Évènement

Réduire la techno-sphère (Partie IV) | Par Dmitry Orlov

Publié le : 06/07/2016 06:36:00
Catégories : Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité , Dmitry Orlov

Partie I, Partie II, Partie III

Dans les parties précédentes de cette série, nous avons commencé à gratter de loin un très vaste sujet : à quoi ressemblerait une stratégie efficace pour amener le changement social rapide nécessaire et éviter les pires ravages d’un changement climatique catastrophique. Ce changement doit introduire des technologies proches de la nature qui ramèneraient la techno-sphère à un équilibre avec la biosphère.


Afficher l'image d'originePour être efficace, cette stratégie doit compter sur la technologie, mais pas dans le sens habituel de gadgets ou de colifichets de fantaisie, dont les exemples suivants me viennent à l’esprit :

• Smartphones et autres gadgets. (Les stupid people ne savent plus comment vivre sans eux.)
• Les éoliennes qui utilisent beaucoup de charbon et de diesel pour être construites et entretenues, qui virent les oiseaux migrateurs du ciel et produisent de l’énergie sous une forme qui ne peut pas être stockée efficacement.
• Les majestueux voiliers qui transportent le chocolat, le café et le vin du commerce équitable pour ravir les gourmets efféminés dans les pays du premier monde.

Non non non ! La technologie en question est une technologie politique, conçue pour surmonter la force impressionnante de l’inertie sociale et provoquer la mise en mouvement de la société dans une direction vers laquelle elle ne veut d’abord pas bouger.

La technologie politique offre les moyens de :

1. Changer les règles du jeu entre les participants au processus politique
2. Introduire dans la conscience de masse de nouveaux concepts, des valeurs, des opinions et des convictions
3. Manipuler directement le comportement humain à travers les médias de masse et les méthodes administratives

Comme le terme technologie politique est nouveau pour la plupart des lecteurs, nous allons faire un détour afin de le mettre en contexte. Pour rappel, les technologies politiques peuvent être utilisées pour poursuivre les objectifs suivants :

1. Améliorer le bien-être de tout le monde par la poursuite du bien commun de toute la société, tel qu’il est compris par ses membres les plus instruits, les plus dignes et responsables, les plus intelligents. Les technologies politiques de ce genre provoquent un cercle vertueux, se fondant sur les succès précédents pour renforcer la cohésion sociale et la solidarité et préparant la mise place de grandes réalisations. (Ce sont les bonnes politiques).

2. Enrichir, augmenter la puissance et protéger les intérêts particuliers au détriment du reste de la société. Ces types de technologies politiques ne réussissent pas à cause de contradictions internes, ou entraînent un cercle vicieux dans lequel ceux qui en bénéficient visent des niveaux toujours plus élevés de comportement égoïste au détriment du reste, préparant le terrain à de mauvais résultats sociaux, à la stagnation économique, à la violence de masse et pour finir à une guerre civile et à la désintégration politique. (Ce sont les mauvaises politiques.)

Hélas, la plupart des lecteurs n’ont eu aucune exposition aux technologies politiques de la première espèce, aussi les deux derniers articles de cette série ont expliqué à quoi ressemble ce deuxième type, en prenant le cas des États-Unis comme exemple. Dans la Partie II, j’explore la façon dont elles sont utilisées pour manipuler et contraindre la population aux États-Unis. Il y a de nombreux exemples, mais celui qui est le plus pertinent pour cette série est celui-ci :

Promoteur : Le lobby des combustibles fossiles.
Objectif : Convaincre la population américaine qu’un catastrophique changement climatique anthropique ne se produit pas.
Moyens : Campagnes de diffamation contre les scientifiques du climat, injection de fausse science, dénigrement de la science dans son ensemble, caricature du mouvement pour arrêter le changement climatique catastrophique comme une conspiration, etc.

Ce seul exemple suffit à illustrer à quel point une technologie politique peut être efficace : nous connaissons tous beaucoup de ses victimes. Même les gens très intelligents épousent souvent l’opinion que le changement climatique observé est le produit de la variabilité naturelle (il ne l’est pas) ou que les efforts visant à atténuer les changements climatiques sont une conspiration d’un gouvernement mondial (qui n’existe pas). Cela montre clairement l’efficacité des technologies politiques : elles peuvent déformer l’esprit tant des gens idiots que des plus intelligents. Mais elles peuvent également être utilisées pour défaire ce qui a déjà été fait. Malheureusement, aucun des exemples de technologies politiques utilisées aux USA n’a eu pour but la poursuite du bien commun. En ce qui concerne ce qui se passe pour la politique aux États-Unis, il est préférable d’éviter d’y regarder jusqu’à ce que les braises refroidissent car vous vous brûleriez les yeux pour rien.

Ensuite, dans la Partie III, nous avons fouillé dans les méthodes utilisées par les États-Unis pour saper la souveraineté des pays à travers le monde, car pour le cas, en réponse, le reste du monde a évolué avec succès en utilisant ses propres technologies politiques, et il est en train de neutraliser les États-Unis sur la scène mondiale. Nous allons les étudier dans le prochain article de cette série. Cette réponse immunitaire globale à l’agression américaine, qui a pu opérer pratiquement sans opposition pendant des années entre l’effondrement de l’URSS, dévastant plusieurs pays à travers le monde, et le récent échec de l’effort pour détruire la Syrie, est significative : pour travailler dans le sens du bien commun, il faut d’abord arrêter ce fléau.

Mais avant d’aller trop loin, regardons où nous allons. Que veut dire proche de la nature ? Certains lecteurs ont proposé la biomimétique, qui est un relookage modernisé de l’ancien processus consistant à regarder la nature à la recherche de mécanismes prometteurs : les avions ont des ailes comme les oiseaux ; les plongeurs en apnée ou avec des bouteilles portent des palmes comme les poissons ont des nageoires ; les chaises et les tables ont des jambes, les murs ont des oreilles et ainsi de suite. Tout a commencé il y a quelques millions d’années lorsque certains hominidés ont ramassé un rocher pointu et l’ont appelé une griffe ou un crochet. Non, ce n’est pas cela du tout.

D’autres lecteurs ont dit en chœur que cela pourrait être la permaculture. C’est vrai que la permaculture est de fait vraiment intéressante. Le terme couvre la gamme allant des principes généraux conceptuels aux pratiques spécifiques pour traiter le paysage, en particulier pour produire de la nourriture. La plupart des technologies impliquées sont non industrielles et chargées en réflexions plutôt qu’en énergie, ce qui est une bonne combinaison. La permaculture a probablement un rôle à jouer, si un chemin peut être trouvé pour l’enseigner à des gens qui sont trop occupés à survivre tout simplement pour assister à des cours très chers dans des endroits exotiques.

Pour être proche de la nature, les technologies doivent rétablir l’équilibre entre la biosphère et la techno-sphère (comme l’a dit Poutine à l’ONU). Pourquoi est-ce nécessaire ? Eh bien, les populations humaines qui ne parviennent pas à le faire présentent une tendance marquée à s’éteindre. Ceci est quelque chose qui s’est souvent passé. Les Vikings du Groenland sont souvent présentés comme un exemple particulièrement frappant de cet échec : ils se sont installés au Groenland durant une période climatique relativement courte quand il était vert plutôt que blanc, et quand il est revenu à son état de désert aride, ils sont morts. Cette mort n’était pas inéluctable : les tribus indigènes leur ont survécu, elles qui ont continué à pêcher et à chasser sur la glace. Mais les Scandinaves voulaient manger du porc et du bœuf, refusant de devenir des natifs, c’était leur culture et leur sentiment d’identité.

Le changement culturel qu’auraient dû adopter les Vikings du Groenland pour survivre est très difficile. Il se produit, mais de lui-même, tout seul, il a tendance à se mettre en place beaucoup trop lentement pour faire une quelconque différence lors d’une crise. Les changements qui obligent les gens à transformer leur mode de vie d’une manière qui contredise leurs habitudes physiques et leur sentiment d’identité sont particulièrement difficiles, et sont souvent subis avec ressentiment et hostilité.

Par exemple, il serait parfaitement logique d’introduire quelques petits changements aux États-Unis qui permettraient de diminuer sensiblement l’impact sur l’environnement. Voici trois exemples simples :

1. Bannir les pelouses. L’herbe ne devrait être tondue qu’une fois qu’elle est montée en graine pour être utilisée pour faire du foin.

2. Bannir le bœuf et le porc. Plus de hamburgers mais des rabbitburgers Tout le monde mange localement des lapins nourris et élevés à l’herbe.

3. Auto-stop obligatoire. S’il y a un siège libre, vous devez vous arrêter pour prendre des auto-stoppeurs, ou faire face à une forte amende.

Bien sûr, les gens prendraient les armes face à de telles mesures. Ils estiment que leurs droits sont violés et leur culture détruite. Ceci nous amène à une autre petite, mais importante mesure :

4. Confisquer toutes les armes.

Notez, cependant, que les gens ne sont pas le moins du monde armés face aux initiatives suivantes qui rencontrent beaucoup de succès :

1. Forcer les gens à tondre constamment leurs pelouses, endommageant leur santé au contact de la considérable pollution de l’air due aux sales tondeuses à gazon à deux temps, à la pollution de l’eau par le ruissellement des engrais chimiques et à l’exposition aux herbicides toxiques tels que le glyphosate cancérogène de Monsanto (Roundup).

2. Forcer les gens à manger du bœuf et du porc produit par des usines d’élevage, viandes bourrées d’hormones de croissance, d’antibiotiques et autres produits chimiques, en les privant de toute autre source abordable de protéines animales. Bourrer aussi toute leur nourriture et leur boisson avec du sirop de maïs à haute teneur en fructose et en édulcorants artificiels, afin qu’ils deviennent aussi gros que des porcs et ne puissent plus marcher sur de grandes distances, et soient condamnés à aller partout en voiture.

3. Forcer tout le monde à posséder sa propre voiture afin d’être en mesure de se déplacer, même si les voitures restent inactives la plupart du temps, et même s’il y a beaucoup de chômeurs qui ne seraient que trop heureux d’être soutenus par un petite fraction de ce qu’il en coûte de posséder, d’assurer et d’exploiter une voiture.

Ces mesures créent un environnement social qui est si aliéné, plein d’hostilité et malsain que personne ne se sent particulièrement en sécurité en son sein. Ce qui nous amène à une autre petite, mais importante mesure :

4. Forcer tout le monde à penser qu’il a besoin de posséder une arme à feu (ou deux ou trois) pour lui-mêmes et sa famille afin d’être en sécurité ; puis prendre du recul et regarder le feu d’artifice. Arrêter ceux qui ont des démêlés avec les nombreuses lois contradictoires sur les armes à feu, pour les vendre comme esclaves aux prisons privées, alors que chacun acclame ces lois, parce qu’on leur a dit que cela les met plus en sécurité.

Quelle est la différence entre ces deux séries d’initiatives ? Les deux semblent devoir être très impopulaires. Le premier ensemble serait bénéfique, en termes d’impact sur la santé publique et l’environnement, tandis que le second est manifestement nuisible. Mais le premier est politiquement voué à l’échec, tandis que le second se vend plutôt bien.

La différence est la suivante : tandis que le premier ensemble d’initiatives n’a pas de technologie politique pour le soutenir, le dernier est lui soutenu par un ensemble de lois et un rituel civique quasi-religieux. Les lois punissent ceux qui ne tondent pas leur pelouse, empêchent les gens de produire et de distribuer de la viande à moins qu’ils ne possèdent une ferme, et ainsi de suite. Le rituel civique quasi-religieux, fortement soutenu par la publicité, implique de se tenir debout sur une pelouse autour d’un barbecue fumant (l’autel sur lequel reposent des holocaustes de bœuf et de porc venant d’usines d’élevage), tout en se vantant de ses voitures et de ses armes. Pour compléter la scène, il y a généralement un drapeau des États-Unis, quelque part à portée de vue, parce que c’est cela qui signifie être un Américain : se tenir debout sur une pelouse, communier autour de viandes d’usines d’élevage, de HFCS, d’eau bourrée d’aspartame et se vanter de ses voitures et de ses armes. Tout le reste serait anti-américain et politiquement voué à l’échec.

Les technologies politiques qui rendent ces pratiques nuisibles populaires et même nécessaires sont soutenues par de puissants intérêts particuliers : l’industrie de l’entretien de la pelouse, l’agro-business industriel, l’industrie automobile, les fabricants d’armes et le complexe industriel des prisons. Ce sont les parasites qui se régalent sur le corps prostré et boursouflé des États-Unis, rongeant le cœur du pays de l’intérieur. Et il n’y a absolument pas de technologies politiques pour s’y opposer, ou pour soutenir les initiatives qui sont nécessaires et bénéfiques. Pour savoir à quoi celles-ci ressemblent, nous aurons encore à chercher en dehors des États-Unis, et c’est ce que nous allons faire dans les articles à venir.

Dmitry Orlov
20 octobre 2015

Liens :
- Sur l’ingénierie sociale : Chroniques d’un éveil citoyen – Épisode 6 : L’ingénierie sociale
- Sur les Vikings : Effondrement – Jared Diamond

Traduit par Le Saker Francophone
Article original sur Club Orlov

 

Partager ce contenu