La culture de la critique – Les Juifs et la critique radicale de la culture des Gentils

978-1913057770

Kevin B. MacDonald

Une analyse évolutive de l’implication juive dans les mouvements politiques et intellectuels du XXe siècle.

28,00 €

Les mouvements dont cet ouvrage fait l’objet (anthropologie Boasienne, radicalisme politique, psychanalyse, École de Francfort et Intellectuels de New York) n’ont été embrassés que par peu de gens dont la communauté juive ne connaissait pas ou ne comprenait pas les points de vue. La thèse défendue ici consiste à affirmer que ces mouvements intellectuels ont été dominés par les Juifs, que la pensée de la plupart de ceux qui ont pris part à ces mouvements fut caractérisée par un fort sentiment identitaire juif et que ces mêmes personnes ont, de par leur engagement, agi dans l’intérêt de la communauté juive.

Il n’y a donc rien, dans ce qui est évoqué plus haut, qui indique que le judaïsme est un mouvement unifié ou que toutes les couches sociales de la communauté juive ont été impliquées dans ces mouvements. Les Juifs peuvent représenter un élément majeur, voire nécessaire au sein des mouvements politiques radicaux ou des mouvements issus des sciences sociales, et leur judéité peut être fortement compatible avec ceux-ci ou même faciliter leur développement sans que la majorité des Juifs n’y prennent part.

Conséquemment, la question des effets de l’influence juive sur la culture des Gentils est indépendante de la question de la proportion de la communauté juive ayant été impliquée dans les mouvements visant la destruction de la culture des Gentils.

Il est important d’établir cette distinction, car, d’une part, les antisémites ont souvent, de manière implicite ou explicite, considéré que l’implication juive dans les mouvements politiques radicaux s’inscrivait dans le cadre beaucoup plus large d’un complot juif dans lequel étaient aussi impliqués de riches capitalistes juifs ainsi que les Juifs à la tête des différents médias, du monde académique et de tant d’autres domaines de la vie publique.

De la même façon, le fait que la plupart des Juifs d’avant 1930 n’étaient pas sionistes, du moins pas ouvertement, n’implique sans doute pas que l’identité juive était sans rapport avec le sionisme, ou que les Juifs n’exerçaient pas une influence considérable sur le sionisme, ou que le sionisme n’avait pas d’effet sur les sociétés des Gentils, ou que certains Gentils ne soient pas devenus d’ardents défenseurs de la cause sioniste.

Broché : 460 pages
Éditeur : Omnia Veritas Ltd (6 mai 2020)
Langue : Français
ISBN-10 : 1913057771
ISBN-13 : 978-1913057770
Dimensions du produit : 15,2 x 2,4 x 22,9 cm