisir qu’une société et ou une civilisation courent à la catastrophe.

Ce livre est loin de se complaire dans une optique pessimiste et finalement contre productive. Il nous permet de comprendre pour prévoir et s’organiser, voire pour reconsidérer notre mode de vie. A travers ces études de cas, cette étude se veut porteuse d’espoir. Contrairement à d’autres œuvres du même type écrites par des « personnalités » en vue de ce « milieu survivaliste », qui n’ont de cesse de parler d’Apocalypse2 pour parler de notre avenir, Orlov adopte une attitude diamétralement opposé. Effectivement, il considère que la dégringolade de notre monde doit être l’occasion de le rebâtir sur des bases saines :

« L’effondrement peut être conçu comme une retraite ordonnée et organisée plutôt qu’une débâcle. Il peut même être judicieux de l’imaginer / le conceptualiser comme une transition. »

La chute appelle la renaissance, ce livre à la prise de conscience. Lisez-le, vous ne le regretterez pas.

Franck ABED 
24 juin 2017


1 Il va de soit qu’il existe certains stages de survie de très grande qualité.

2 Ces gens emploient ce terme biblique sans vraiment le comprendre, alors qu’il recouvre une réalité théologique et philosophique très profonde, éloignée de ce qu’ils avancent.


En savoir plus
:

Piero San Giorgio présente « Les cinq stades de l’effondrement » de Dmitry Orlov.

Partager ce contenu