Rencontre entre Piero San Giorgio & Svava Aëglun pour « Femmes au bord de la crise »

Publié le : 16/05/2014 06:33:00
Catégories : Actualités des éditions Le Retour aux Sources , Auteurs , Piero San Giorgio , Recensions

Rencontre entre Piero San Giorgio auteur de Femmes au bord de la crise & Svava Aëglun (Le journal d'Ambronyx)


Alors là, ça va jaser dans les chaumières! Mais bon, vous êtes habitués à mes coups de pied dans la fourmilière maintenant, non ?

Suite à ma review de son dernier livre « femmes au bord de la crise », l’auteur m’a contactée et invitée à assister à l’une de ses conférences.  Le livre m’ayant plu, et n’étant pas du genre à me contenter des on-dit ni à me laisser guider par les préjugés, en l’occurrence ici sur une personne dont j’ignore tout, je me suis dit, ben pourquoi pas ?

Me voilà donc en route pour Lausanne, à la rencontre de ce fameux Piero San Giorgio au centre de tellement de polémiques. Facho, communiste, antisémite, pro-islamiste, et j’en passe… que de casquettes l’on donne à porter à cet homme ! Etant allergique à la connerie de masse, je m’en vais donc me frotter à la bête, histoire de me faire ma propre opinion !

Arrivée à destination, Piero me réceptionne à la gare de Lausanne.  Première impression à chaud : un homme souriant et jovial, aussi chaleureux que bavard !  Pour une fois, je crois que j’ai trouvé un interlocuteur à la hauteur de mon haut débit de paroles, il semble même me surpasser… si si, c’est possible !

Nous arrivons assez rapidement au lieu de conférence, entrons dans la salle où je m’installe au premier rang. Il s’agit d’une conférence privée, en petit comité, demandée spécialement par une section de l’armée suisse. Ça tombe très bien, les foules, cela n’a jamais trop été mon truc…

Piero nous résume le contenu de son premier livre, « Survivre à l’effondrement économique » : l’épuisement des ressources naturelles qui grandit chaque jour et les conséquences inhérentes à celui-ci, les différents visages de l’effondrement (crise économique, sociale, sanitaire, etc.) de la société telle que nous la connaissons et qui nous pend au nez pour peu que l’on observe ce qui se passe autour de soi, l’importance de l’autonomie et les grands points de l’approche survivaliste, dont l’indispensable lien social sur lequel est mis l’accent.

Son discours est fluide et assuré, on constate rapidement que Piero a profondément creusé le sujet, l’a longuement étudié et réfléchi sous tous les angles, mais également qu’il n’hésite pas à se remettre régulièrement en question afin de garder l’esprit clair et ouvert.

En résumé, l’approche de Piero est la suivante : se préparer le mieux possible aux temps de crise (qu’elle que soit sa nature) qui menacent de nous tomber plus ou moins rapidement sur le coin de la gueule, et partager son cheminement avec le plus de monde possible afin de conscientiser un maximum de personnes.

J’insiste sur ce point, son but est le partage de sa mise en pratique du survivalisme, et non pas d’enseigner des techniques de survie ou de bushcraft (relisez mon article sur le sujet afin d’éviter les amalgames mal venus).

Que prône-t-il en définitive ?  Le développement de l’autonomie, au sens large du terme. Pourtant, étrangement, nombreux de ses détracteurs ne voient que l’aspect matériel* de sa démarche, alors qu’il s’étend bien davantage sur le développement de nos connaissances et compétences, l’importance du lien social et l’ouverture d’esprit (dans le sens de développement personnel également). Tiens donc, cela se rapproche pas mal de ce que je tente de transmettre, à ma manière…

Petite remarque en passant : que vous adoriez l’homme ou que vous le détestiez (si vous êtes dans l’une de ces deux extrêmes, pouvant être légitime l’une comme l’autre, j’espère pour vous que vous vous basez au moins sur une rencontre de visu… il en va de votre crédibilité tout de même…), humainement parlant donc, cela importe assez peu en définitive : tout le monde ne peut pas plaire à tout le monde. L’incompatibilité émotionnelle, sentimentale et caractérielle ne devrait pas jouer sur notre capacité à estimer avec justesse (que notre conclusion soit positive, négative ou neutre) le travail de l’intéressé.

Bref, faites-vous votre propre opinion sur le monde et ceux qui vous entoure, en cherchant à mieux le (le monde) et les (les gens) connaître.  Votre développement personnel, et donc votre autonomie, en dépendent !

Svava Aëglun
12 mai 2014

* Et oui, les armes en font partie. Logique, si l’on veut se préparer à toute forme de crise.  Je précise tout de même qu’il en parle tout au plus durant une page de son premier livre… une page sur plus de 400…

Produits associés

Partager ce contenu