Sortie, espoir et changement | Par James H. Kunstler

Publié le : 11/01/2017 13:00:37
Catégories : Articles auteurs , Auteurs , Billets d'actualité , James Howard Kunstler


Et alors, je leur ai dit qu’il y aurait du changement

Oui, c’était une blague.

À présent, n’importe qui dans ce pays encore sain d’esprit sait que Barack Obama a présidé à huit années de continuité remarquable – des conditions immuables qui ont laissé beaucoup de gens sans espoir. À mesure que les derniers jours de son mandat passent, que devons-nous faire du 44éme président en partance ?


Il a joué le rôle avec son décorum et sa cool-attitude, mais cela pose la question : est-ce qu’il a seulement joué un rôle ? Dès le départ, il s’est fait otage de certains des marionnettistes les plus sinistres de l’État profond : Robert Rubin, Larry Summers et Tim Geithner pour le côté de l’argent, et l’infestation du parti de la guerre des néocons du Beltway du côté des affaires étrangères. Je suis convaincu que les meilleurs chiens de ces deux gangs ont travaillé Obama au-dessus d’un bûcher quelque temps après les élections de 2008 et ils lui ont dit de s’en tenir au programme, ou bien.

Quel était le programme ? Du côté de l’argent, il fallait renflouer à tout prix les banques et toute la chaîne grinçante de dépendances avec leurs affiliés en charge de la finance de l’ombre, de l’immobilier et des assurances. De ce fait, l’extension de la politique de Bush II concernant le sauvetage des constructeurs automobiles, les milliers de milliards de dollars de stimulus enfournés à la pelle et un tour de passe-passe encore plus grand et subreptice de plusieurs autres milliers de milliards de dollars de la Réserve fédérale pour soutenir les banques européennes avec des obligations de contrepartie envers les banques américaines.

En avril 2009, les nouveaux membres de la SEC, fortement armés par les lobbyistes bancaires, ont poussé le Financial Accounting Standards Board (FASB) à suspendre la cruciale règle 157, qui obligeait les sociétés ouvertes à déclarer leurs avoirs selon des procédures standard d’évaluation de leur valeur sur le marché – appelé « mark-to-market ». Après cela, les entreprises comme les banques Too-Big-Too-Fail ont pu faire ce qu’elles voulaient. Cela a ouvert la porte à une fraude comptable omniprésente qui a permis au secteur financier de prétendre qu’il était sain pour les huit années qui ont suivi. L’effet net de leur entreprise criminelle a seulement été de rendre le secteur financier artificiellement plus grand, dangereusement plus fragile, et donc encore plus enclin à l’effondrement cataclysmique.

Une autre caractéristique du côté monétaire de la présidence d’Obama a été que personne n’a personnellement payé pour son inconduite financière. Cela a établi l’éthique de base de la finance de l’ère Obama : tout est permis, et rien ne compte. Tous les régulateurs ont regardé ailleurs la plupart du temps. Et lorsqu’ils ont été forcés d’agir devant un comportement flagrant, ils ont fait des transactions qui ont laissé les cadres bancaires s’en sortir tandis que leurs entreprises dépensaient des amendes qui représentaient le simple coût pour faire des affaires. C’est arrivé encore et encore. Jon Corzine, le directeur du courtage de produits de base de MF Global, dont la société a pillé des comptes de clients « isolés » pour près d’un milliard de dollars à l’automne 2011, était le garçon en tête d’affiche pour ce genre de « politique » ou tout simplement de racket. Corzine n’a jamais été poursuivi et reste en liberté jusqu’à ce jour.

Un autre signal d’échec dans le royaume de l’argent a été la réponse d’Obama à la décision de la Cour suprême des Citoyens Unis de 2010, qui a déclaré que la soi-disant « personnalité » juridique des sociétés leur donne le droit d’exercer leur « liberté d’expression » en donnant autant d’argent qu’elles veulent aux candidats politiques pour les élections. Les grandes entreprises n’ont plus besoin de louer des congressistes et des sénateurs, puisqu’elles peuvent se les acheter en argent comptant.

C’est une Cour suprême conservatrice qui a pris cette décision mais Obama aurait pu agir énergiquement contre elle. L’ancien professeur de droit constitutionnel devenu politicien aurait pu rassembler une force de frappe avec son congrès dirigé par le Parti démocrate pour rédiger une loi, ou un amendement constitutionnel, qui permettrait de redéfinir correctement la personnalité des sociétés. Il devrait être évident, par exemple, que les sociétés, contrairement aux citoyens humains, n’ont pas de devoirs, d’obligations et de responsabilités envers l’intérêt public. Par charte légale, elles ont seulement à répondre à leurs actionnaires et conseils d’administration. Comment cela leur confère-t-il ce genre de « droits » de liberté d’expression politique que le tribunal leur a permis de réclamer ? Et comment Obama et ses alliés de la branche législative ont-ils roulé avec eux pour permettre à ce honteux affront à la Constitution de tenir debout ? Et comment se fait-il que presque personne dans la presse traditionnelle ou dans le droit académique n’a même soulevé ces questions ? Merci à tous, nous avons mis en place les principaux moyens d’établir un État profond fasciste : le mariage officiel de l’argent des entreprises et de la politique. Tout est permis et rien ne compte.

Enfin, en ce qui concerne les affaires étrangères, il y a la campagne mystificatrice d’Obama contre la Fédération de Russie. Les États-Unis ont signé un accord avec la Russie après la chute de l’Union soviétique, à savoir que nous ne développerions pas l’OTAN s’ils nous confiaient les matériaux nucléaires susceptibles de tomber entre des mains douteuses dans le désordre qui a suivi l’effondrement. La Russie a respecté cet engagement. Qu’avons-nous fait ? Nous avons étendu l’OTAN à la plupart des anciens pays d’Europe de l’Est (sauf les restes de la Yougoslavie) puis, sous Obama, l’OTAN a commencé à tenir des jeux de guerre sur la frontière russe. Pour quelle raison ? La notion fictive que la Russie voulait « reprendre » ces nations – comme si elle avait besoin de reprendre une foule de personnes à charge qui avaient récemment fait faire faillite à l’État soviétique. Toute analyse raisonnable qualifie ces jeux de guerre d’agressions pures et simples par l’Occident.

Ensuite, il y a eu le coup d’État de 2014 parrainé par le Département d’État américain contre le gouvernement élu en Ukraine et l’éviction du président Viktor Ianoukovitch. Pourquoi ? Parce que son gouvernement voulait rejoindre l’Union douanière eurasienne dirigée par la Russie au lieu d’une association avec l’Union européenne. Nous n’avons pas aimé cela et nous avons décidé de nous y opposer en subvertissant le gouvernement ukrainien. Dans la violence et le désordre qui ont suivi, la Russie a repris la Crimée – qui avait été liée à l’ancienne République socialiste soviétique d’Ukraine (une province de la Russie soviétique) lors d’une nuit d’ivresse par le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev. À quoi nous attendions-nous après avoir transformé l’Ukraine en un autre État défaillant ? La péninsule de Crimée faisait partie de la Russie avant que les États-Unis ne soient un pays. Ses seuls ports en eau chaude étaient situés là. Ils ont tenu un référendum et le peuple de Crimée a voté massivement pour retourner à la Russie. Alors le président Obama a décidé de punir la Russie avec des sanctions économiques.

Ensuite, il y eu la Syrie, un champ de bataille entre les différentes branches de l’islam, leurs commanditaires (l’Iran et l’Arabie saoudite) et leurs proxies (le Hezbollah et les diverses armées salafistes du djihad). La « solution » américaine a été de parrainer la chute du gouvernement syrien légitime de Bachar al-Assad. Nous avons apparemment toujours favorisé les relations extérieures basées sur la création d’États défaillants – après notre expérience en Irak, en Somalie, en Libye et en Ukraine. Le président Obama a complètement foiré sa première tentative d’intervention – le moment de la « ligne rouge » – et a ensuite décidé d’envoyer des armes et de l’argent aux divers groupes salafistes jihadistes luttant contre Assad, prétendant que nos méchants étaient « modérés ». La Russie est intervenue pour soutenir le gouvernement d’Assad, apparemment en se basant sur l’idée que le Moyen-Orient n’avait pas besoin d’un autre État défaillant. Nous avons fustigé la Russie pour cela.

Le comportement idiot des États-Unis à l’égard de la Russie sur ces sujets a conduit à la situation la plus dangereuse concernant la relation entre les deux pays depuis le cœur de la guerre froide. Cela a culminé cet automne avec la campagne ridicule pour blâmer la Russie de la défaite d’Hillary Clinton. Et nous voilà.

Je n’ai pas voté pour Hillary ou Donald Trump (j’ai écrit David Stockman sur le bulletin). Je ne suis pas heureux de voir Donald Trump devenir président. Mais j’en ai assez de M. Obama. Il présentait bien. Il semblait aimable et intelligent. Mais à la fin, il a semblé n’être qu’une sorte de larbin pour les forces les plus sombres de la trop grande bureaucratie américaine bureaucratique menant des opérations de racket avec l’État. Washington est vraiment un marécage qui doit être drainé. Barack Obama n’était pas l’un de ses alligators, mais il était une sorte d’oiseau au plumage élégant qui a chanté une chanson de salutation à chaque lever du soleil pour les reptiles qui pataugeaient dans la boue. Et maintenant, il s’en va.

La semaine prochaine, je vais poster les prévisions  pour 2017.

James Howard Kunstler
26 décembre 2016

Traduit par Le Saker Francophone
Article original sur Kunstler.com

Partager ce contenu