Tous ensemble ! Tous ensemble ! Ouais !

Publié le : 15/11/2007 00:00:00
Catégories : Actualité , Archives Scriptoblog (2007-2013) , Articles par intervenants , Articles par thèmes , Marc Hetti

cgt_croquis

La grève des transports commence et elle s'annonce rude pour l'usager. Les sondages indiquent que ce dernier n'est majoritairement pas content, mais qu'il comprend néanmoins les grévistes. Allez faire le tri là-dedans si vous le pouvez...

En tout cas, nous, sur Scripto, on a décidé de soutenir les revendications des grévistes. Certes, en tant qu'usagers lambdas, on souffre aussi des perturbations. Mais en tant que citoyens responsables, nous sommes prêts à supporter cette gêne dans l'intérêt supérieur du pays.

Pourquoi ? Tout simplement parce que quand le Système politico-médiatique soutient une position moralisatrice, nous savons qu'il a une manipulation à cacher dans un but inavouable. C'est ce que nous allons essayer de décrypter.

Objectivement, vu l'état de nos finances publiques, de nos perspectives économiques et démographiques, le système des retraites par répartition est tout simplement condamné à - vision optimiste - moyen terme. L'alignement des régimes spéciaux n'y changera rien. Tout au plus permettra-t-il au Système de survivre quelques années de plus.

Il faut donc s'attacher à comprendre l'intérêt pour le Système de ces quelques années de survie, ces années qu'il tente de gagner par cette réforme.

Quelques années de plus et les mouvements de fond initiés depuis longtemps déjà seront donc mathématiquement amplifiés de manière exponentielle : submersion démographique, délitement de l'école, renforcement du centralisme européen contre les peuples d'Europe, entrée de la Turquie dans l'Union Européenne, et je ne parle même pas de la Constitution Européenne dont l'adoption ne fait aujourd'hui plus aucun doute.

Dans la course contre la montre qu'il a engagé contre les peuples, le temps joue pour le mondialisme, pour autant que l'autodestruction résultant de ses contradictions insurmontables n'intervienne pas avant. Les années qui viennent seront donc critiques et tous les moyens lui seront bons pour gagner le temps qui lui manque encore pour réduire les résistances identitaires des peuples européens.

Evidemment, il n'est guère difficile au Système de faire passer nos grévistes pour des égoïstes, des profiteurs, des privilégiés, des gauchistes... bref, des "méchants", puisqu'ils sont effectivement un peu tout cela. Et comme les intéressés n'ont en aucune manière conscience de l'intérêt général que leur lutte contribue à défendre (au contraire, leurs leaders sont idéologiquement les idiots utiles du Système, ce que tous les intellectuels un peu censés reconnaissent), il est particulièrement facile de les brocarder.

Mais nous qui savons que le monde ne s'arrête pas à la ligne d'horizon que les médias nous présentent comme la frontière indépassable de la pensée, nous entonnons avec force le slogan des grèves de 1995 : Tous ensemble ! Tous ensemble ! Ouais ! Ouais !

En déplorant toutefois la timidité des revendications exprimées : l'alignement du régime général sur celui des conducteurs de train, soit la retraite à 50 ans pour tous, ça aurait quand même plus de gueule, non ?

Partager ce contenu