Évènement

Scandale Gégé Depardieu : le chagrin et l'ennui

Publié le : 04/01/2013 22:19:35
Catégories : Actualité

Que penser de "l'affaire Depardieu" ?

En résumé :
1) Le PS est uniquement capable d'invoquer le patriotisme pour des questions de fiscalité. Pour la nationalisation (même "temporaire") de Florange, il faudra patienter en revanche.
2) L'UMP qui se drape sans cesse dans le drapeau tricolore, montre son vrai visage dès lors que le grisbi est touché. Soudain, la droite du "fric" se fait l'apôtre infatigable du nomadisme et du sans-frontièrisme, jusqu'à promouvoir toute honte bue l'évasion fiscale et la désertion au nom de la "résistance à l'oppression" (sic!).
Positionnement intenable. D'où cette vaste plaisanterie que constitue le concept fumeux de "libéral-conservateur".
Un conservateur cohérent est anti-libéral par essence, sinon c'est un fumiste.(1)
3) Les sociaux-traîtres du PS tentent de masquer l'infamie de la ratification du TSCG en transformant Depardieu en bouc émissaire commode. Seuls les cons (et ils sont très nombreux) peuvent tomber dans ce panneau grotesque. De plus, lorsqu'on est impuissant face à la Haute Finance, on se contente d'augmenter les impôts. C'est beaucoup moins risqué.
4) Le cas Gégé maintenant. Certes, tes saloperies BHLiennes sont déplorables ("Nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai Européen, un citoyen du monde") et tu n'as rigoureusement rien d'un émigré de Coblence (2), mais quand on voit ceux qui t'attaquent on se sent (avec regret) obligé de prendre ta défense.
Rien que pour cela, tes détracteurs méritent l'opprobre éternelle.(3)
5) Merci à Vladimir Poutine d'avoir offert le seul amusement de cette sinistre pantalonnade en t'accordant la nationalité russe. Après l'interdiction de l'adoption d'enfants russes par les Américains (une réponse à la liste Magnitski), les Russes font cette fois payer à la France sa politique indéfendable en Syrie. Une peau de banane joliment glissée sous les pieds du Desperate Househusband de l'Elysée et de son ministre des Affaires isra... euh étrangères. On en redemande.

 

6) Passons à Torreton. Acteur cataclysmique qui a tenté piteusement de nous faire oublier l'immense Jean Piat, a décidé opportunément et cyniquement de se refaire une virginité sur le dos de Depardieu.
Car ce factotum minable du très surestimé Tavernier, ancien compagnon d'une présentatrice de JT balladurienne, élu "invisible" au Conseil de Paris, est aussi et surtout cet acteur de "gauche" qui appelait à voter en faveur du Traité constitutionnel européen (TCE) en 2005. Gibier de potence.
7) Et enfin, last but not the least, le cinéma français dans son ensemble, qu'il défende ou non Depardieu, mérite d'exploser dans un attentat (false-flag ou pas) lors d'une prochaine cérémonie des Césars. Cela relève désormais d'une simple mesure de Salut public.

Maurice Gendre

Notes
(1) Cette constatation vaut pour la France. "Libéral-conservateur" est moins antinomique aux États-Unis. Et ce, au regard de l'histoire et des traditions de ce pays.
(2) L'expression "citoyen du monde" dans la bouche de Gégé n'a rien à voir avec Diogène de Sinope, on se situe plutôt du côté d'Attali et de son "hyperclasse transnationale privilégiée". Ce qui est idiot puisque d'après ses proches, Gégé est plutôt un homme qui aime vivre simplement. D'autant plus regrettable de confondre donc la France de Jean-Marc Ayrault avec la France tout court et de passer pour un vulgaire apatride sans attache pour une feuille d'impôts. (3) Il ne s'agit pas ici de défendre le taux d'imposition à 75%, d'ailleurs censuré par le Conseil Constitutionnel, mais l'amour de sa Patrie exige (sauf cas de force majeure, ce qui n'est pas le cas ici), de se battre sur place et non de fuir.

{jcomments on}

Partager ce contenu